giselski

J’ai débuté comme preneuse de son dans le cinéma, pour des films de Patrice Leconte, Jean-Claude Guiguet et autres… Déçue par la fiction et sa vision conservatrice, je me suis dirigée vers un cinéma plus militant, plus engagé, un cinéma de « l’autre ». Le documentaire fut pour moi une voie vers cet autre, un cheminement personnel pour ou contre une société qui ne me satisfait guère. Depuis plus de quinze ans, je suis spécialisée dans la prise de son de films documentaires, entre autres pour le CNRS, Arte, pour des films musicaux pour Mezzo, sur des films engagés, expérimentaux et du cinéma de recherche. Ma première réalisation fut « Sidheswri Ashram », tourné en Inde en 1999. Il s’agit d’une journée dans un restaurant communautaire de Calcutta. C’était pour moi une sorte d’exercice de cinéma direct (avec une forme très précise qui fait ressentir au spectateur le « temps local », de le faire voyager dans ce lieu). Bien que les producteurs nous aient affirmé l’impasse commerciale d’un documentaire sans le côté informatif (voix off ou interview), le film est aujourd’hui considéré par le CNRS comme une référence de cinéma ethnographique, et sorti en 2011 dans le coffret des 30 ans du festival Jean Rouch « filmer le monde », aux éditions Montparnasse. Je me passionne également pour la création sonore, par exemple, le « sound design » pour le cinéma expérimental (Tom Hanson – « Axiome » pour lequel j’ai obtenu le Prix Son et Image des Ecrans Documentaires, Brigitte Lemaine, et Michel Cauléa)- mais aussi la création radiophonique, la performance sonore, le spectacle vivant et la musique expérimentale (Végétasons pour les Détours de Babel, ciné-concert avec l’ARFI…) Récemment, au sein du parc de Chartreuse, mon cheval de bataille est la sensibilisation à la notion de paysage sonore, expériences d’écoutes, approche de l’écologie sonore par un projet de site Internet participatif. Dernièrement, j’ai créé avec The Mister X, musicien compositeur et ingénieur du son, un studio-laboratoire associatif en montagne « Entre Monts et Sons » avec lequel, je réalise la bande sonore de « Nos vies extimes » (financé par la SCAM – le CNAP – le CNC – le Céci et Arte). « Entre Monts et Sons » me permet aussi d’effectuer un travail pédagogique avec des enfants en milieu rural d’écoute du paysage sonore et d’expérimentation sonore et musicale. « Je suis une peau-rouge » est ma troisième expérience de réalisation de documentaire de création. À travers ce film, je veux faire partager au spectateur une rencontre intime entre une artiste et la rue, rendez-vous entre l’art et la société. Via un ton plutôt léger, burlesque parfois, je parle de liberté d’expression, j’interroge sur la liberté de création. Je conçois ce film comme un poème social sur l’art engagé. FILMOGRAPHIE Sidheswri Ashram (co-réalisé avec Bénédicte Jouas) Récompensé: « Pour la qualité du montage, celle de l’image, la volupté du regard, qui concourent à une immersion sensible dans un milieu généralement peu connu. » Les membres du jury Films Courts. PRIX DU COURT MÉTRAGE Les Ecrans Documentaires, décembre 2004 PRIX MARIO RUSPOLI Festival Jean Rouch, mars 2005 Distribué par le CNRS images depuis avril 2005 et en DVD dans la collection « Mythologie de mon voisin » par Laurent Charles et Rémi Fontanel. mdmv.net Dans le coffret « Filmer le monde – Les Prix du Festival Jean Rouch » Projeté Université de Jussieu 12/2004 // Centre ethnographique Barcelone 12/2005 Documentaires sur grand écran Cinéma des cinéastes (Paris) 10/2006 // Cinéma Ciné 220 à Brétigny/Orge 04/2007 // Entr’Inde (Les Ulis) 04/2007 // Rétrospective TRENTE ANS TRENTE FILMS à la maison des cultures du monde à Paris. 11/2011 Cité des sciences (Paris), Heureka (Helsinki), Museo Nazionale della Scienza (Milan) Technopolis Museum (Belgique). Exposition sur l'alimentation pour les 9/14 ans.// Salon des Refusés Forum des Images Paris 2003 // Les Ecrans Documentaires 12/2004 //Regard sur le cinéma du sud 01/2005 // Bilan du film ethnographique (Festival Jean Rouch) 03/2005 // Beeld voor beeld (Amsterdam) 05/2005 // Doc en court (Lyon) 10/2005 // Les Inattendus (Lyon) 01/2006 // Play Doc (Galice Espagne) 03/2006 // Festival Cinéma et Culture d’Asie (Lyon) 10/2006 // Festival du Zola (Villeurbanne)11/2006 // Festival Rencontres (Chabeuil) 02/2007 // Festival Cinéma et Culture d’Asie (Lyon) 11/2008 // 3è Muestra Doca 2009 (Buenos Aires) 11/2009 GERMAIN DES LOUPS 52’ produit par CLC pro duction et diffusé sur Clermont Première. "Non, les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux..." Germain suit la sienne, fidèle à ses idéaux et à son cœur Peut-on choisir de se libérer des règles de la société pour suivre ses propres convictions ? Utopiste certainement mais libre, il nous montre que, s’il n’est pas simple d’être heureux tous les jours, il est possible de vivre pleinement ses passions selon ses croyances, même si cela est au prix de l’exclusion ou de la marginalité. Germain sait que les choses ne peuvent changer que si l’on s’en donne les moyens ! Ce film conte l’histoire d’un amoureux de la nature dont le plus vieux rêve est de faire connaître le loup et d’en changer l’image aux yeux des hommes.