O&LCLAIRVAUX

C’est en 2004 que le Festival Ombres et Lumières a été créé par sa directrice artistique Anne-Marie Sallé dans le cadre de l’animation culturelle et touristique de l’Abbaye de Clairvaux, monument historique appartenant au Ministère de la Culture. Elle raconte : " cette aventure inédite est issue des hasards de la vie : je n’avais en effet aucune vocation particulière à franchir les portes d’une prison. Mais, arrivée pour des raisons familiales dans cette région, j’y ai cherché une occupation dans le domaine de mes compétences. Ayant découvert dans mon environnement proche l’abbaye de Clairvaux, ce lieu presque mythique pour être le seul en France à abriter encore dans son enceinte une ancienne abbaye cistercienne fondée par St Bernard et une prison sécuritaire, j’ai été saisie par ce site absolument extra-ordinaire. J’ai alors proposé à l’Association qui gère le monument d’y créer un festival de musique. Il m’est vite apparu que le projet artistique ne pouvait ignorer les habitants vivant aujourd’hui à l’ombre des murs, ayant succédé aux moines dans un enfermement non plus choisi mais subi. Car c’est véritablement ce double enfermement, ses similitudes et ses différences, qui signe l’identité de Clairvaux." D’année en année le festival s’est développé, illustré par des artistes prestigieux (cf. site www.festivalombresetlumieres.com) et toujours dans le respect de son projet artistique construit sur la double identité de Clairvaux. Cette abbaye cistercienne, construite par St Bernard en 1115 et dont les moines furent chassés lors de la révolution, est devenue au 19ème siècle une prison et le demeure encore aujourd’hui, en mitoyenneté avec l’ancienne abbaye partiellement restaurée. Depuis 2008, le festival accueille chaque année un compositeur en résidence, Thierry Machuel de 2008 à 2011 puis Philippe Hersant, Victoire de la musique 2016, de 2012 à aujourd’hui. Le compositeur invité participe à des ateliers d’écriture menés auprès des détenus de la maison centrale par Anne-Marie Sallé, sur un thème différent chaque année. Le festival commande au compositeur une œuvre dont les textes écrits par les détenus constituent le livret et qui est créée en public lors du festival par un chœur professionnel. Quatre ou cinq concerts sont donnés lors du 4ème week-end de septembre, rendez-vous annuel du festival et point fort de la saison culturelle de l’abbaye, par des artistes de renommée internationale très attachés à ce lieu insolite, sans oublier les jeunes talents ainsi que les musiques du monde. Ce festival est aujourd’hui une action essentielle pour faire vivre et connaître le site de Clairvaux. Il a acquis pour sa 13ème année d’existence une véritable reconnaissance nationale de son action, notamment en faveur de la création contemporaine liée aux ateliers d’écriture menés en milieu carcéral. Il convient de rappeler également toutes les reconnaissances et récompenses que les actions du festival ont reçu depuis huit ans : le film « Clairvaux, Or les murs » tourné en détention et lors du festival 2008 a reçu le Grand Prix de l’Académie Charles Cros en 2010 et le coffret CD d’œuvres de Philippe Hersant « Clairvaux, Instants limites » issu du festival 2012 édité en partenariat avec France Musique et le label AEON a reçu un Diapason d’or et de nombreuses et excellentes critiques. La création 2013 de Philippe Hersant « Métamorphoses », commande du festival issue des murs, a été sélectionnée pour des aides à la reprise par l’opération Ffabrique Nomade, initiée par France Festivals et soutenue par la SACEM, l’ONDA et la Fondation Orange : 6 festivals renommés (Noirlac, La Chaise Dieu, Festival des Forêts,Septembre musical de l'Orne, Flâneries musicales de Reims, Festival Jean de la Fontaine…) ont repris l'oeuvre en 2014 et 2015 avec un grand succès public. Enfin en 2014 un livre « Tentatives d’évasion » témoignage des ateliers d’écriture, des textes composés durant toutes ces années et des œuvres musicales qui en sont issues a été édité en partenariat avec les éditions LOCO. Le festival offre donc un beau témoignage de notre travail collectif de 13 années et la trace concrète qui demeurera un souvenir fort et émouvant pour tous ceux qui contribuent à le réaliser,équipe, artistes, détenus ayant participé aux ateliers et public qui les reçoit. Notre espoir est qu’il prouve à ceux qui en douteraient encore que la culture et l’art ont un rôle essentiel à jouer dans nos sociétés en perte de repères. Et si la qualité et la beauté que chacun a voulu apporter à nos projets vous touche au plus profond de vous-même, nous aurons rempli notre rôle de témoin d’un monde que le dévoilement pourrait rendre plus proche de l’humain qui habite en chacun de nous. Les ombres de Clairvaux se dissiperont alors, mises en pleine lumière par la grâce des oeuvres qu’elles auront fait naître.