Tony S

“Scratch”. De 1996 à 2002, ce sera le nom d’une revue musicale indépendante développée à Marseille et devenue culte. En quinze numéros fournis, cette publication classieuse acquiert une reconnaissance nationale tant de la part des spécialistes que d’un lectorat curieux. Cette expérience permet à son fondateur, Anthony Suarez, aussi connu sous le nom de DJ Tony S de tirer un trait d’union entre ses deux passions de toujours : la musique et le graphisme. Ce sera le début d’une longue série de faits d’armes pour ce natif de la Belle de Mai de 38 ans qui baigne depuis tout petit dans la musique, impressionné par son oncle et son cousin tapant le boeuf à la Stratocaster ou à la sèche lors des apéros dominicaux. La soul, le funk, le hip hop ? Tout cela viendra plus tard, au hasard de cassettes confectionnées par son collègue Christian de radio Galère avec qui il décidera de monter Scratch.... Six ans durant, la petite équipe collabore avec différents graphistes, graffers, illustrateurs ou sculpteurs qui participent à l’esthétique singulière de cette édition. Grâce à son expérience de maquettiste au sein de “Scratch”, Anthony se forme au graphisme et concevra la communication de divers événements culturels : en premier lieu, les concerts organisés par l’association Rock and Soul Organisation (qu’il a créée en 1995), mais aussi Africa Fête, le Café Julien, Le Poste à Galène, El Ache de Cuba. L’A.M.I. fait aussi appel à lui et son équipe pour l’édition d’un magazine gratuit pour le festival Logique Hip Hop. Avec toujours ce fil indestructible : la musique. C’est elle qui le mènera vers l’un de ses autres projets d’envergure : de 2002 à 2004, Anthony s’occupe de la programmation d’un lieu devenu mythique, Le Poulpa(son), à La Plaine. Il réussit à y faire passer des artistes aussi exceptionnels que Sage Francis, Andy Smith, M Sayyid, T-Love, les Angelinos de Why?, Dr Israel, Dee Nasty... Plus tard, Antho tombe sur Alan Douglas, producteur américain qui travailla avec Jimi Hendrix, The Last Poets ou Miles Davis. Pour son label, il réalisera une dizaine de pochettes de disques de jazz, la base de toutes ses passions musicales. Depuis 2010, il expose des artistes de l’image et organise des événements culturels dans divers lieux à Marseille comme le Petit - Longchamp, le Bar de la Plaine ou La Part des Anges.