Aidez-nous à financer une web série inédite sur le solfège !

Large_fotorcreated3-1442779127-1442779141

Présentation détaillée du projet

 

 

Présentation du projet :

 

Les leçons de « Fuckin’ Musique » sont des épisodes d’une série web destinée à Youtube de vulgarisation musicale. Chaque épisode (entre 8 et 12 minutes, à part les deux premiers) a pour but de faire découvrir une étape de l’apprentissage de la musique. On appelle ça du solfège.

C’est là aussi le deuxième but de la série : rendre le solfège « sexy ». Jouer sur les clichés, les à prioris, et les détourner de façon humoristique.

Le nom vient des « leçons de FM » pour Formation Musical. Tout élève en conservatoire comprendra. Mais F(uckin’) M(usique) ajoute un ton rock’n roll qui doit transpirer de chaque épisode.

 

 

Intentions du réalisateur :

 

               "En tant qu’artiste, j’ai passé ma vie à la traine. Je ne suis pas un grand comédien. Le jour où je l’ai compris a été le pire de ma vie. Je ne suis pas un grand musicien. Cela je l’ai toujours su, moi qui ais voulu arrêter la musique durant la totalité de mon adolescence. Je ne suis pas un grand réalisateur, soyons réaliste, je commence juste à découvrir le monde de l’audiovisuel. Et même si j’ai toujours eu plein d’histoire en tête, je n’ai même pas commencé de carrière en tant qu’écrivain ou scénariste. Mais alors, comment ai-je pu réunir des personnes qui croient en mon projet ?

 

Tout d’abord grâce à ceux qui m’ont permis de continuer, de ne pas lâcher, et d’arriver malgré tout au niveau que j’ai aujourd’hui. Pour cela, je veux crier mon amour à touts les pédagogues que j’ai rencontré dans mon parcours artistique. Professeurs de saxophone, de solfège, de théâtre, mais aussi certains professeurs de primaire, collège, lycée et d’université… Merci. Merci de ne pas choisir la voie de l’excellence, et d’avoir permis à un jeune un peu paumé de continuer dans toutes les voies qui se présentaient à lui. Merci de ne pas croire en l’élitisme individuel, mais en l’élitisme collectif, et de toujours chercher à fournir et à demander le meilleur, pour tous. Et s’il y a bien une voie où je me sens serein, c’est celle là. Celle de la pédagogie. L’enseignement, pour des cancres artistiques comme moi qui un jour auront la possibilité de faire un choix. Les braconniers font les meilleurs gardes-chasses… Ou comment mettre à profit toutes ces années de questions stupides que je n’ai pas osé poser, de ces refus d’une règle que je ne comprends pas et dont mon enseignant n’a pas daigné m’expliquer le but, mais uniquement la forme. Aujourd’hui, je veux pouvoir montrer à une nouvelle génération d’artiste que l’on a le droit d’être perdu, qu’ « être mauvais » est une expression qui n’a aucun sens dans les arts (a-t-elle un sens ?), et que ceux qui abandonnent ne sauront jamais à quel point ils étaient proche de réussir. Ne pas se poser de question sur soi, juste aller chaque jour un peu plus loin, et découvrir un instant que l’on est arrivé au niveau de personnes que l’on idolâtrait quelques années auparavant. Et continuer.

 

L’autre raison qui me permet aujourd’hui de présenter un projet tel que les Leçons de F(uckin’) M(usique) est justement la chance qu’on m’a donné de ne pas me spécialiser. Je ne suis excellent dans aucun de mes domaines… Mais je suis un bon musicien. Un bon comédien. Un bon pédagogue. Et en passe devenir un bon réalisateur.  Je suis donc à même de créer ce projet qui réunit la totalité de mes compétences, implique chaque part de ma  personnalité… Un projet mélangeant les arts, ce qui a toujours été mon but. Je n’avais juste jamais pensé que la pédagogie serait un art comme les autres à introduire dans ce mélange bouillonnant, et je suis ravi de voir la forme que cela prend.

Cette forme, justement, a touché un sujet auquel je ne me serai pas attendu : le solfège. Pourquoi cela ? Peut être parce que c’est justement la discipline qui m’a le plus rebuté dans mon apprentissage, que je suis loin d’être le seul dans ce cas… Et qu’aujourd’hui, alors que je le mets en pratique tous les jours et que je l’enseigne en classe, je réalise à quel point il est fondamental. Alors pourquoi ce rejet général de la part des élèves, ou même de gens qui n’en ont jamais fait mais qui sont déjà pleins d’à prioris ? Une mauvaise façon de l’enseigner ? Peut être. Des à prioris, justement, qui ont la vie dure malgré des évolutions permanentes apportés par les enseignants ? Sûrement. Mais aussi un manque de concret, je me souviens avoir appris le solfège enfant durant 3 ans avant de réaliser que cela avait un lien avec la pratique de mon instrument ! C’est pourquoi, au milieu de ce renouveau de la formation musicale, je souhaite mettre ma pièce à l’édifice et apporter un nouvel outil d’apprentissage,  dans un format qui n’existe pas ou très peu.

Le ton, justement, est un point fondamental dans ces Leçons, et sur lequel je me remets en question en permanence… Il est ici très direct, assez cru, à la limite parfois du vulgaire. Cependant, il n’est jamais gratuit. Et n’a pas été un choix volontaire, mais c’est imposé à moi lors de l’écriture. Je pense tout simplement que lors de la création des premiers épisodes, j’ai écrit en employant le ton que j’aurais aimé entendre quand j’étais plus jeune dans ces cours souvent d’un autre temps. Plus la couche de poussière est épaisse, plus il faut l’attaquer de manière corrosive… l’acidité qui réveillera l’éclat de la FM viendra de ce ton ! J’espère entendre certains de mes anciens enseignants s’exclamer « Mon Dieu, comment traite-t-il Bach ? Il n’a pas le droit de faire ça ! », tandis qu’en même temps les meilleurs que j’ai rencontrés proposent à leurs élèves de voir mes contenus, comme un moment de divertissement, une respiration au milieu d’une théorie asphyxiante tout en restant dans le sujet du cours. Et que des enfants comme moi à leurs âges lèvent enfin la tête de leurs bras et puissent se dire « Merde, on a le droit de voir le solfège comme ça ? Alors d’accord ! ». Tout simplement."

 

 

Les personnages :

 

Les épisodes seront construits autour de trois personnages, joués par le même acteur.

 

Le prof : C’est le personnage principal. Il porte une barbe de 15 jours. Il enseigne les cours, à sa façon. Il est assez extrême dans toutes ses réactions, positive comme négative. Parfois à la limite du WTF… Mais plutôt cool dans l’ensemble, bien qu’assez vénèr’. Il s’adresse tantôt à « sa classe », les spectateurs, tantôt à l’élève.

 

L’élève : C’est la réplique principale du prof. Il est imberbe, et porte une casquette. Un cancre assumé, un rien geignard. La référence serait « le geek » dans les vidéos de Matthieu Sommet « SLG », avec un peu plus de caractère (son côté cancre).

Il pose sans sourciller toutes les questions, même stupides, que tout élève se pose en solfège, et n’ose parfois pas demander. Résultat, il se fera souvent casser par le prof, parfois soutenir… Mais le spectateur aura toujours la réponse à ses questions.

 

Le pédant : Antagoniste du prof, il fera irruption de manière improvisée à chaque épisode. Il porte la moustache et la raie de côté. Son rôle est de pointer les approximations du prof. Les simplifications de ce dernier sont primordiales pour que le néophyte ne soit pas larguer… Mais hérisseront le pédant ! Il interviendra alors pour remettre les choses en places, à l’aide de démonstration plus pointues. Avant de se faire littéralement dégommer par le prof (à chaque fois d’une manière différente, batte, flingue, chaussure…). Son but est de satisfaire aussi les connaisseurs qui pourraient se dire devant la vidéos « Mouai, là, il est pas franchement exact », tout en gardant une vidéo abordable pour les non musiciens. Ils pourront faire l’impasse sur son intervention (pour commencer), et ses entrées et sorties dynamiseront la vidéos.

 

 

Influences :

 

Voici un texte rédigé par le réalisateur lui même ou il parle de ses influences …

 

" Grand visionneur de « l’univers Youtube », je suis tombé sous  le charme des vidéos de vulgarisation… De sciences, de biologie, de cinéma, d’histoire, de mathématiques, il en existe pour tous les gouts, sous toutes les formes. Certaines plus que d’autres ont retenues mon attention, et m’ont donné envie d’ouvrir ce genre à la musique, pour le moment peu représentée.

 

Ainsi, je garde toujours en mémoire le rythme et la dynamique de Karim Debbache sur sa série « Crossed », chaine parlant de film en rapport à l’univers du jeu vidéo.

Je prie pour être aussi drôle que Léo Grasset sur sa chaine « DirtyBiologie » (qui traite de biologie comme son nom l’indique), et avoir des animations aussi réussies.

J’espère avoir la plume de François Theurel du « Fossoyeur de Film », chaine sur le cinéma de genre.

Et surtout, je me bats pour être aussi pédagogique que Bruce Benamran sur sa chaine « E-penser », chaine de physique et de science, qui a quand même osé réaliser des vidéos de près de 30 minutes sur la relativité relative où générale, où de 20 minutes pour aborder la respiration humaine. Aller au fond des choses, sans avoir peur de perdre le public, puisque le sujet est passionnant.

Merci enfin à Mathieu Sommet de « Salut les Geeks », qui m’a fait découvrir le monde des vidéastes internet. Il a été mon premier coup de cœur sur Youtube, et bien que ses vidéos ne soient pas pédagogiques, je pense que cela se ressent sur mon écriture…

 

 

Fotorcreated2-1442778300

(Haut gauche-droite : Le Fossoyeur de film-Salut les Geeks, Bas gauche-droite : DirtyBiologie-Crossed, Milieu : E-penser)

 

Il y a une vraie demande sur internet de ce genre de vidéos. Et en musique, l’offre n’est pas très dense. Et surtout, aucune chaine ne propose un vrai apprentissage, mais plutôt une approche générale de la musique, ou bien une analyse de morceau.

Le cœur de cible des spectateurs est multiple : Les internautes tel que moi qui s’intéressent à la vulgarisation dans divers sujets (et resteront regarder grâce à l’écriture et au rythme), les musiciens en herbe (qui resteront grâce à l’apprentissage détaillé de manière hyper ludique), les musiciens confirmés (qui resteront parce que ça les fera marrer, et qu’ils trouveront le sujet bien amené), et dans mes rêves les plus fous, les enseignants de musique qui conseilleront ces vidéos à leurs élèves pour leur donner envie."

 

État d'avancement du projet :

 

Concrètement, nous avons tourné un teaser que vous trouverez en haut de page, la story-boardeuse a dessiné les deux premiers épisodes complets (vous verrez ci-dessous des extraits), les thèmes qui seront abordé  dans la saison sont choisis, les épisodes 3 et 4 sont déjà écrits et d'autres petites surprises aussi ! Nous recherchons actuellement des aides aussi. 

 

S1ep1-1442831816

(Extrait du storyboard du premier épisode)

 

S2ep2-1442831826

(Extrait du storyboard du second épisode) 

 

L’équipe :

 

Ce projet est produit par une société de Production basée à Tours. La productrice et amie du réalisateur a fait en sorte de lui procurer une équipe technique de professionnels pour garantir une bonne qualité d’image et sonore et musicale, car un compositeur s’ajoute à notre équipe.

Nous sommes donc 7, en comptant Robin.

 

Liste des postes

 

Robin Gwénolé : Réalisateur-scénariste-acteur

Pauline Moreau : Productrice

Irina Joseph : Assistante de production-assistante réalisatrice 

Charles Bommert : Cadreur 

Benoît Hauton : Chef opérateur de son-mixeur

Clément Prest : Compositeur

Emily Vamvakas : Story-boardeuse.

 

 

Fotorcreated-1442775462

 

(Haut gauche-droite : Pauline Moreau-Irina Joseph, Milieu gauche-droite : Clément Prest-Benoît Hauton,

Bas gauche-droite : Robin Gwénolé-Charles Bommert)

 

 

 

 

Que vous soyez amateurs de musique comme nous ou juste curieux, nous espérons que ce projet vous sensibilise, et que comme nous vous pensez qu’il peut apporter quelque chose au vaste monde d’internet. Nous vous remercions d’avance pour votre petit ou grand coup de pouce. 

À quoi servira la collecte ?

Le financement participatif nous permettra de réaliser les deux premiers épisodes de la série, afin d’ensuite postuler à des aides plus "importantes" (tel que la région).

 

A titre informatif voici les principaux postes de dépenses  en tournage et en

post-production que nous aimerions financer grâce à votre soutien :

 

Location des costumes et accessoire : 300€

Location d’une salle de montage et de mixage : 200€

Location d’une salle de montage et de mixage (auditorium, pour le son) : 500€

Location du matériel : 900€

Le catering et frais de logements : 400€

Les frais d’essence : 200€

 

 

Si la collecte dépasse la somme demandée, nous pourrions améliorer les qualités des tournages ainsi que de la série, ce qui n'est pas du tout négligeable ! 

Thumb_img_0426-1442779979
Irina.Joseph

J'assiste Pauline Moreau (productrice d'All In One) sur ce projet, et je serais assistante réalisatrice lors des tournages.

Derniers commentaires

Thumb_default
On a hâte de suivre les épisodes!!
Thumb_default
Feliz cumpleanos Rob Rob :) !!! The show must go onnnnn!!
Thumb_default
Au plaisir de reprendre quelques cours de solfège! Pour moi ça remonte à environ 20 ans maintenant ;)