La Corée du Nord? Personne ne peut décrire ce qu'il s'y passe...à part ceux qui ont échappé à la dictature de Pyongyang et découvert le sud.

Large_hanawon

Présentation détaillée du projet

Merci à tous ! Voici les premières vidéos Bonus du documentaire :               

       Dnkf00000298

 

Il y a quelques mois, je découvre un article au sujet d'Hanawon, en Corée du Sud. Le journaliste décrit ce centre coréen où les réfugiés du Nord tentent de s'adapter à notre société et à ses particularités : Mode vestimentaire, Facebook, esprit de compétition,... Comment survivre dans un monde totalement nouveau ? Comment intégrer des codes qui semblent n'avoir aucun sens ? 

 

Je ne peux m'empêcher de m'imaginer le sentiment que l'on doit éprouver en étant projeté dans le 21ème siècle après avoir vécu toute sa vie dans le pays le plus fermé de la planète... Je m'informe sur le sujet puis les semaines passent et le manque de matières me pousse à croire que rien n'est possible à mon niveau.

 

Jusqu'au mois de Février, lorsqu'une conférence est organisée dans mon université à York. "Pourquoi la communauté internationale abandonne-t-elle Pyongyang ?". Je pense connaître la réponse... "À cause des armes nucléaires, en gros". Au lieu de cela, les spécialistes présents enchainent les arguments et nous offrent un débat passionnant qui démontre que la question est toujours d'actualité.... 

 

La conférence se finit sur les mots de Byul, une étudiante activiste : "Personne ne donne la parole aux réfugiés, rien n'est vraiment dit sur ce qu'ils ont vécu à Hanawon, sur ce qu'ils vivent dans le Sud". 

Cela peut paraître ridicule mais je prends cela comme un signe et décide de lui parler de mon projet. Byul accepte ainsi de m'aider, me passe des contacts, parle de mon idée,...

 

Après quelques hésitations, je suis enfin certaine de mon choix : mon troisième film se tournera en Corée du Sud. 

 

Pourquoi ce documentaire me parait important ?

 

Aujourd’hui en Corée du Sud, des milliers de réfugiés venus du nord tentent de commencer une nouvelle vie. En effet, le régime de Pyongyang  est connu pour son irrespect des droits de l’homme. Pourtant, peu de gens imaginent les conséquences concrètes d’un régime qui assure sa survie grâce à une politique autoritaire basée sur la peur.

 

 

 

Le documentaire que je souhaite tourner donnera la parole aux réfugiés. Ceux-ci pourront alors raconter leur histoire... Leur quotidien sous la dictature des Kim Jong, la fuite vers le Sud, l'arrivée dans le centre d'accueil de réfugiés, la découverte d'une monde totalement nouveau,... 

 

A travers ces témoignages et les interviews de spécialistes tels que l'historien Mr. Carthcart ou l'activiste Mme. Hosaniak, je souhaite montrer la gravité des conséquences du régime de Kim Jung Un à travers l'aspect humain mais aussi tenter de comprendre pourquoi la communauté internationale n’intervient pas.

 

C'est pour cela que je lance aujourd'hui ma troisième collecte sur un site de Crow Founding.

 

Après "Amérindiens, un autre Brésil. "

 

 

 

 

Puis "1949, Comment légiférer la prostitution."

 

 

 

 

J'espère que vous me donnerez l'occasion de réaliser "Hanawon, Vision Nord Coréenne" dont voici un extrait du scénario : 

 

 

Nom : Hanawon.

Sujet global : vision de la situation des réfugiés Nord-coréens.

Dates : Avril 2013 - Novembre 2014

Budget : 2200 euros.

 

Personnes contactées:

- Byul Ryan-Im : étudiante en politique et activiste pour les droits des nord-coréens.

- Adam Cathcart : spécialiste de la situation coréenne.

- Joanne Hosaniak: Deputy General Citizens Alliance for NK Human rights.

John Everard : Diplomate anglais.  

 

Personnes à trouver :

- 2 spécialistes politiques.

- 1 historien spécialiste du sujet.

- 1 intervenant de Human Rights Watch

- 1 psychologue dans une association.

- 1 politique coréen.

- Au moins 4 réfugiés.

- 1 représentant de l'ONU ?

- Citoyens Sud-coréens (à voir sur place)

 

Synopsis : Le documentaire viserait à expliquer la situation actuelle des réfugiés Nord coréens et à expliquer les raisons qui poussent la communauté internationale à ne pas intervenir en Corée du Nord.

 

1. Introduction

 

La première partie vise à expliciter la situation inédite et complexe vécue par les réfugiés Nord-coréens.

 

-> Une première interview laisserait la parole à un réfugié. Celui-ci raconte alors une histoire "cocasse" survenue à la suite de l'installation dans le sud et à la découverte d'une société totalement différente.

- On le découvre d'abord en train de vivre son quotidien. (Sans explication à part sa voix)

- les images de  l'extrait de l'interview commencent.

- Images de paysages sans bande son.

(//women are heroes)

 

-> Le second extrait d'interview permet de comprendre que malgré l'absurdité de la situation d'adaptation, les difficultés surviennent vite. Cela s'opère par une anecdote plus sombre et l'intervention d'un second intervenant.

- Images de l'interview.

- images du quotidien.

- images de la ville.

 

-> Générique.

Utilisation de dessins ?

(// pray the devil back in hell)

(// human watch advertise)

 

-> Contextualisation.

Initiation du film par des explications historiques de la situation politique.

- Images d'archives d'avant-guerre. (Très rapide: phrase d'introduction de l'historien)

- Extrait de l'interview de l'historien.

- Images d'archives de la guerre.

(Transition sur l'explication politique de Cathcart donc changement de voix)

- Images actuelles avec explication politiques.

- Extrait de l'interview  de Cathcart qui annonce les problématiques.

" Pourquoi tant d'acceptation de la part de l'occident ? Quel avenir pour la Corée du Nord et sa population ?"

- Image de la Corée du Sud. (Images emblématiques du problème : affiches, associations, spots de télé? etc)

 

..."

À quoi servira la collecte ?

 

Capture_d__cran_2014-04-23___17.40.59

 

 

Itinéraire  : 1200 euros. 

Je souhaite me rendre en Corée du Sud. Il faut donc prévoir une somme pour financer les déplacements à l’intérieur du pays. De plus, au fur et à mesure de mes recherches pour rencontrer des réfugiés nord-coréens mon itinéraire peut dévier vers de plus petites villes.

 

Matériel technique : 0 euros. 

Je possède ma caméra et mon zoom. Je n'ai donc pas besoin de matériel supplémentaire. 

 

Dépenses quotidiennes : 1000 euros. 

Les dépenses quotidiennes représentent la nourriture/ les transports bien sur mais aussi les dépenses plus techniques comme l'organisation de certaines interviews. 

 

Logement : 0 euros. 

Je souhaite faire du couch-surfing (dormir chez l’habitant) pour me loger. 

Thumb_1486793_583829681707423_838111831_n
Lea.LDO

On m’avait prévenu, « le journalisme ? Il n’y a pas de débouchés... et puis, c’est dangereux. » Et j’étais presque convaincue ! Puis, il y a quatre ans, je suis tombée sur un documentaire qui allait changer ma vie. Révélation. C’était la piqure de rappel dont j’avais besoin ; le déclic qui m’a poussé à poursuivre mes rêves et à voyager pour filmer ce qui... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_puits2
Projet passionnant. C'est vraiment une idée intéressante et courageuse.
Thumb_default
J'accepterai volontiers un verre dès que je rentre à Paris! Ton très dévoué, Antoine
Thumb_default
Go go go Lea, je trouve formidable qu'une jeune fille brillante comme toi s'intéresse à des sujets tels que celui ci. Fais du bon boulot, là bas et reviens vite nous faire partager !! Helene