Justine P.

J'ai toujours voulu travailler avec les espèces en voie de disparition. J'ai donc fait mes études en ce sens en suivant un parcours un peu original, en débutant par une licence de psychologie qui m'a beaucoup enrichie. Par la suite, j'ai obtenu un premier master en éthologie (science du comportement animal) et un second master en biologie de la conservation afin de parfaire ma formation. J'ai réalisé mes stages de laboratoire en primatologie, notamment à la Station Biologique de Paimpont (université Rennes 1) sur la latéralité manuelle chez les cercopithèques et à l'université Paris-Sud sur l'influence des comportements sociaux dans la vulnérabilité de 65 espèces de primates à la déforestation. En parallèle de mes études, j'ai voulu compléter mon bagage académique par une expérience plus concrète de terrain dans la conservation animale. A l'âge de 19 ans, je suis d'abord partie 2 mois au Costa Rica pour participer à un programme de conservation des singes araignées. Ce fut un vrai bouleversement, une révélation... Les envies de voyage, de forêt tropicale et de primates n'allaient plus me quitter. Je suis repartie l'année suivante pour la première fois à Ikamaperu, pour y revenir 3 ans après en 2011. En 2013, j'ai eu la chance de participer à des études comportementales sur les chimpanzés du parc de Kibale en Ouganda durant 4 mois, au sein du Sebitoli Chimpanzee Project, pour le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris sous la direction du Dr Sabrina Krief. Ces études visaient à évaluer l'impact des mutilations dues au braconnage dont était victime la majeur partie des chimpanzés de notre zone d'étude sur leurs comportements sociaux. Mon envie de travailler auprès des espèces en danger et notamment des primates a été sans cesse renforcée à chaque nouvelle expérience. C'est pourquoi je suis aujourd'hui prête à lancer mon propre programme d'étude. C'est un projet que j'ai choisi et bâti seule et qui représente tout ce qui me porte dans la vie, présente et future. Et je m'appelle Justine