oessem

Au lycée, Oessem relève un défi, et écrit ses premières rimes dans les marges de ses cahiers. Mais il y prend goût, et les textes s’enchaînent, écritures automatiques. Au fil des ans, il s’associe avec les mots, mais n’en touche à personne, par pudeur, parce qu’oessem ne parle pas de lui. Petit à petit, l’assurance vient il montre ses textes à Geoffroy, un ami, qui lui propose de les chanter, et le défi est relancé. Oessem hésite d’abord, mais tout ce qui se laisse écrire se laisse parler. Ressortent alors tickets de caisse, bout de nappe de bistrot, papiers froissés, supports de fortune de ses inspirations spontanées et éphémères, qu’il avait empilés et gardés pour lui. Il pose sur ses mots une voix décalée, complice et distante, sur des notes électro. L’alchimie fonctionne, et aujourd’hui le ton est donné ; rap implosif, poésie acide : Bienvenue dans le coulisses de son quotidien.