Génération Tahrir est un webdocumentaire sur les jeunes Égyptiens. Avant la révolution, ils n'avaient pas leur mot à dire, écrasés par une société patriarcale. De l’activiste du Caire au paysan de Haute-Egypte, en passant par l’ouvrier de Suez… ils ont repris leur destin en main. Ils sont les visages de ce nouveau pays, où tout reste à inventer.

Large_generationtahrirbankbank

Présentation détaillée du projet

 

 

Le 25 janvier 2011, ils étaient en première ligne. Ce sont eux qui défilaient dans les rues du Caire, d’Alexandrie, de Suez, bravant l’interdiction de manifester en vigueur dans leur pays depuis 1981. Eux qui affrontaient les bombes lacrymogène et les matraques des policiers anti-émeute, avec un courage insensé, pour « prendre » la place Tahrir. Eux, ce sont les jeunes Egyptiens, qui ont entraîné tout leur pays dans la révolte, déboulonnant Hosni Moubarak, pharaon indétrônable depuis 29 ans.

 

 

Un an plus tard, le constat est sans appel : Tahrir n’était qu’une première étape. Si les jeunes ont réussi à couper la tête du système, son corps marche encore. Aux manettes depuis la chute de Moubarak, l’armée pilote d’une main de fer la période dite de « transition ». Conservateurs et attachés à défendre leurs intérêts, les militaires musellent toute contestation tandis que le pays s’enfonce dans un marasme économique inquiétant.

 

 

Pourtant, l’espoir est encore permis. Les jeunes Egyptiens savent qu’ils peuvent désormais échapper à cette vie que leurs aînés leur promettaient, une existence sans avenir, faite de chômage, pistons, petits boulots, mariage tardif et frustration. Ils sont 48 millions – 60 % de la population, à avoir moins de trente ans. De l’activiste cairote au paysan du Delta, de la jeune Sœur musulmane au contrebandier du Sinaï, du jeune ultra aux étudiants coptes de Haute-Egypte, tous se sentent désormais concernés par le futur d’un pays qu’ils ne rêvaient souvent que de quitter il y a quelques mois. Qu’est-ce que la révolution a vraiment changé dans leur vie ? Comment se représentent-ils les années à venir ? De quoi serait faite leur « Egypte idéale » ? En lançant la révolution du 25 janvier, la jeunesse égyptienne a repris son destin en main. Tout l’enjeu désormais, est de savoir si elle saura se faire la place qui lui revient dans la nouvelle Egypte.

Suivez le déroulement du projet sur notre blog

Qui suis-je ?

Nous sommes quatre jeunes journalistes installées au Caire depuis quelques années. Nous avons vécu la révolution ensemble, et au-delà de l’expérience professionnelle, ces dix-huit jours restent pour nous une aventure humaine exceptionnelle. La détermination et l’énergie des jeunes Egyptiens nous ont donné envie de nous lancer dans un projet au long cours : dresser le portrait de cette jeunesse en mutation. Photographe, journalistes de presse écrite et de radio, nous sommes l’homme-orchestre (ou plutôt la femme-orchestre) de Génération Tahrir.

 

  Marion Guénard, 29 ans, correspondante de Radio France

  Pauline Beugnies, 29 ans, photojournaliste, Out of Focus

  Rachida El Azzouzi, 30 ans, journaliste à Mediapart

  Nina Hubinet, 28 ans, correspondante de La Croix

 

À quoi servira la collecte ?

Nous sommes quatre journalistes basées au Caire. Installées là depuis quelques années, nous avons suivi la révolution égyptienne et récolté bon nombre de témoignages et d’histoires, sur différents supports : photos, sons, vidéos… Maintenant, nous avons besoin de votre soutien pour finaliser notre projet et lancer la plateforme de notre webdocumentaire.

 Suivez le déroulement de notre projet sur notre blog

DEVELOPPEMENT DE NOTRE SITE

13 500 EUROS

Notre plateforme sera développée en HTML5. Pour les « non-geeks », c’est un outil tout nouveau, qui supplante petit à petit le format Flash, jusqu’alors utilisé pour la création de webdocumentaire. En gros, le HTML5 offre une très grande interactivité, avec la possibilité notamment de faire intervenir les protagonistes et le public dans la production multimédia. Cela permettra donc de prolonger la vie de notre webdocumentaire, grâce à une alimentation participative. A terme, chacun sera en mesure d’ajouter de nouvelles histoires sur cette Génération Tahrir, sur ses enfants, petits-enfants…

 

TRADUCTION ARABE > FRANCAIS

1000 EUROS

Nous parlons toutes l’arabe et sommes capables de nous débrouiller sur le terrain sans traducteur. Cependant, pour être certaines de rapporter sans erreur les propos de nos protagonistes, nous avons besoin d’un coup de pouce arabophone lors du derushage. 

 

DEPLACEMENTS DANS LE PAYS

500 EUROS

Pour compléter notre webdocumentaire, nous devons encore nous rendre dans le Sinaï et en Haute-Egypte notamment. Nos modes de transports privilégiés : le bus et le train de nuit. 

 

Thumb_logo_squarred
Génération Tahrir

We are four free lance journalists, four women under 30, living in Egypt for the past two years. We covered the January 2011 upraising for our medias, and lived this historical moment next to the Egyptian youth, at the heart of the events. Some of them were our friends. We shared their grief when revolutionaries fell to police snipers. We saw them... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
je suis super heureux pour vous, c'est génial que des projets comme ça se réalisent! bon courage à vous 4, j'ai hâte de voir le résultat! Etienne
Thumb_default
Bravo et bonne chance pour le webdocu. Faite nous découvrir cette jeunesse égyptienne qui a tant fait pour le printemps arabe.
Thumb_logo_squarred
Merci MERCI Merci Shukran Thank you, nous sommes arrivés au but avant même la fin du décompte!! Merci et continuez à nous suivre pour la sortie de webdocu dans quelques mois!!!