GRAND-PEUR ET MISERE DU IIIème REICH est un tableau de l'Allemagne des années 30 dénonçant avec un humour grinçant tout système politique reposant sur l'oppression et la discrimination. 1H20, 7 comédiens, 7 scènes, des tonnes de personnages, des chansons, du rire et des larmes. Aidez-nous à financer notre programmation au Festival OFF d'AVIGNON.

Large_avatar_kisskiss-page001

Présentation détaillée du projet

 

 

"GRAND-PEUR ET MISERE DU IIIème REICH" est un tableau de l'Allemagne des années 30, composé de sept scènes astucieusement choisies parmi les vingt-quatre qui composent le recueil de Bertolt BRECHT, qui dénonce avec un humour grinçant tout système politique reposant sur l'oppression et la discrimination.


 

Une performance d'1h20 au cours de laquelle les 7 comédiens de la compagnie BRANLE-BAS D'ARTS interprètent une multitude de personnages, chantent, jouent de la musique, et passent du rire aux larmes.


 

Ce spectacle, né de l'union entre le texte magnifique d'un auteur à la renommée internationale et l'engagement d'une troupe de jeunes comédiens passionnés, plonge le spectateur dans l'atmosphère angoissante du IIIème Reich et éveille sa conscience politique, tout en lui offrant un pur moment de plaisir théâtral.

 

 

 

La compagnie BRANLE-BAS D'ARTS fait appel à vous pour l'aider à financer les frais de la troupe pendant les trois semaines de représentations quotidiennes du spectacle au festival OFF d'Avignon 2012.

 

Le spectacle se joue à PARIS au Théâtre de Nesle (8, rue de Nesle, 75006, métro Odéon ou St-Michel) du 2 février au 28 avril, et recueille de très bonnes critiques du public.



GRAND-PEUR ET MISERE DU IIIème REICH

Auteur :Bertolt Brecht

Metteur en scène : Malena Perrot

Avec : Marion Carceles, Caroline Delemontex, Sébastien Champagne, Thibaud Lemoine, Llorca Perez, Balint Perjési, Malena Perrot

 




 

LA PIÈCE DE BERTOLT  BRECHT


« Grand-peur et misère du IIIème Reich » naît en 1934 de la volonté de Bertolt Brecht et de son assistante Margarete Steffin, de rassembler un matériau composé de coupures de presse et de témoignages sur la vie quotidienne en Allemagne sous la dictature hitlérienne. Le titre fait allusion au roman « Splendeurs et misères des courtisanes » de Balzac, et inscrit donc la pièce dans une lignée de peintures naturalistes de la société allemande de l'avant-guerre, brossant un large tableau allant du monde ouvrier à la magistrature en passant par la petite bourgeoisie.


La création de huit scènes aura lieu en mai 1938 à Paris devant un public essentiellement composé d'émigrés. Certaines scènes seront également publiées dans des revues d'émigrés visant à alerter l'opinion publique sur la réalité de la dictature en Allemagne et signalant le danger d'une guerre imminente.


Ce n'est cependant qu'après la Seconde Guerre mondiale que la pièce rencontrera son succès, car elle montre, comme le disait Brecht lui-même, « la précarité évidente du IIIème Reich, dans toutes ses ramifications, contenue uniquement par la force ».


Aujourd'hui encore, « Grand-peur et misère du IIIème Reich » résonne comme un avertissement contre toute forme de système absolu et reste l'un des textes clés du

vingtième siècle et au-delà. C’est un manifeste qui invite à lutter contre toute forme politique basée sur la discrimination et sur la crainte.

 

 



 

L’ADAPTATION DE LA PIÈCE PAR LA COMPAGNIE  BRANLE-BAS D'ARTS


Passionnés de lettres et d'histoire, nous nous sommes pris à rêver de cette pièce, de ces personnages dont l'histoire nous est brièvement présentée, puis qui disparaissent juste au moment où l'on s'attachait à eux, sans nous conter la fin de leur aventure.

 

La Seconde Guerre mondiale est un sujet traité en long et en large. Il ne nous serait pas possible d'énumérer tous les livres que nous avons pu lire à ce sujet, ni les films que nous avons pu voir. Et pourtant la plupart d'entre eux ne traite que de la guerre et de ses conséquences, de la résistance française ou de la Shoah. Mais rares sont ceux qui nous présentent la vie quotidienne du peuple allemand et qui nous aident à comprendre comment une telle barbarie a pu bourgeonner et s'épanouir. Les conditions des Allemands sous le IIIème Reich, qu’ils soient «aryens», juifs ou tsiganes, sont rarement abordées dans les manuels scolaires, et les mouvements de résistance allemands contre le parti national-socialiste ne sont que peu connus des Français. Il semble que le sujet soit volontairement laissé de côté, car il est plus facile de fustiger les Allemands que de se poser la question tabou: qu'aurions nous fait à leur place?

 

A l’heure où les sondages politiques annoncent une montée en puissance de l'extrême droite en France, et où des voix s’élèvent contre les régimes totalitaires en Afrique du Nord, nous avons voulu faire entendre ce texte criant d’actualité, qui incite à lutter contre toute forme d’oppression et de racisme.

 

« Grand-peur et misère du IIIème Reich » est un merveilleux tableau historique que nous avons voulu faire redécouvrir à travers un choix de sept scènes parmi les vingt-quatre qui composent le recueil de Brecht, ponctuées par un choeur de masques neutres commentant les diverses situations ou poussant la chansonnette en s’accompagnant d’instruments de musique comme le concertina ou le violon, propres au cabaret allemand, et bien d’autres bien plus insolites et clownesques.

 




LES SEPT SCÈNES CHOISIES:


La délation:

Un homme et sa femme tendent l’oreille afin d’entendre l’arrestation d’un de leurs voisins qu’ils ont dénoncé car ce dernier écoutait des émissions étrangères à la radio.


La croix blanche:

Un soldat de la SA prend une bière dans une cuisine où travaille sa fiancée, une jeune-femme de chambre, en compagnie de la cuisinière et du chauffeur. Arrive le frère de la cuisinière, un chômeur aux idées clairement opposées au régime. S’ensuit un jeu malsain au cours duquel le SA tente de piéger le chômeur dans le but de l’arrêter.


A la recherche du droit:

Un juge se perd dans les méandres d’une justice où «est juste ce qui sert les intérêts supérieurs du IIIème Reich», dans une affaire mettant en cause un groupe de trois S.A, un bijoutier juif et un chômeur.


La femme juive:

Une femme s’apprête à quitter son mari pour le protéger des représailles raciales qu’il subit pour avoir épousé une juive et prépare le discours d’adieu qu’elle lui adressera. Parce qu’elle est juive, elle se voit privée de tous les droits les plus fondamentaux, y compris celui d’être aimée par l’homme qu’elle a épousé.


Le mouchard:

Un couple panique lorsqu’il s’aperçoit que son enfant a quitté la maison subrepticement alors qu’il venait d’émettre quelques critiques à l’égard du régime, car l’enfant se plait beaucoup aux jeunesses hitlériennes.


Placement de main d’oeuvre:

Une femme vient d’apprendre la mort de son frère, pilote, officiellement décédé lors d’un «exercice de manoeuvre», mais dont la mort est suspecte. S’ensuit un débat sur l’armement de l’Allemagne.


Référendum:

Des ouvriers écoutent à la radio l’entrée triomphante d’Hitler en Autriche suite au référendum sur le rassemblement des peuples allemands, et décident d’intervenir en s’engageant dans la résistance et en distribuant des tracts contre le régime.

 

CE QU'EN PENSE LE PUBLIC (extraits de critiques recueillies sur billetreduc.com):

 

 

Remarquable! 

Le texte est là bien sûr mais s'y ajoutent une mise en scène, changements de décors, de vêtements, d'atmosphères parfaitement bluffants et un jeu d'acteurs au service du message de Brecht. Bravo à toute la troupe pour ce moment, sa façon de nous rappeler ce que fut la montée du nazisme pour la population allemande.

 

A ne pas manquer!
Une troupe jeune et dynamique qui s'accroche avec talent sur certains passages méconnus de l'histoire de l'Allemagne d'avant guerre. Ils ont su retranscrire toute l'angoisse engendrée par les évènements tout en préservant la touche satirique que l'on recherche chez Brecht. L'exercice de style est ardu et le résultat remarquable. Ils joueront encore cette pièce jusqu'au 28 avril alors ne laissez pas passer votre tour, ce serait vraiment dommage, surtout au vu des efforts déployés afin de maîtriser les accents toniques de la langue allemande. Il est en effet difficile de prononcer "Reinickendorf"! Bref, c'est juste génial!
 
Une prestation de très grande qualité !
Cette troupe d'excellents comédiens a sublimé cette pièce. Certes, le sujet est grave, mais sans être pesant. Une succession de tableaux relatant les heures sombres de l'Allemagne d'avant guerre. Très loin des pièces de ''Boulevard'' ( que j'adore ), en sortant du théâtre, je me suis senti un peu plus intelligent. Merci encore.
 
A voir, pour rire et pour réfléchir
troupe jeune, dynamique, acteurs très présents, une atmosphère bien rendue, l'esprit de la pièce n'est pas du tout déformé; tableaux qui se succèdent, avec effort de mise en scène et d'esthétisation, rire et réflexion.
 
Une très belle pièce.
D'excellents comédiens alliés à une mise en scène sobre ont véritablement porté un texte tranchant. Tout simplement beau.
 
Salutaire!
J'ai beaucoup aimé le jeu des acteurs, souvent émouvants, parfois drôles, qui servent bien le texte. Que des jeunes acteurs jouent Brecht aujourd'hui, c'est bien sûr salutaire. On passe une excellente
soirée, le talent de tous est indéniable.
 
Fabuleux!
Une histoire en des temps difficiles mais joué avec une touche d'humour juste ce qu'il faut. Les acteurs sont surprenants, la femme juive aura réussit a nous soutirer des larmes nous avons mon mari et moi adoré la pièce.
 
Génial!
Excellente pièce où l'on rit, on pleure, on s'émerveille et on est attendri. Les jeunes acteurs sont plein d'entrain et de dynamisme, il n'y a pas de temps mort. Du lourd :)))
 
CE QU'EN DIT LA PRESSE:

"une metteuse-en-scène qui promet" Le télégramme, Morlaix, 06/08/11

 

"une prestation originale et des artistes talentueux, qui sont à découvrir ou à revoir tant le contenu est riche" Le télégramme, Berrien, 09/08/11


"Les sept comédiens occupent la scène sans répit et emportent littéralement le public. Tout va vite, très vite, les costumes changent, les décors tournent, le spectateur passe de la maison bavaroise au tribunal en l'espace de quelques secondes. Une belle performance." Cultures juives, 18/02/12


"Les acteurs jouent avec conviction et efficacité. Ils changent aisément de personnage et parviennent à donner vie à ce texte. Sans doute sont-ils un peu précipités dans leur élan, mais ils soutiennent avec constance l'attention du public. Malena Perrot, notamment, effectue une prestation intéressante. Ses partenaires ne déméritent pas ; la jeune troupe relève donc avec succès le défi (le deuxième) qu'elle s'est lancé." Christophe Giolito pour Les Trois Coups (Le Monde.fr) 26/03/12


"Cette adaptation décapante, portée par la mise en scène énergique de Malena Perrot, nous rappelle Brecht et son esprit d’alerte sur les dangers de la dictature d’Hitler, à l’aube de la seconde guerre mondiale. Une pièce utile, sociale et politique, pour ne pas oublier…" côté loisirs, 26/03/11

Qui suis-je ?

L'AUTEUR: Bertolt BRECHT (1898-1956)

 Auteur dramatique, poète lyrique, narrateur et cinéaste, théoricien de l'art et metteur en scène allemand. Il défend la conception d'un théâtre "épique", défini par sa fonction sociale et politique. Il est considéré comme le plus grand dramaturge contemporain.
Issu d'une famille bourgeoise, Bertolt Brecht commence ses études à Munich en 1917, à la faculté de lettres puis de médecine, avant d'être mobilisé comme infirmier en 1918, année au cours de laquelle il écrira sa première pièce Baal. Il obtient en 1922 un prix littéraire avec Tambours dans la nuit, et se rend à Berlin, qui est alors la "Cité européenne du Théâtre". En quelques années il devient un auteur célèbre, dont les œuvres les plus connues sont la Noce chez les petits bourgeois,l'Opéra de Quat'sous, Mère courage et ses enfants, Le cercle de craie caucasien.
 
Ses pièces, d'une brûlante actualité, sont le reflet de l'esprit de révolte et de provocation de l'auteur. Ses convictions marxistes et antinazies le conduiront à l'exil en 1933. Brecht devient alors l’un des premiers résistants allemands, et tente d’alerter l’opinion publique européenne sur les dangers de la dictature d’Hitler. Il crée ainsi dès 1938 à Paris la pièce Grand-Peur et Misère du IIIème Reich, un recueil de scènes qu’il a écrites à partir de témoignages d’émigrés allemands.
 
Exilé au Danemark, en Finlande, puis aux Etats-Unis d’où il sera chassé pour ses convictions marxistes, Brecht retourne en 1948 dans son pays et s'installe à Berlin-Est où il fonde  la troupe théâtrale du Berliner-Ensemble.
 



LES COMEDIENS:
 
Balint PERJESI
Balint a découvert le théâtre comme une seconde vocation après avoir entamé une carrière de violoniste éclectique. A la suite d’un diplôme artistique et pédagogique du violon au Conservatoire Supérieur de Musique Franz Liszt de Weimar (Allemagne), il intègre le Centre des Musiques Didier Lockwood afin d’élargir sa palette de jeu grâce à la pratique des musiques actuelles et improvisées. Parallèlement, il développe une activité de concertiste avec le quintet Distango et le groupe de chanson Ailleurs.
 
A partir de 2007, sa curiosité le pousse à prendre des cours d’art dramatique auprès de Mélissa Broutin et Benjamin Bourgois. Il effectue également un stage caméra avec Juan Pittaluga et participe à des ateliers de comédie musicale auprès de Michel Durand. Par la suite, il joue le rôle-titre dans Britannicus de Racine, et Covielle dans le Bourgeois Gentilhomme de Molière au Théâtre Espace Marais. Puis il participe au stage de Jack Waltzer, membre de l’Actor’s Studio New York, et tourne dans plusieurs court-métrages. Son activité avec la compagnie Branle-bas d’Arts débute en 2011, à l’occasion de la préparation de la pièce “Grand-peur et misère du IIIe Reich” de Bertolt Brecht. Il y interprête deux personnages et prend en charge l’arrangement des interludes musicaux prévus dans le spectacle.
 
Par ailleurs, Balint chante dans la tessiture baryton, joue de la guitare en amateur et parle également anglais, allemand et hongrois.
 
Site personnel de Balint :http://www.balint.book.fr

 
 
Marion CARCELES
Marion fait ses premiers pas sur une scène de théâtre à l’âge de 3 ans. Elle suit l’option théâtre de son lycée, ce qui l’aménera à jouer Antigone, ainsi que Les Vacances de Grimberg et les Mouches de Sartre. Au court de ces années, elle entreprend un travail sur le théâtre de l’objet et la mise en abyme du théâtre qui lui vaudra un 19/20 au bac.
 
En 2001, Marion entreprend une formation aux soins infirmiers, parce qu’elle aime venir en aide aux gens, et parce qu’il faut bien remplir son frigo.  De 2004 à 2006, Marion suit les ateliers du conservatoire du XVème arrondissement de Paris, puis en 2007, elle intègre les cours Florent où elle suit les cours de Georges Bécot, de Mélissa Broutin, d’Elise Arpentinier et de Jérôme Dupleix. Elle suit également des stages caméra anîmés par Juan Pittaluga et Stéphane Medge, et suit les ateliers de chant de Laurent Austry.
 
En 2010, elle fonde avec Malena Perrot la compagnie BRANLE-BAS D’ARTS et co-met en scène La Chanson de Septembre de Serge Kribus, dans laquelle elle jouera également. Parallèlement, elle continue ses études et commence en 2010 un Master Droit Economie Gestion mention management des organisations soignantes.
 
En 2011, Marion joue plusieurs rôles dans Grand-Peur et Misère du IIIème Reich de Bertolt Brecht et construit les décors du spectacle.
 

Llorca PEREZ
Llorca est depuis son plus jeune âge passionné par la comédie, le théâtre et le cinéma. Originaire du sud de la France, il se fait repérer très tôt lors d'une séance photo et travail comme mannequin junior pendant quelques années. Ses photos seront utilisées pour des catalogues comme Vertbaudet, les 3suisses, la redoute etc...
 
C'est en 2003 qu'il fait son entrée dans le monde du cinéma : il est retenu dans le long métrage de Laurent Baffy " les clés de bagnoles". A partir de 2005, il enchaîne les courts métrages tournés dans sa région le Sud de la France.Travailleur saisonnier à Méribel comme serveur et barman de formation, il va rencontrer beaucoup de personnes du milieu cinématographique, dont Elie Chouraqui avec lequel il va nouer des liens amicaux. Ce dernier lui conseillera de faire de la comédie son métier. Quelques mois plus tard le voilà donc au bord de la "seine".
 
Il intègre en 2007 les cours Florent où il suit une formation d'art dramatique auprès de Benjamin Bourgois et de Frédérique Farina. Il jouera entre autres dans "L'Ours" d'Anton Tchekhov, "Marius" de Marcel Pagnol, et dans "le partage de midi" de Paul Claudel. Parallèlement, il prend des cours d'improvisations avec David Garel. Il se perfectionne également au jeu face camera en suivant les stages de cinéma d'Augustin Burger.
 
En 2009 il décide d'améliorer sa technique de comédien et rejoint les stages de Jack Waltzer, membre de l'actor's studio New York, qu'il continue actuellement de suivre.
Après avoir joué quelques pièces de théâtre, tourné dans des publicités télévisées, ainsi que dans plusieurs films et courts métrages, Llorca est retenu pour tourner dans "Dynamo love" de Gamthety Miankiri Georges, un court métrage nominé au festival de Cannes, dans lequel il interprète l'un des rôles principaux aux côtés de Borys Gamthety et Max Morel.
 
En 2011, la comédienne et metteur-en-scène Malena Perrot lui propose de rejoindre sa troupe pour jouer dans la pièce "Grand-peur et misère du IIIème Reich" de Bertolt Brecht.
 
Site personnel de Llorca :http://llorca-perez.book.fr


 
 
Caroline DELEMONTEX
Caroline se dirige sans conviction, après le baccalauréat, vers une classe préparatoire scientifique et valide sa maîtrise de mathématiques à Grenoble.
 
En 2007, elle se décide enfin à aller à Paris pour faire ce qui l’a toujours fait rêver : du théâtre et du chant. Elle entre donc aux cours Florent pour y suivre la formation générale proposée par l‘école ainsi que certains enseignements optionnels : acting in english avec Lesley Chatterley puis Natasha Cashman, et dancing avec Michel Durand. Parallèlement, Caroline prend des cours de chant à l’école Vocal Mania avec Véronique Murillo.
A l’issue de ces trois années elle joue notamment dans "Dancing at lughnassa" de Brian O‘Friel et "La chanson de septembre" de Serge Kribus, mis en scène par Marion Carceles et Malena Perrot.
 
En 2010, elle suit une année de formation complémentaire en danse et chant à l’AICOM, école de comédie musicale.

En 2011 elle entre dans la compagnie Branle-Bas d’Arts pour jouer au sein du spectacle "Grand-Peur et Misère du IIIème Reich".
 
 

Sébastien CHAMPAGNE
Sébastien découvre le théâtre à l’âge de 18 ans au conservatoire régional de Créteil (94). Après un cycle de trois ans, il décide de perfectionner son jeu d’acteur en rejoignant les cours Florent en 2007.

De 2007 à 2010, Sébastien joue dans “La Noce chez les petits bourgeois” de Bertolt Brecht, ainsi que dans “Je meurs comme un pays” de Dimitris Dimitriadis, “Le songe d’une nuit d’été” de Shakespeare et “Le Dragon” d’Evgeny Schwartz, où il rencontre Malena Perrot qui lui propose de l’assister à la mise en scène de “Grand-Peur et Misère du IIIème Reich” de Bertolt Brecht, spectacle dans lequel il jouera également plusieurs rôles.
Par ailleurs, Sébastien participe à plusieurs court-métrages et séries télé.
 
 

Thibaud LEMOINE
Thibaud se découvre une envie pour le théâtre lors d’un atelier de création de sketches au collège en 1995. En 2007, il décide de laisser libre cours à cette envie jamais réellement exploitée, en entrant aux cours Florent.

Après un cursus de trois ans, un diplôme et quelques pièces, dont « Le dernier métro » (mise en scène : Wohan Azzam), « Les Histrions » (m.e.s : Albane Hérisson) ou encore «La chanson de septembre » (m.e.s : Malena Perrot et Marion Carceles), il apparaît clairement à Thibaud ce vers quoi il doit tendre artistiquement : la bonhomie, la fantaisie, le burlesque, comme en témoigne sa redoutable interprétation d'Henri, le petit "mouchard".

En 2011, Thibaud intègre trois compagnies, La Almost Royal Shakespeare Compagnie, destinée au théâtre contemporain de Shakespeare, avec laquelle il jouera dans “The Changeling” de Thomas Middleton au théâtre de la Reine Blanche; Café Gourmand, une compagnie pluridisciplinaire dans les Yvelines, ainsi que la compagnie Branle-Bas d’Arts, qui s’attache à des travaux libres et créatifs.
 
 
 
Malena PERROT
Malena intègre A l’âge de 15 ans une troupe de théâtre avec laquelle elle jouera Les Fourberies de Scapin de Molière, Tapage Nocturne de Marc-Gilbert Sauvageon et Topaze de Marcel Pagnol.
Après un passage en hypokhâgne et en khâgne ainsi qu’à l’Ecole Normale Supérieure de Lettres et Sciences Humaines, Malena passe quelques années aux Etats-Unis, où elle enseigne le français en tant qu’assistante à Washington University à Saint Louis dans le Missouri, tout en terminant sa maîtrise d’anglais et son master de lettres.

C’est en 2007 qu’elle décide de rentrer en France et de se consacrer à sa passion pour la scène. Elle intègre les cours Florent où elle suit les cours de Lesley Chatterley et d’Isabelle Duperray qui l’initient à la méthode Meisner, mais aussi ceux de Mélissa Broutin, George Bécot, Frédérique Farina, et d’Antonia Malinova. Malena se forme également à la technique du masque auprès d’Alexandre Ethève, et suit des cours de comédie musicale auprès de Michel Durand et de Laurent Austry. Elle participe également à des stages de cinéma encadrés par Juan Pittaluga, Stéphane Medge et Chad Chenouga. Par la suite elle jouera en anglais dans Cloud Nine de Caryl Churchill et dans The History Boys d’Alan Bennett , et en français dans Le dragon d’Evgeny Schwartz, ainsi que dans La Chanson de Septembre de Serge Kribus, une pièce qu’elle met en scène avec Marion Carceles avec laquelle elle fonde la compagnie Branle-bas d’Arts en 2010.

En 2011, elle participe aux stages de Jack Waltzer, membre de l’Actor’s Studio New York, tout en travaillant à la mise en scène de Grand-Peur et Misère du Troisième Reich de Bertolt Brecht. Elle tourne par ailleurs dans plusieurs court-métrages et devient assistante de cours d’Acting in English Intermediate Class aux cours Florent.

Par ailleurs, Malena est maquilleuse et chante dans la tessiture alto.
 
Site personnel de Malena :http://www.malenaperrot.book.fr
 

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

 

Nous avons besoin de 2500 euros pour nous aider à payer l'hébergement et l'intendance pour nos sept comédiens pendant le festival d'Avignon.

La location du théâtre dans lequel nous jouerons pendant tout le Festival OFF 2012, le théâtre Carnot, représente à elle seule un budget très lourd pour notre compagnie, auquel viennent se rajouter les frais de transports, de communication (impression des affiches et flyers) et les frais inhérents au spectacle  (accessoires alimentaires à renouveler chaque semaine et affiches de propagande collées pendant chaque spectacle).

 

 

 

 

 


Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance à toi Maléna et à ton équipe!!!pleins de bisous
Thumb_default
Continuez, ne lâchez rien!!! Vous êtes la preuve que la culture existe encore malgré tout. Nous avons besoins de vous.
Thumb_default
Tous nos voeux vous accompagnent pour la réussite de votre spectacle en Avignon. René et Marie-Jo (Albert)