L'Oeil De Bab

Bordeaux, France

L'Oeil de Bab est un groupe de rock interprétant des musiques conçues par Xavier Gallice avec, depuis leurs années de lycée, le soutien attentif et critique de Laurent Daviet (qui fut guitariste, entre autres, de Marie Douleurs). Après un groupe de rock " frontal " avec ce dernier, où Xavier assure chant et guitare rythmique, il trouve, dans les années 2000, un moyen d'expression avec la découverte de la M.A.O. et ses possibilités créatives permettant de construire un morceau complet, de la rythmique à l'enregistrement du chant et des guitares, en passant par l'introduction de synthétiseurs et autres ensembles de cordes. Dans les années 2005, une première tentative de passage à l'épreuve du groupe est faite, avec Laurent et Damien Cruzalebes (qui deviendra auteur-interprète avec Signature X, puis auteur-compositeur de Marie Douleurs); malgré quelques jolis grains de sel apportés, tant dans la composition que dans l'écriture (deux chansons, de cette époque, font partie du set de L'Oeil de Bab), par Laurent et Damien, cette collaboration ne durera que quelques mois, le processus créatif ne se nourrissant pas toujours favorablement des rencontres. Enfin, en 2014, avec quelques chansons accumulées dans l'ordinateur, l'idée émerge de leur donner une dimension plus expressive et vivante en substituant amplis à lampes, batterie, etc. aux instruments virtuels ayant permis la construction de ces chansons, et en faisant entrer dans ce projet d'autres musiciens. C'est ainsi qu'Oscar, le plus jeune de la bande, batteur également de JC & the Judas et élève du Conservatoire (musiques actuelles et jazz) depuis une dizaine d'années, intègre, début 2015, l'Oeil de Bab. Quelques mois plus tard, après une annonce passée, c'est Guillaume Lambelin, bassiste passionné avec un goût prononcé pour le jazz-rock et ayant été élève, entre autres, du C.I.A.M., qui rejoint le groupe. On prend le temps, dans L'Oeil de bab ! C'est le moins que l'on puisse dire ! On accorde les sons entre eux, d'abord les guitares, puis les claviers; on travaille sur l'interprétation de chaque instrument, sur les choeurs; on revoit, avec le passage au son vivant, quelques arrangements...pour se décider à tenter l'épreuve de la scène, avec la volonté que celle-ci permettra à cette musique de s'exprimer au mieux, d'obtenir l'air nécessaire pour résonner en quelque lieu et, pourquoi pas, en un public.