Cette websérie documentaire de 40 épisodes témoigne, à l’occasion de la rénovation de l’Herbier de Paris, de la jeunesse de la Botanique

Large_reloaded_redim2

Présentation détaillée du projet

La botanique est une “vieille dame” formidablement dynamique et active, une science qui en permanence se renouvelle, un monde qui invite au voyage. En témoigne le Grand Herbier de Paris, du Muséum National d’Histoire Naturelle. Avec 11 millions de spécimens, les archives botaniques qu’il renferme sont parmi les plus riches au monde. Ce lieu est comme un gigantesque coffre fort qui contient potentiellement toute l’histoire et l’actualité des plantes, passée et à venir, à l’échelle du monde entier.

 

    Travees

 

Lorsque nous avons visité pour la première le bâtiment qui accueille cet herbier, il y a plus de 4 ans déjà, nous avons été étonnés par l’activité qui y règne : conservateurs, scientifiques français et étrangers, techniciens,... arpentent ce lieu du matin au soir. Nous avons été frappés aussi par l’importance et la variété des recherches qui y sont menées, sur les bananiers d’Asie du Sud-Est face au changement climatique, les hotspots de Nouvelle Calédonie, les algues rouges du monde entier, les moisissures des barres chocolatées,... Une recherche sur la biodiversité en général.

Et puis est venue l’annonce d’un gigantesque chantier de rénovation de ce “coffre fort”. Une occasion inespérée pour nous, documentaristes, de raconter le quotidien d’un herbier. Nous avons donc suivi pendant 4 ans la métamorphose de ce bâtiment, rénové du sol au plafond. Pendant ces années de travaux, tous les échantillons de plantes venus du monde entier ont été déplacés, restaurés pour une part, redécouverts parfois, reclassés, numérisés, et stockés en attendant la fin du chantier. Difficile de se figurer la démesure de cette entreprise.

Notre projet tente pourtant d’en rendre compte au mieux.

 

   Accrochage_copie

 

Ce projet est un webdocumentaire. Une websérie documentaire plus précisément : 40 épisodes de films vidéo et films photo, d’une durée de 4 à 5 minutes. Des petites histoires humaines et personnelles qui sont autant de fenêtres ouvertes sur les collections botaniques normalement fermées au public. Et sont autant d’occasions de montrer le travail des scientifiques. Car pendant les travaux, ils ont continué leurs recherches sur la description de champignons inconnus, la généalogie des légumineuses, la génétique des orges cultivés dans Paris lors du siège de 1870, etc.

Cette rénovation nous a permis aussi de raconter comment les collections botaniques ont été réorganisées à l’aune des nouvelles connaissances scientifiques. C’est-à-dire non plus en fonction des zones géographiques où poussent les plantes mais suivant leurs liens de parenté, leur phylogénie disent les spécialistes de la classification.

 

Nous avons découvert aussi tout l’enjeu que représente la numérisation et la mise en ligne de tous les échantillons. Ce qui fait de l’Herbier de Paris l’un des premiers herbiers virtuels au monde.

 

 

 

 

En complément de cette websérie, Herbarium Reloaded présentera sur un site internet dédié des contenus supplémentaires sous forme de documents écrits, de “bonus” vidéo sur les “spécimen préférés” de certains scientifiques, des entretiens bruts de chercheurs et de conservateurs,... La mise en ligne est prévue pour l’automne 2013.  

 

 

Les auteurs

 

Vincent Gaullier : auteur et réalisateur de films documentaires scientifiques (La Négociation, qui veut sauver le climat ?, Espèces d'espèces, ...). "Pourquoi s'investir 4 ans dans un tel projet ? Pour sa dimension théâtrale : unité de lieu, le grand Herbier de Paris ; unité de temps, celui de sa rénovation ; unité d'action, l'activité de recherche et de conservation qui est mené sur les bananes du Sud Est asiatique, les orges de Paris, les légumineuses du monde entier,... les plantes d’hier et d’aujourd’hui." Il co-réalise avec Anne-France Sion les 20 épisodes vidéo.

 

Anne France Sion : auteur-réalisatrice de films documentaires. "Ce projet a été pour moi l’occasion de découvrir à quel point la botanique, science peu médiatisée, est une discipline vivante, qui allie exotisme, esthétique, histoire. Et de témoigner ainsi une science moderne, en phase avec les enjeux du monde d’aujourd’hui, qui regarde vers le passé et vers l’avenir. J’avais aussi envie de montrer ce que la botanique a de particulier : elle ne se place pas sur le terrain de la compétition internationale. Pour comprendre et préserver la biodiversité, les chercheurs du monde entier partagent les savoirs, s’échangent ou se prêtent des spécimen ramenés du terrain ou rangés dans les collections. Une dynamique de coopération réjouissante à constater.” Elle co-réalise avec Vincent Gaullier les 20 épisodes vidéo.

 

Carlos Muñoz Yagüe : réalisateur et photographe. "Je suis fasciné par la recherche scientifique ou historique, et par la Mémoire de l’homme tant culture que politique. Je suis animé par la nécessité de témoigner des passés douloureux et de continuer à regarder les valeurs les plus tangibles : l’art et le travail manuel, l’expression des corps et l’acte créateur. Avec ce travail sur le grand Herbier de Paris, c'est l'aboutissement d'un long travail documentaire photographique qui marque mon attachement à la recherche dans le domaine des sciences de la terre et à l’environnement." Il réalise les 20 épisodes photos.

À quoi servira la collecte ?

Avec la société de production audiovisuelle Ex Nihilo, nous suivons ce chantier depuis 4 ans. Ce sont des heures de rush vidéo et de son, des milliers de photos, que nous avons emmagasinés. Régulièrement depuis 2 ans, nous prémontons des épisodes. Mais aujourd'hui il nous manque le financement qui permettra de finaliser les étapes incontournables de la post production, à savoir le montage des 40 épisodes, l'étalonnage des images, le mixage de sons. Et qui permettra la conception du site internet qui accueillira notre websérie documentaire. Notre demande pour ces contributions se monte à 9000 euros. Elle se répartira ainsi :

- 4000 euros pour le montage,

- 2000 euros pour la post-production,

- 3000 euros pour le développement du site internet.

Toutes les étapes de tournage et de prémontage ont été permises grâce aux financements du CNC et de la webTV de la Cité des sciences et de l’industrie qui sera le diffuseur aussi de la websérie. Si le montant de la collecte dépasse nos attentes, l’excédant servira à promouvoir ce travail, en région dans les museums, les herbiers départementaux, les conservatoires botaniques, etc. tous les lieux qui seront intéressés par accueilllir une expo photos et vidéos qui reprendra Herbarium Reloaded.

Thumb_logo_carre
Lookat

Agence de presse spécialisée dans les sciences, Look at Sciences s'est récemment ouverte à la production de films documentaires, webdocumentaires ou reportages vidéo. Avec toujours la même intention : le décodage du monde à l’aune des nouvelles connaissances scientifiques, médicales et technologiques.

Derniers commentaires

Thumb_default
Trop dommage que cela ne marche pas mieux ! Pouvez-vous faire une relance, via les donateurs ou ... tela botanica par exemple ? 1à jours restants, c'est court mais ça peut le faire ! Courage ! Joëlle
Thumb_default
très impatiente de voir ce film et les photos, espère que vous bouclerez! une amoureuse des plantes des films et des artistes!
Thumb_default
J'ai eu la chance de visiter les réserves, alors que j'étais étudiante au Muséum. L'annonce de ce chantier titanesque expliqué par l'un des responsables des collections de l'époque m'avait soufflée. Je suis heureuse de voir que quelqu'un donne à connaître des face cachées de cet incroyable lieu de connaissance, de découverte et de rêverie qu'est le Muséum. Merci à vous ! Et bon courage pour tout !