Depuis toute petite j'invente des histoires, et j'ai décidé de les mettre par écrit. Aidez-moi à vous faire découvrir mon univers fantastique !

Large_harriet3-1462786068-1462786077

Présentation détaillée du projet

L'année dernière, j'ai tout envoyé valdinguer !

Thaqnjhk7l-1462784813

 

Après un peu de calme, je suis devenue thérapeute en bien-être et j'ai aussi décidé de me remettre à mes premiers amours : les mots et le fantastique, l'écriture.

 

 

Comme on est bien dans son univers ! Vous savez, celui qui nous fait du bien, celui dans lequel vous entriez le soir et dans lequel vous vous racontiez des histoires pour vous endormir.

Fee-1462784941

 

 

 

Harriet, c'est mon bébé ! C'est la première nouvelle que j'ai écrite et qui a reçu un accueil favorable autour de moi !

 

Et puis, c'est aussi une magnifique collaboration avec une illustratrice devenue bien plus que cela !

 

Coeur-1462785108

 

 

 

 

 

 

 

Harriet, c'est une ado comme les autres si ce n'est qu'elle arrive en vacances dans un trou complètement perdu et pour un temps indéfini. C'est la nouvelle que les + de 10 ans vont adorer dévorer ! Pile poil la taille du livre de poche qu'on met dans son sac et qui peut se lire pendant un trajet en train ou l'après-midi sur la plage.

 

 

 

Pour vous mettre l'eau à la bouche, voici le premier chapitre :

 

Présentation

 

Bonjour, moi, c'est Harriet .

Oui je sais, je sais. Mais c'est quoi ce prénom trop moche? Ne m'en parlez pas : j'ai mis un temps fou à pardonner à mes parents.

Ils auraient pu m'en donner un plus commun mais cela faisait tellement plaisir à mamie m'a dit un jour maman, alors que je pestais contre la terre entière.

Le primaire a été le plus dur et j'ai appris qu'il y avait une multitude de mots dans le dictionnaire qui rimaient avec Harriet… Puis, les gens se sont habitués. Mais ce prénom difficile à porter au quotidien , j'ai finalement décidé de le remplacer. Et donc, Riri est arrivée ! Enfin pour les copains et les copines car mes parents n'auraient jamais  apprécié ! Là, j'étais comme les autres, avec un petit diminutif ridicule mais en tous les cas, plus besoin d'expliquer pourquoi je portais un prénom démodé. Vous trouvez peut-être cela idiot mais pour moi, ce fût un véritable changement.

Enfin, en parlant de changement dans ma vie, il s'est passé quelque chose de bien plus important l'année dernière : asseyez-vous confortablement et je vais vous raconter ce qui m'est arrivé en juin.

 

 

Chapitre 1 : notre arrivée

 

Je ne me souviens pas que nous n'ayons jamais parlé du lieu de nos prochaines vacances ni même d'ailleurs de partir tout simplement.

Je me rappelle le dîner d'hier soir et puis après, …

Là, je me retrouve en voiture avec mes parents, nos valises dans le coffre, et nous roulons sur ce petit bout de route qui semble ne mener nulle part.

Nous traversons depuis plusieurs kilomètres interminables une forêt sombre et lugubre . Mais que fait-on là ? Ce n'est pas possible ; mon père s'est certainement trompé de route ! Ce chemin n'a pas été emprunté depuis des siècles ! Et comme par hasard, le GPS qui ne fonctionne pas...

Mais finalement, contre toute attente, la forêt laisse place à une clairière au milieu de laquelle trône une bâtisse. Plus perdue, tu meurs. A tous les coups, je vais galérer pour trouver du réseau ! Parce qu'il y a forcément un réseau, hein ?

Plus on avance vers la pension de famille et plus elle m'apparaît majestueuse, mystérieuse et en même temps accueillante. De quand date-t-elle ? Impossible de le savoir ! Nous arrivons par l'allée gravillonnée qui se sépare ensuite en deux de chaque côté du bâtiment.

Sur la gauche, se trouve une fontaine ainsi qu'un banc en pierre. Sur la droite, une statue avec des anges rieurs semble nous accueillir. De petits oiseaux virevoltent au-dessus des têtes des chérubins. C'est quand même agréable comme coin.

Nous sortons de la voiture et je prends alors le temps d'examiner plus en détail la bâtisse. La façade est en partie recouverte de lierre mais semble bien entretenue. Les rideaux sont ouverts à toutes les fenêtres à l'exception de certaines du deuxième étage. Peut-être les chambres ne sont-elles pas toutes occupées ? En même temps, cela ne m'étonne pas : la plupart des gens ne décide pas de passer leurs vacances complètement coupés du monde, à mille lieues de toute vie humaine apparente !

La grande porte d'entrée est gravée de moulures anciennes qui représentent des anges. Et au-dessus, se trouve une plaque indiquant le nom de l'établissement : Angels Manor. C'est un joli nom, même si ça fait un peu british et pompeux.

Soudain, la porte s'ouvre et une silhouette apparaît dans l'encadrure.

« Bonjour et bienvenus. Je suis Mme Mickaëlle la gérante ».

Elle doit avoir une soixantaine d'années, les yeux bleus et les cheveux châtains avec quelques touches de gris. Son visage joliment ridé inspire la gentillesse et la douceur. Elle ressemble plus à une mamie qu'à une gardienne d'hôtel !

« J'espère que vous avez fait bonne route dit-elle. Entrez ; nous serons mieux à l'intérieur ».

Passé le seuil, nous nous retrouvons dans l'immense hall qui sert également de réception. Les boiseries sont partout, les tapisseries aussi . Le silence règne. Pas de bruits de télévision ni de conversations. Ca, ça ne me fait pas rire du tout ! Ils ont forcément la télé. Elle doit être éteinte. Derrière Mme Mickaëlle, apparaît un magnifique double escalier en bois. La gérante prend la clé de notre chambre et nous indique que nous sommes au premier étage.

« Je vais vous accompagner dit-elle ». Nous prenons alors l'escalier de droite qui dessert notre étage et notre chambre est la deuxième sur le pallier. Une chambre ça ? Mais c'est trop génial ! « La chambre » est divisée en quatre pièces : deux chambres, un salon et la salle de bains avec les toilettes. J'ai une chambre rien que pour moi ! Ca me change du camping que mes parents m'imposent tous les étés et où l'intimité pour une ado n'existe pas !

Le salon est super grand et confortable avec une vue imprenable sur le parc et la roseraie situés derrière l'hôtel.

Mais qu'est ce que j'entends ? des rires d'enfants qui fusent dans le couloir ! Cool, je me sens moins seule.

« Ce sont les enfants du deuxième nous explique Mme Mickaëlle. Ils adorent jouer dans les couloirs. Vous les rencontrerez à table tout à l'heure. Ils sont gentils mais un peu remuants. N'hésitez pas à me dire s'ils font trop de bruit ».

Pourquoi ? Ils n'ont pas de parents pour les reprendre ?

 

Couverture :

Harriet-01-1462625924

À quoi servira la collecte ?

La collecte va servir à :

- 400 euros : imprimer le livre : comme je suis en auto-édition et que je débute, je ne peux pas me permettre d'avancer les fonds !

-250 euros : les frais d'envois des contre-parties

-100 euros : la communication

- 50 euros : la commission kisskissbankbank

 

Et s'il y a plus ? Parce que forcément vous allez adorer mon projet et avoir envie de découvrir les prochains romans et nouvelles déjà dans les tuyaus ou plutôt dans l'ordi, et bien cela servira à imprimer d'autres exemplaires d'Harriet, à payer des cours d'écriture et à faire une avance pour l'impression des prochains livres.

Thumb_11755813_1464188850569875_749705760232040413_n-1462627181
nadege brochard

Je m'appelle Nadège et j'ai 38 ans 1/2 ! Mariée et maman de 3 enfants, je vis dans une petite commune de Vendée. Fin 2014 : bore out ! 2015 : je change de vie l'année en créant mon métier de thérapeute et en redécouvrant mes passions : le tricot (et oui, le tricot n'est pas out !) et surtout l'écriture. 2016 : année de tous les challenges : je publie...

Derniers commentaires

Thumb_11755813_1464188850569875_749705760232040413_n-1462627181
Merci Charlene, tu m'as fait pleurer! Bizzzz
Thumb_default
Parce que tu as eu le cran, en t'écoutant, de changer de vie... Et pour être en accord avec toi-même, tes envies, tes rêves, et en n'ayant pas peur de sortir de la norme. Parce que tu as pris des risques pour être vraie et vivre heureuse, voici ma petite contribution à ton projet. Tu as toute mon admiration cousine. Bravo !
Thumb_default
En espérant que ton projet aboutisse, le 1er chapitre m'a laissé sur ma faim !