isa27

Petite, j'ai eu la chance de grandir au milieu des champs et des bois, terrain de jeux incroyable! Je rêvais d'être fermière et lisais avec un engouement certain des livres de jardinage: qu'allais-je planter au printemps prochain? Toucher la terre était synonyme de sérénité, de ressource: force tranquille qui ragaillardit. Et puis, j'ai grandi et pris d'autres chemins. Je suis devenue psychologue pour tenter de prendre soin de l'humain, de le comprendre, de le soutenir vers un mieux être. J'ai beaucoup appris des autres et ils m'ont beaucoup appris sur moi-même, souvent à leur insu d'ailleurs! Les souvenirs et désirs d'enfance sont venus me titiller de manière redondante. Et puis, il faut bien franchir le pas: se lancer dans l'aventure, oser prendre des risques pour ne pas regretter. J'ai la chance d'avoir des amis qui m'ont montrée la voie ou se sont enthousiasmés avec moi; un compagnon de vie dont le soutien et la confiance en ce projet, sont des plus précieux. Alors me voilà, psychologue devenue agricultrice: métamorphose singulière dans laquelle on peut y voir certains parallèles. Car prendre soin de la terre, n'est-ce pas aussi prendre soin de l'autre?