Isabelledolce

Après une maîtrise d’études théâtrales à Paris III, j’ai eu l’opportunité de travailler pour différents projets audiovisuels et spectacles vivants. Mon parcours dans le théâtre m’a permis de pratiquer la scène pendant de nombreuses années puis d’animer des ateliers théâtre auprès d’adolescents, dans le but de créer des représentations. Que ce soit en production ou mise en scène de court métrage, en régisseuse de festival ou animatrice de cours de théâtre, j’ai toujours voulu m’épanouir dans le domaine de la création et dans sa mise en œuvre. Une expérience m’a particulièrement marquée en télévision. Mon poste de chargée de production pour l’émission culturelle Le Grand Tour, de Patrick de Carolis et Jean Luc Orabona, m’a amené à voir et travailler directement avec les réalisateurs, à participer également aux nombreux tournages à l’étranger. J’ai fini par me passionner par l’Histoire et les cultures, l’envie de m’intéresser et de découvrir ce qui existe ailleurs ou ce qui existait avant. C’est ce besoin et cette expérience qui m’ont donné envie de faire toutes ces recherches, puis d’imaginer et mettre en scène ce qui aurait pu être l’histoire du petit Napoléon. Passionnée d’image, je pratique la photographie, ce qui me permet de travailler sur la perception et la construction d’une image. Ce que je mets dans mon cadre et ce qui s’en dégage finalement. La pratique régulière du montage pour mes projets personnels me fait évoluer dans la manière de penser et mettre en forme mes idées. Mon travail en production sur différents longs-métrages me permet de voir comment travaillent les réalisateurs, tant dans l’évolution narrative du scénario, que dans sa mise en place technique. J’ai également réalisé quelques courts métrages dans le cadre de festivals, ce qui m’a permis d’avoir une première approche de la réalisation. Cet avant-goût me donne envie de poursuivre ma démarche dans un contexte plus professionnel tout en ayant bien conscience des contraintes de production. Même s’il a fallu faire quelques « interprétations personnelles », mes nombreuses recherches et différents conseils recueillis auprès de spécialistes tels que Jean Tulard, Philippe Perfettini, Jean-Marc Olivesi et particulièrement Michel Vergé-Franceschi, m’ont permis de donner une vrai crédibilité à mon histoire. Je veux me donner les moyens d’aller au bout de ce projet, parce que je crois sincèrement à la pertinence du sujet. On aborde l’enfance de Napoléon, une autre facette de ce personnage à une période peu traitée et jamais sous la forme d’un court métrage de fiction.