Large_franky_2014_3

The project

12631_168201693428_6738491_n

 

 

Il se peut qu’un jour, l'enthousiasme vous quitte comme une femme qu'on aurait trop mal aimée. Que votre vie, autrefois si aventureuse, louche avec l'âge du côté de la routine. De réunion du personnel en lancement de livre, de dîner d'affaires en voyage professionnel, mon quotidien à ses débuts si exaltant était devenu d’une banalité déconcertante. Jusqu'à cet instant ultime où, sans crier gare, la mort vint gratter à ma porte et me fit vivre une expérience paranormale hors du commun !

 

Cet état de conscience modifié, je l’ai atteint en essayant de gravir les cinq étages via l’escalier de service de l'immeuble où je réside. J’en avais assez du harcèlement perpétuel que me faisait subir ma concierge, véritable chienne de garde du syndic de la copropriété. Ce détour saugrenu faillit m’être fatal. Essoufflé par les dix-sept premières marches je perdis, malgré moi, connaissance et sombrai rapidement dans un coma profond. Par miracle, un petit chien (nommé Pouffy comme je devais l’apprendre plus tard) qui attendait sagement son maître sur le pas de la porte, me sauva la vie en desserrant ma cravate maculée de sauce bolognaise de la veille.

 

La vie, tout comme ce petit chien au regard si profond, est là pour nous rendre humble et, même si je n’aime pas trop me prendre des bifles, il faut bien le reconnaître : souvent l’humiliation est la voie de l’émulation. Je remercie donc tous les jours le ciel d’avoir recraché violemment cette boulette de viande

au goût douteux qui projeta tant de sauce sur ma cravate. Pouffy en la léchant vigoureusement finit par détendre le nœud, empêchant ainsi sa mortelle étreinte. Ivre de reconnaissance, je l’ai racheté à son maître à prix d’or mais qu’importe ! Pouffy, mon sauveur, Pouffy mon éminence grise à reflets roux, entre nous, il n'y a pas et il n'y aura jamais de petites économies. Depuis cet accident, la purée de pois qui obstruait autrefois mon cerveau, aussi épaisse et grasse que la sauce bolognaise de Luigi, s’est dissipée pour laisser place à une méchante éclaircie. Outre le fait qu’il faut vraiment que j’arrête d’aller dans ce restaurant, j’ai enfin compris ce que le destin attendait de moi.

Entre la vie et la mort, il existe un endroit merveilleux où votre esprit se détache des entraves du corps et flotte au gré de paysages fabuleux. Ces quelques minutes suspendues entre deux mondes m'ont paru durer une éternité. J'ai eu des visions, énormément de visions et puis j'ai entendu des aboiements. Des bébés chiots aux truffes de lumières m'ont pris par la main afin de me révéler l’avenir. J'ai gardé les yeux grands ouverts et le spectacle qui s’offrit à moi fut d’une magnificence telle que mes jambes en jouaient de la guitare. Puis des centaines de milliers de personnes avancèrent vers nous hagardes et mal fagotées. Je reconnus un à un tous ces visages, c’étaient les habitants de ma ville… Bordeaux ! Une voix me susurra quelque chose à l’oreille en me grattant la tête. Je me mis à japper et sautiller jusqu'à ce que la masse se rassemble et finisse par me suivre diligemment. Ils n’étaient plus les mêmes, leurs visages irradiaient de bonheur et ils étaient tous habillé en sportswear italien.

 

Lorsque j’ouvris les yeux dans ma chambre d’hôpital, mes pensées se dirigèrent bien évidemment vers mon ami Jean-Pierre Chevènement, mais ce que j'ai vécu dans cet état-là, beaucoup d'autres l'ont vécu avant Jean-Pierre et moi. Certains nous traîtent de fous ou d’affabulateurs. D'autres, un peu à l’image de ces francs-maçons dotés de super pouvoirs psychiques, comprennent exactement ce dont je parle. Mais soyons honnêtes, la signification de cette épiphanie ne laisse place à aucun doute. Je serai à Bordeaux ce que Pouffy sera à ma nouvelle vie : un guide ! Vif, soyeux, aussi autoritaire qu’affectueux…

 

J’ai donc décidé, et ce malgré les mises en garde répétées de toute mon équipe administrative, d’entrer en politique et de me présenter aux élections municipales de la ville de Bordeaux. Je serai plus qu’un candidat, je serai votre noble champion. Si nous voulons redonner à cette ville la douceur d’un un apéritif entre amis au coucher du soleil en terrasse, offrons-lui d’abord le leaderchips qu'elle mérite !

 

Alors dites-le avec moi : Bordeaux oui ! Mais Bordeaux supérieur !

 

 

 

 

 

 

Kino_2_095

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

Notre graphiste de campagne a planché. Voilà ce à quoi ressembleront les t-shirts :

 

Teesh-pose-test4app

 

 

Et voilà les badges :

 

 

Badges_franky6

Why fund it?

Logo-franky-2014-web_fond

 

Bordeaux Oui ! Mais Bordeaux Supérieur !

 

Bordeaux, capitale du monde 

Le Bordeaux que j’aime, c’est le Bordeaux de la conquête et du progrès.

C’est le Bordeaux qui fonce tête baissée et qui force les serrures, qui n'hésite pas à mouiller sa chemise en se jetant dans la Garonne.

C’est le Bordeaux qui éclabousse, qui tache et qui rayonne.

C’est le Bordeaux des grands travaux, des gros chantiers, mais aussi des petits projets, car en Gironde ambition peut très bien rimer avec tire-bouchon !

Mon histoire et mon expérience me donnent la force nécessaire pour hisser cette ville au top 10 des capitales du monde. Puisque notre futur n’est pas écrit laissez-moi vous le dessiner avec une bombe de peinture sur le mur de l'avenir.

 

Un site Internet participatif

Dans cette campagne, j’ai décidé de frapper vite et fort en lançant PERSPECTIVE 33.

Un site INTERNET, où je vous présenterai quotidiennement un nouvel aspect de mon programme, que soit dans le domaine social, dans le champ de l'économie, sur le terrain culturel ou viticole, aucun sujet ne sera tabou ! Un projet global se définira alors sous vos yeux et qui, à l’aide de vos remarques pertinentes, s’améliorera exponentiellement. Pour gagner la guerre des idées, j'ai besoin d'alliés prêts à ne pas ménager leurs méninges.

 

Un candidat sincère et droit

Je sais, l'époque est difficile, les mœurs se troublent, le temps se gâte (c’est d'ailleurs sûrement pour ça que mon genou me fait mal). Mais l'heure n'est plus aux promesses ! Rassurez-vous, des promesses, je ne vous en ferai jamais ! Pour moi la politique ce n’est pas à qui dissimulera le mieux les faits.

Non ! J’ai une morale. Et  j'aimerais rappeler à mes amis de la classe dirigeante que la morale ce n’est pas comme les capotes, on doit tout le temps y penser !

 

Un candidat proche de ses électeurs

Récession, endettement, inondation et cette année encore pas de qualification pour Intervilles ! Bordelais, Une curieuse malédiction pèse sur vous ! Je veux conjurer le sort et je refuse ce menu unique à l’offre si pauvre en digestif que l’on essaye de nous faire avaler ! Entre la poire et le fromage, entre le déclin et le sursaut, je suis comme vous, je veux choisir ! Mon cœur ne bat pas au rythme du pacemaker des technocrates de Bruxelles, mais il raisonne à l’unisson avec celui du peuple.

 

Un candidat sans parti

Les Bordelais sont ma famille, et cette famille je vais la rassembler autour d’une table qui ressemblera étrangement à un buffet à volonté. Cousins, cousines, venez à mes meetings, vous êtes tous les bienvenus, car je n’ai pas de parti. Je suis comme le bon vin, sans étiquette !

Avec mon équipe, nous viendrons à vous, dans vos quartiers, dans vos maisons, dans vos chambres, dans vos lits et ce sera une occasion de partager le cubi de l’amitié et aussi de se serrer la main. Une main forte et complice avec un petit doigt qui vous chatouille la paume.

 

Un candidat qui a besoin de vous

Et lorsqu’au petit matin il restera encore à boire, vous pourrez en toute liberté décider de rejoindre mon mouvement, car si vous avez besoin de moi, j’ai également besoin de vous !

Faute de combattants, vous le savez tous, toute conquête est vaine.

Alors, laissez moi vous demander ceci : a-t-on vraiment besoin de réfléchir lorsqu’on a pour seul désir celui d’agir ? Venez coller nos affiches, soutenez notre campagne avec vos dons en liquide ou asseyez-vous là, on va bien finir par trouver quelque chose à vous faire faire…

 

Quoi qu’il en soit si vous me lisez jusqu'au bout c'est que vous êtes déjà en train de faire le bon choix.

 

EN 2014 : ROTEZ FRANKY !

 

N’hésitez pas à nous contacter par mail à jerotefranky2014@gmail.fr

 

P1010383

 

En politique comme en sous-vêtements je suis un adepte de la transparence. Ce que je vous propose ici c'est une campagne à ciel ouvert, où les recettes comme les dépenses seront aux vues de tous et de toutes... Personne ne pourra dire que je tape dans la caisse des Requins Marteaux pour financer cette folle aventure !

 

Plus précisément, cette collecte servira partiellement à financer :

– des vidéos de campagnes (1200€)

– des clips musicaux (1400€)

– des outils promotionnels tels que des affiches, flyers, auto-collants, t-shirts, etc. (4200€)

– les frais de représentation du candidat Franky (800€)

– les frais de bouche du candidat Franky (1400€)

 

Nous demandons 5000€, mais nous aimerions vraiment atteindre les 7000€ de participation via Kiss Kiss Bank Bank, sur une campagne dont le budget total est de 9000€.

 

Affiche01-cmjn-web

Thumb_logo_rm_color
Franky 2014

Fondé en 1991 par Guillaume Guerse, Marc Pichelin et Bernard Khatou, Les Requins Marteaux est un collectif à géométrie variable : à la fois éditeur, producteur de films, concepteur d'expositions et organisateur du festival Rétine, son approche tentaculaire décline sur différents supports l'univers souvent irrévérencieux et sans concessions des auteurs de... See more

Newest comments

Thumb_default
POUFFY!!!
Thumb_photo
Franky 2014, le candidat qui rayonne jusqu'à Amiens (80) !
Thumb_default
Fonce Franky ! On croit en toi ! Vive le Bordelais libre !