No Joke Training

C’est en 2007, suite à un conflit entre deux bandes rivales dans les rues de la ville de Grigny, en banlieue parisienne, que Kizo décide de créer le « No Joke Training ». Son objectif est de désamorcer les conflits afin de fédérer les esprits et travailler à canaliser les énergies pour les faire évoluer de manière positive et pérenne par la pratique du « No Joke Training » et l’adhésion à ses valeurs fondamentales. Il exportera ensuite rapidement sa discipline dans un ghetto afro-américain de Harlem, dans une salle de sport au Bronx ; à deux reprises dans une favela de Rio de Janeiro au Brésil, à l’Île de la Réunion, en Belgique et aujourd'hui pour la première fois en Afrique à la République Démocratique du Congo et au Sénégal. Depuis 2013, l’association organise les plus grands entrainements de rue. Ces évènements réunissent de 150 à 200 participants de tout horizon. Discipline rigoureuse alliant force mentale et physique ; « Le No Joke Training » permet aux pratiquants de se dépasser. Elle regroupe des exercices de musculation au poids de corps, différents sports de combat, des méthodes de renforcement musculaire issues des arts martiaux et de sports d’endurance praticables avec des supports pouvant enrichir l’entraînement. Elle permet d’améliorer sa condition physique, d’accéder à la maîtrise d’exercices de musculation et de techniques de combat permettant de pouvoir gérer en souplesse, des situations difficiles ; pendant l’effort ; même extrême. Née dans un quartier défavorisé, son objectif était de recréer un lien social entre les bandes du quartier de Grigny ; elle demeure un véritable modèle et son approche socioculturelle nous invite à mener des actions socioéducatives à travers le monde.