Objectif atteint merci à tous ! Exposition inédite et pédagogique présentant la DIKOmunication France-Japon au travers des 25 ans de vie du

Large_image_kkbb_profile

Présentation détaillée du projet

France-Japon: La DIKOmunication

 

Grâce à vous le projet de financement participatif de notre exposition "France-Japon: la DIKOmunication" a atteint son objectif un peu après 16h cet après midi vendredi 1er novembre. C'est un vrai succès.  Merci infiniment  à toutes et tous de votre soutien qui va nous permettre d'aller au bout de notre projet. Nous pourrons donc réaliser cette exposition telle que nous l'avons imaginée en début d'année, et mettre en concrètement en oeuvre la "première" dont nous vous réservons la surprise le 8 novembre . A très bientôt pour d'autres nouvelles . Fumiko et Jean-Yves

 

 

Exposition qui retrace les 25 ans d'aventures linguistiques, techniques et humaines du célèbre DIKO français-japonais / japonais-français.

 

Temple_ronds

 

Présentation détaillée du projet

 

Il y a 25 ans, c’était en 1988, à l’époque où les ordinateurs personnels commençaient à peine à exister, mon épouse Fumiko et moi-même (Jean-Yves) avons décidé de rédiger puis d’éditer le premier dictionnaire de poche français-japonais et japonais-français, avec la prononciation francisée des caractères japonais. Un tel dictionnaire n’existait pas. Il m’a manqué furieusement. Nous avons donc décidé de le réaliser nous mêmes. Le but était tout simplement d’offrir au plus grand nombre la possibilité de commencer à parler  facilement le japonais et montrer ainsi que « le japonais c’est possible ! ». Notre dictionnaire s’est appelé le « DIKO » avec pour petit nom « Le Petit Fujy ». Les éléments qui précèdent vous permettent de deviner pourquoi !

 

Diko_recto

 

Diko_verso

 

Le projet pour lequel nous vous sollicitons aujourd’hui votre contribution est un projet d’exposition inédite racontant, comme une histoire, avec une foule d’anecdotes,  les 25 ans d’aventures linguistiques, techniques et humaines de la fabrication et de la vie de notre DIKO. Nous souhaitons profiter de cet anniversaire pour  partager cette aventure avec le plus grand nombre de personnes possible, utilisateurs du DIKO mais aussi vous tous et toutes qui êtes curieux de découvrir quelques facettes encore peu révélées du Japon. Comme le DIKO lui même, nous souhaitons que ce projet d’exposition permette d’encore mieux faire apprécier cet ouvrage qui est devenu l’outil indispensable des relations franco-japonaises. Nous découvrirons ensemble ce qu’est ce concept de DIKOmunication que avons construit, pendant ces 25 années exceptionnellement riches, de manière participative grâce à un nombre insoupçonné de personnes formidables.

Nous souhaitons que ce retour en arrière soit non seulement l’occasion  de revivre ensemble de grandes émotions au travers des surprenantes tranches de vie du DIKO, mais aussi de faire de la pédagogie, expliquer par exemple comment un dictionnaire à succès se conçoit et se fabrique, montrer les outils que nous avons concrètement utilisés pour réaliser cet ouvrage,  comment réussir à franchir les obstacles qui se présentent sur le chemin de l’édition, … et donner envie à d’autres de tenter des aventures similaires car elles valent vraiment le coup !!! Une note positive en période de crise fera beaucoup de bien. Cette exposition sera l’occasion de partager avec le plus grand nombre cette expérience passionnante et de transmettre de manière aussi utile que possible tout ce que nous avons appris au cours de cette fantastique aventure linguistique, technique et humaine.

 

Exergue_ronds

 

2. Qui sommes nous ? le contexte du projet

 

Fumiko est japonaise, née à Tokyo et, moi, Jean-Yves,  français né en Savoie. En 1983, il y a 30 ans, j’ai été envoyé au Japon par la société qui venait de m’embaucher. Nous nous sommes rencontrés au cours de ce premier séjour de 18 mois au Japon.

A cette époque, il n’existait aucun dictionnaire pratique français-japonais / japonais-français avec la prononciation francisée des caractères japonais pour une prononciation facile par un français. Il y avait pléthore de dictionnaires à destination des japonais qui, eux, n’ont pas besoin d’avoir la prononciation de leurs kanjis (idéogrammes ) car ils l’apprennent à l’école . Cet apprentissage dure 8 ans. Pendant les années 83-84, aucun dictionnaire de ce type n’a été publié, ni à mon retour en France.

J’ai beaucoup souffert qu’un tel dictionnaire de format poche n’existe pas. Après des contacts avec de nombreux libraires et éditeurs possibles, qui ne prédisaient que 20 exemplaires vendus au maximum par an, nous nous sommes rendus à l’idée qu’un tel dictionnaire n’existerait pas si,  non seulement nous ne le rédigions pas, mais aussi ne l’éditions pas nous-même. C’est ce que nous avons décidé de faire en 1984 alors que le tout premier ordinateur personnel MacIntosh était à peine commercialisé. Les « Mac » étaient alors si chers que nous avons dû rédiger notre dictionnaire à la main et à l’aide d’une machine à écrire électronique dans laquelle nous avons dû investir pour que l’imprimeur japonais puisse lire les caractères romains sans faire de faute de retranscription.

C’est ainsi qu’a commencé  l’aventure de la rédaction et de la fabrication du DIKO qui a duré 5 ans jusqu’en 1988 date de la publication de la première édition. Pour que ce projet puisse voir le jour, nous avons dû créer une micro SàRL qui s’est appelée KOTOBA (qui signifie le langage ou les mots en japonais). L’attente était tellement forte que nous avons dû sortir une 2ème édition, à peine un an plus tard. Pendant plus de 15 ans le DIKO a encore été le seul ouvrage de ce type avant que d’autres initiatives apparaissent sur le marché car l’intérêt pour l’apprentissage de la langue japonaise grandissait.

 

Exergue_2

 

L’exposition se propose de raconter toutes ces étapes, les nombreuses anecdotes qui jalonnent les 7 éditions publiées jusqu’à ce jour, les rencontres tout aussi fortuites qu’enrichissantes avec une foule de personnes formidables, utilisateurs ou non du DIKO, la fierté d’obtenir des préfaces du Président Valéry Giscard d’Estaing pour les 6 premières éditions et du Président Carlos Ghosn pour depuis la 7 ème édition qui a été entièrement renouvelée. Ce DIKO s’est avéré être un vrai projet participatif ! En effet, la communication avec les utilisateurs a été d’une richesse inespérée, en témoigne seulement le taux de réponses à notre questionnaire à l’utilisateur qui a atteint le chiffre incroyable de 26 % pour la seule première édition. Une partie de l’exposition fera partager l’extraordinaire pertinence,  richesse et originalité des commentaires et des suggestions reçues.

Une petite surprise attend les visiteurs de l’exposition : la présentation d’un record du monde lié au monde de l’édition et au Japon, qui marquera les esprits  et aidera à comprendre un peu mieux pourquoi l’aventure du DIKO conçu en France et « made with Japan » a été aussi extraordinaire.

 

À notre équipe est venu s'ajouter Studio3pièces, duo de jeunes graphistes qui portent dans leur identité la double culture France/Japon. Nous leur avons confié la direction artistique et la réalisation des éléments de l'exposition des 25 ans du Diko.

Merci à tous nos partenaires pour leur soutien précieux : la ville de Metz, L'association Metz-Lorraine-Japon, Studio3pièces, Cofratech, Taiyo Europe, Metz Expo, GeorgiaTech et Kotoba Editions.

 

Lampions_ronds

 

       3.  Quand se tiendra cette exposition ?

 

Il est prévu que cette exposition se tienne :

- à Metz, la ville où le DIKO a été conçu de la première à la dernière page, du vendredi 8 au vendredi 15 novembre 2013

- à Paris ( Maison de la culture du Japon) du mardi 21 janvier au samedi 8 février 2014

- à Tokyo à l’automne 2014 à partir d’une date qui reste à définir.

 

Il est ensuite prévu que l’exposition puisse être mise à disposition dans les maisons de la culture japonaise, écoles d’enseignement du japonais, bibliothèques de collèges ou des lycées qui la demanderaient.

 

À quoi servira la collecte ?

L’édition et la diffusion d’un tel ouvrage ayant davantage relevé du bénévolat culturel que d’une activité économique rentable, nous comptons sur vous pour nous aider à réaliser cette exposition et continuer à faire partager cette expérience unique au plus grand nombre.

 

Les 5000€ seront intégralement investis dans la réalisation de l’exposition et serviront à :

 

- Concevoir et fabriquer les panneaux et autres supports de l’exposition… 3000€

- Fabriquer et /ou louer les vitrines de présentation des étapes de fabrication du DIKO, des dictionnaires français-japonais rarissimes édités lors de l’ère Meiji, et des étapes de fabrication du DIKO.. 1000€

- Créer les ateliers interactifs et participatifs de l’exposition permettant de faire partager aux visiteurs un petit bout de l’aventure linguistique et humaine que nous avons vécue. …500€

- Présenter le record mondial dans le domaine de l’édition qui sera une expérience inoubliable pour chaque visiteur… 500€

 

Les fonds recueillis au delà de 5000€ serviront à concevoir, fabriquer et éditer une brochure souvenir de l’exposition qui sera proposée en priorité aux personnes qui en émettront le souhait.

 

 

Exemple de cartes postales proposées dans les contreparties :

 

Cartespostales_visu

 

Exemple de posters en tirage limité proposés dans les contreparties :

 

Affiches_visu2

Thumb_photo_profil
Kotoba - DIKO

Fumiko est japonaise, née à Tokyo et moi, Jean-Yves, français né en Savoie. En 1983, il y a 30 ans, j’ai été envoyé au Japon par la société qui venait de m’embaucher. Nous nous sommes rencontrés au cours de ce premier séjour de 18 mois au Japon. J'étais envoyé dans une société sidérurgique japonaise en qualité de chercheur dans le domaine de la... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Quelle est la spécificité de l'édition spéciale 25 ans?

C'est une excellente question. Nous les dévoilerons au fur et à mesure de l'avancement du projet KKBB, car il y en a plusieurs. Une est déjà mentionnée dans le texte de présentation.
A bientôt pour une information complémentaire.

+ Est ce que je pourrais acheter des cartes postales ou des posters lors des expositions?

Merci de cette excellente question qui nous permet de préciser que les cartes postales et les posters spécialement créés pour le projet de financement participatif sur KKBB ne seront attribuées qu'aux seuls contributeurs au projet DIKOmunication sur KKBB. Merci de faire passer ce message autour de vous.

Derniers commentaires

Thumb_default
RDV à Paris pour l'expo de janvier 14
Thumb_default
Bonne Chance Jean-Yves et Fumiko pour cette exposition et encore bravo pour l'indispensable DiKO ! Amicalement, Ph
Thumb_default
pour que ça aille jusqu'au bout bises à tous les deux