LASSUS

Paris, France

Francis Lassus débute très jeune à la batterie et au chant dans les orchestres et groupes du sud-ouest de la France, au sein desquels il se forme à la diversité. En 1983 il rejoint la Compagnie Bernard Lubat;il y découvre l’improvisation en action. Très apprécié pour sa présence et son ouverture, ses collaborations sont très variées, avec des artistes tels que, Bernard Lubat, Louis Sclavis, Nguyen Lê, Claude Nougaro, Ray Lema, les Elégantes Machines, Jacques Higelin, Jean-Michel Pilc, Sylvain Luc, Roland Petit et Zizi Jeanmaire, Richard Bona, Minino Garay, Régis Gizavo, Antonello Salis, Etienne Mbappé, Richard Galliano, Maurice Vander, Jean-Marie Ecay, Eric Barret, Linley Marthe, Rocco Zifarelli, Jo Zawinul, Andy Emler, Dave Liebman, Stephane Belmondo, Laurent de Wilde, Amadou & Mariam, Leonora Miano, Marc Alexandre Oho Bembé, Delavallet Bidiefono. Il est aussi l’initiateur de plusieurs réalisations, dont l’orchestre de batteries, les Elégantes Machines, et le IN&DIT NOUGARO dans lequel il chante des textes inédits de Claude Nougaro qu’il a mis en musique. A propos de Francis Lassus, ils ont écrit : Christian Laborde « Bat, Labat, Dabat, Capsus, Dassus, Lassus.Ce sont des noms de personnes, de familles et, au départ, des noms de maisons.Car ici, sur ces terres occitanes, sarrasines et universelles, les maisons ont des noms qu’elles tirent de quelque particularité, souvent de leur situation géographique par rapport aux quatre points cardinaux.Lassus est une maison sise en plein midi, ouverte et, à l’intérieur de laquelle, du grenier à la cave, se croisent tous les rayons que le soleil balance, et s’empilent les gouttes de pluie. Une maison vivante : un puits de canicule, un sac à dos d’eau, le tambour du vent.Il y a de tout dans la maison de Lassus : des fanfares, des pots catalytiques, des ascenseurs en panne, des truites, une batterie, des grigris, des poêles à frire, à swing, à châtaignes, des chaînes à vélo, un carburateur double corps, des songes et des sons venus des quatre coins de notre planète saccagée s’appellent, se répondent, se suspendent à des mots nés dans des vallées qui se vident et dans des immeubles où la solitude bat son plein.Tendez l’oreille : c’est bon, c’est beau, c’est tribal, rital, tout ce que vous vous voudrez est parfaitement écarlate ! écoutez, et dansez ! comme des ours ! Comme des chameaux ! » Claude Nougaro « Je connais Francis LASSUS dans la forme de l’esprit et dans le fond du temps. Il fut mon batteur. Je connais son son. A vrai dire, s’il était mon fils, je serais plutôt fier de moi. Mais être son père, quelque part, je dois bien le mériter un peu...» Louis Sclavis « Francis Lassus aime avant tout donner le temps à tous ceux qui l'entourent sur scène comme dans la vie. Il partage ses convictions avec une ferveur et une souplesse identiques à celles qui animent son geste au-dessus de la batterie... Pierre-Henri Ardonceau (Jazz Magazine) « Longtemps il a accompagné la grande et belle chanson française, sans ne jamais s’être installé dans le confort et la routine d’un plan de carrière banal et linéaire. Inclassable et improvisateur, il se consacre totalement à la musique créative hors des sentiers battus, résultante de racines et sources variées et luxuriantes. Lyrisme, musicalité, sensibilité, semblent composer la matrice basique de sa démarche. » Franck Marly (Sud-ouest) « Sorte de griot occidental, fils spirituel de Nougaro, Monk, Armstrong, Piaf, Powell et Wonder : Lassus scande le vocabulaire de l’âme et prodigue en onomatopées, alternant le jeu du langage et la parole du cœur. »