Rêves de réfugiés

Paris, France

Je m'appelle Antoine LAURENT, j'ai 32 ans. En 2002, je participe à une délégation de 50 pacifistes qui décident de se rendre en Israël et dans les territoires occupés à la rencontre des acteurs de paix dans la région. J'ai alors 20 ans, c'est le tout début de la construction du mur de séparation, c'est aussi mon premier voyage en Palestine. De retour en France, j'entame des études de journalisme audiovisuel... Mon diplôme en poche, je participe en tant qu'assistant réalisateur à plusieurs courts et longs-métrages. J'apprends notamment le métier aux côtés de Raphaël Frydman, Bernardo Bertolucci et Catherine Breillat... En 2012, je co-réalise "Ez Kurdim" ("Je suis kurde") sur la place de la population kurde en France et en Turquie. Février 2013, je me rends dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, situés dans Beyrouth-Ouest. Dans les camps, les conditions de vie sont déplorables mais j'y rencontre une bande de potes formidables : Tarek, Sobhi et Jalal sont nés ici, ils ont mon âge et quand tout les pousse à prendre les armes, eux, choisissent d'ouvrir un centre de soutien scolaire, de miser sur l'espoir, de croire en l'éducation... Je commence à les filmer et me rend compte que ce centre, cet espoir, c'est toute leur vie. En juin 2015, je décide de vivre et tourner à Chatila durant 5 semaines. Durant ce dernier tournage, l'arrivée des réfugiés syriens dans les camps porte l'histoire du film plus loin que je ne l'avait imaginé.. A mon retour à Paris, les Médias relaient la question des réfugiés mais parlent de chiffres plus que d'êtres humains, moi, je viens de quitter des amis... Je ressens l'importance pour ce film d'exister. Ne reste plus qu'à monter le film et le diffuser... C'est à ce moment que vous intervenez !!! Grâce à vous, j'espère pouvoir finir ce film. J'aimerais présenter cette histoire au grand public et diffuser le film au cinéma pour donner à voir la réalité des camps de Sabra et Chatila et ensemble, contribuer à faire vivre leur(s) "Rêve(s) de réfugiés".