« Haïti, le tour démocratique des femmes » c'est d'abord un séjour en Haïti en 2010 : dans les camps de réfugiés des femmes ont décidé de se battre pour leurs droits. C'est ce combat que j'ai montré dans mon documentaire "Haïti Leve Kanpé". Aujourd’hui, je souhaite retourner sur l’île et montrer ce combat aux Haïtiens afin de susciter le débat.

Large_haitidemotour5

Présentation détaillée du projet

 

En 2009, je pars en Haïti afin de réaliser un film pour un orphelinat. Quelques semaines après mon retour l’île est touchée par le séisme.  Je décide de repartir prendre des nouvelles des Haïtiens que j’avais rencontrés. Je découvre alors les camps de réfugiés. Et sous l’apparence de désolation une force incroyable : les femmes organisent la vie quotidienne des camps. Cette force nouvelle et le sentiment d’avoir échappé au pire vont les pousser à lutter contre les discriminations dont elles sont victimes. C’est l’objet de mon premier film : « Haïti Levé Kanpé ».

 

 

La projection du documentaire « Haïti Levé Kanpé » dans l’ensemble de l’ile part d’une démarche participative.  Le combat de ces femmes, je veux le partager. Le but : prendre la température de la société haïtienne. Le changement est-il en marche ? Ces femmes se sont-elles levées pour rien ?

 

 

Je souhaite associer à ces projections les différents acteurs de la société civile haïtienne. Je compte parmi les organisations féminines : Le Mouvement des femmes du 12 janvier/ Unifem / Unicef  Haïti / Unesco / Kay Fanm / Kofa / Le GARR / FemEnNord /  JURIMÉDIA /

Pourquoi faire un tour de l’île ? : Si le film a été tourné dans les camps de réfugiés. Il reflète la situation quotidienne de toutes les Haïtiennes. Il est important que la parole des femmes soit entendue aux moments même où les orientations pour la reconstruction d’Haïti sont en discussion avec la désignation du nouveau gouvernement.

 

 

La discrimination subit par les femmes dans la région de Port-au-Prince n’est pas la même dans les  campagnes. En projetant le documentaire dans des lieux différents, le projet met en lumière les formes multiples de discrimination touchant les femmes.

Ce tour permettra aux acteurs de la société civile des différentes villes d’exprimer leur vision de la condition féminine localement mais aussi d’émettre des propositions.

Mon tour de l’île sera filmé, afin de restituer les questions soulevées par les débats, mais aussi de donner un visage à tous ceux qui se battent au quotidien. 

Qui suis-je ?

Je m'appelle Justin de Gonzague, je suis auteur et réalisateur de documentaires. Après des études en psycho-sociologie à l’Université de Chambéry, je me suis orienté vers le travail  de l’image en tant que cadreur monteur.

Dans mes documentaires, je traite essentiellement des femmes et de leurs conditions dans la société. J’ai choisi la voie du documentaire car elle me permet d’aller à la rencontre des femmes et de restituer leurs histoires. Conscient du pouvoir de l’image dans nos sociétés, j’essaye grâce à elle d’interroger les dysfonctionnements sociétaux afin d’apporter une ouverture à la parole et au débat.

 

« Haïti Levé Kanpé » est mon premier documentaire.

Lors de mon premier séjour sur l’ile j’avais réalisé un film de 26’ pour l’Institution « Nos petits Frères et Sœurs ».Ma prochaine destination : le Liban. Mais ça, c’est une autre histoire.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Après avoir réalisé le documentaire « Haïti Levé Kanpé » sur les discriminations faites aux femmes dans la société haïtienne, je souhaite maintenant restituer ce film à la population. Les fonds me serviront  à réaliser le projet « Haïti, le tour démocratique des femmes » . Il s’agit de projeter le documentaire dans des villes d’Haïti. Ces projections seront suivies de débats entre les différents acteurs de la société civile. Afin de rendre compte de ces débats je réaliserai des portraits et un journal de bord mis à jour régulièrement. A terme, je souhaite rendre compte de cette aventure dans un film.

 

 

 

Votre aide me permettra de financer mes déplacements sur l’ile et de me procurer le matériel nécessaire à la projection : un vidéoprojecteur et un écran de projection. Le voyage s’étalera sur un mois sur l’ensemble de l’ile. Dans l’idéal j’aimerai partir mi décembre, jusqu’à la mi-janvier, date anniversaire du séisme.

La post-production sera prise en charge par des aides de collectivités locales.

 

Derniers commentaires

Thumb_default
Petit Jeu de Traduction : Mwa vraiment content.Toute moune qui la son personn vraiment bon. Li aidé mwa pour réussir projet ca. Mwa dit merci à toute gens pou toute bon bagaye ou faite pour fanm ca. Meci en Pile
Thumb_default
Merci aux nouveaux contributeurs, continuez à propager l'information sur la toile. Nous allons les aider ces femmes ! merci
Thumb_default
Merci aux trois premiers contributeurs pour vos dons