Viens voir, tu vas voir ce que tu vas voir, comme c'est incroyable ce qu'il y a là, comme c'est triste mais beau quand même, tu vas bien voir.

Large_visuel_kiss_kiss_bon-1483602057-1483602080

Présentation détaillée du projet

Bonjour tout un chacun, salut à toi, voici une photo de neige :

 

Neige_petite-1483602197

 

C’est l’hiver,

 

Il y a même eu hier quelques grammes de neige fondue sur les pare-brises de la banlieue parisienne. Mais c’est l’hiver en mode chaud les marrons : il paraît que notre terre bat chaque année le record de ses propres températures, en unique compétitrice. 

 

Ce serait bien de célébrer l’hiver, non ?

 

Je n’en sais rien si c’est vrai, le réchauffement climatique – ou si c’est une vue de l’esprit, une manière fraîchement échafaudée de dire comme le vieux ronchon qu’« il n’y a plus de saison ». Mais en attendant qu'une vérité quelconque nous éclaircisse, je prends le parti aujourd’hui de lever mon verre à la santé de l’hiver. Comme quelque chose qui pourrait disparaître. Quelque chose d’un peu incertain. Hommage aux trucs qui tremblent. Aux frissons. A la peur du noir. A la mélancolie. Et au besoin, surtout, de nous tenir chauds les uns contre les autres.

 

Voilà : l’hiver. C’est le sujet du premier album de GERONIMO ! CHAPEAU. Il s’appelle NOVEMBRE. C’est cet album là dont vous pouvez soutenir la parution dans cette campagne de financement. Oui. La chanson dont vous avez vu le clip en vidéo au dessus en est tirée - et celle qui est en dessous aussi :

 

 

Et maintenant : nos têtes.

 

Photo_raccourcie-1483543000Photo_mathilde_raccourcie-1483543156

 

Nous, c’est Jérémie Chapelain (texte, composition, guitare, chant) et Mathilde Dupuch (accordéons, couleurs, arrangement).

 

Ce n’est pas super excitant pour moi d’écrire qui nous sommes en vrai. J’aime mieux inventer à vue d’œil la vie d'une chose rapiécée de toute pièce qui s'appellerait GERONIMO ! CHAPEAU. Dire que nous serions une volaille par exemple. Ou un trou noir. C’est plutôt agréable d’énumérer tout ce que nous pourrions être ? La liste est tellement vaste. Alors qu’être quelque chose, à mon avis, c’est trop court – ça sert au col.

 

D'ailleurs, avant, je n’avais même pas de tête. Comme le prouve la photo suivante.

 

Photo_raccourcie_sans_t_te-1483543334

 

Il y a beaucoup d’ambitions différentes : pendant ces quelques dernières années, mon ambition était de ne pas en avoir. J’ai échoué – mais je ne regrette rien. Il y a eu plein d’îles visitées silencieusement, plein de pierres ramassées et jetées au hasard, et des buissons touffus pour dormir à plusieurs. Cette campagne de financement est un peu une trouée pour changer de cap.

'

 

HOMMAGE SUPPLEMENTAIRE :

 

Avant qu'il ne se carapate en voyage, on jouait aussi avec Victor Coste : il est notre figure tutélaire sacrée, notre dieu du style et de l'habillement maîtrisé. Il savait que les choses peuvent se muer en métier. Merci Victor. Il est sur la vidéo ci dessus à droite. 

 

Il faut attendre la fin de la campagne avant de faire plus d'hommages à la ronde?

 

J'ai envie de faire des remerciements, mais c'est peut-être prématuré ? Il y a beaucoup de gens gentils sur cette terre. Sans vouloir déplaire aux méchants qui sont les bienvenus pour cotiser également, je dédicace cette campagne de financement à tous les gens gentils qui peuplent la terre, et principalement à ceux et celles que nous avons déjà rencontrés. 

 

Que la vie nous nourrisse avant que nous la nourrissions.

 

 

(photo : martine chapelain/visuel affiche oiseau : rita)

À quoi servira la collecte ?

J'avoue, je suis riche. J'ai de quoi manger chaque jour une pleine assiette de pois-chiche. J'ai vécu dans une opulence appelée Marseille, capitale de la débrouille et des copains copines. Néanmoins, la portée de ma bourse s'arrête au quotidien. Tout ce qui dépasse est pour l'instant hors de ma portée. 

 

PROBLEME :

Je rêve. J'ai envie de participer un jour à la construction d'une maison en paille, dans un champ avec pâquerettes, rivière, marmottes, pandas et qui serait comme qui dirait la mienne ou la nôtre - où nous pourrions faire pousser des barbes blanches, et veiller sur tout ce qui n'aura pas été détruit. OR : de ce point de vue, je suis pauvre.

 

SOLUTION ENVISAGEE :

- un miracle

ou

- un métier 

 

Pourquoi pas un métier de musicien ? On manque un peu de matériel. A notre compte, nous avons : une guitare (après 15 ans de sueur, elle tient plutôt de la branche couverte de champignon), et un accordéon. Nous avons besoin : du reste. A savoir :

 

un ALBUM : 

(en plus un album, ça peut faire plaisir aux gens ? Il y a des gens qui peuvent devenir très heureux en écoutant des chansons tristes, commencer à rayonner de mille feux : un album, c'est vraiment un début rugissant, réjouissant. Voilà. C'est ce qu'on a fait.)

 

- enregistrement, mixage et mastering chez Victor Pezet, au Studio du Frigo, à la Laiterie de St Juery

https://fr-fr.facebook.com/studiofrigo/ (déjà effectué)

700 euros

 

- dessins et idées de comment faire un bel objet pour y mettre le CD de Rita (c'est elle qui a fait l'affiche tout en haut de la page avec l'oiseau)

100 euros

 

- production de 500 CDs avec beaux trucs cartonnés, paroles à l'intérieur, la totale, impressions diverses, frais postaux

500 euro

 

- DU MATERIEL :

(ça, c'est juste une nécessité qui se fait sentir pour avoir un joli son nourrissant pendant les concerts amplifiés)

 

- un ampli pour jouer même dans le blizzard + raccommoder ma vieille guitare

500 euros

 

- défraiement pois chiche

40 euros

 

- frais kiss kiss bank bank

160 euros

 

TOTAL : 2000 euros

 

Si on arrive jusque là, c'est déjà une première étape, et merci beaucoup.

 

Ensuite, nous avons besoin :

- d'un vieux camion pour transporter tout ça (jusqu'ici, je partais en stop faire mes concerts, ou avec Mathilde quand sa voiture n'est pas en panne) (si on arrive jusqu'à 4000 euros)

- de mettre de l'essence dans le camion (si on arrive jusqu'à 4500 euros)

- et puis encore plein de trucs (si on arrive jusqu'à 100000 euros)

 

Si on arrive jusque là, c'est une deuxième étape, et merci beaucoup

 

Ensuite, nous avons besoin : 

- de tout et rien, de poursuivre nos vies, de ne pas trop nous prendre le chou à croire qu'on est des vrais pros, d'oser muer ailleurs (gratis)

 

Thumb_img_0956-1483534437
geronimo ! chapeau

Je m'appelle Jérémie Chapelain. Un jour, un type étrange qui m'a pris en stop m'a dit qu'il ne fallait jamais donner le nom de ma mère à un voyant. Car il y avait beaucoup de voyants qui faisaient de la magie noire pour fidéliser leurs clients. Et que le nom d'une mère était un sort très puissant. Il était lui même voyant, m'a t'il dit. Mais il n'a pas... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Sacré Jérémie! Gros bisous!
Thumb_default
D'accord !
Thumb_default
Tout notre soutien pour ton projet !