Après une création au festival des Mises en Capsules 2015 et le 1er prix au Festival Passe-Portes en 2016, "Hervé" s'installe cet été à Avignon !

Large_banniererv-1491833647-1491833659

Présentation détaillée du projet

Avignon !

 

Enfin ! "Hervé" sera programmé cet été du 7 au 30 Juillet au Théâtre des Deux Galeries, à 12h55 tous les jours, dans le OFF d'Avignon. Ce sera l'occasion pour nous de jouer ce spectacle plusieurs fois et de rencontrer un public plus large. 

 

Ce nouveau rendez-vous permettra enfin, à notre seul en scène, d'essayer de se vendre pour une exploitation parisienne ou des dates de tournées en France pour la saison prochaine !

 

 

 

Img_4405-1491599930

 

 

L'histoire

 

Pour répondre à l'appel d'un concours de poésie national, Hervé, 15 ans, a une nuit pour écrire les quelques vers qui révéleront son génie littéraire et assureront sa gloire, notamment auprès de ses camarades, qu'il déteste, et de sa professeur de français dont il est follement amoureux.      

 

 

 "Hervé" ou l'impossibilité de devenir un grand poète

 

La pièce met en scène les velléités artistiques d'un adolescent, enfermé dans la chambre d'un pavillon de banlieue qu'il juge trop petit pour contenir le génie dont il se sent pénétré. Elle a pour matériau l'ensemble des références littéraires d'Hervé, personnage éponyme, parmi lesquelles les Lettres à un jeune poète de Rilke et la poésie romantique du XIXe siècle. Par l'évocation de ces textes et ces grandes figures d'écrivains, nous voulons retrouver ce sentiment de vertige mêlé d'impuissance qui habite l'adolescent qui découvre, avec toute l'avidité et l'exubérance de son âge, la beauté de la littérature ; sa “hâte d'en être », ne se souciant d'aucun gros mot tel que « patience », « effort », « recherche » ou « tentative ». Dans cette quête de génie, il s'agit bien plus de réussir à «être un écrivain » plutôt qu'à écrire. Un seul objectif : réussir, inscrire son nom au côté des « Grands ».

 

 

Nous cherchons à trouver le ton juste pour évoquer l'adolescence. Il ne s'agit donc pas de proposer une peinture réaliste des tribulations mentales d'un garçon de quinze ans, mais de les raconter, pour qu'elles soient jouées, avec tout l'humour, la bienveillance et la tendre ironie qu'on n'acquiert qu'une fois sorti de cette période houleuse. Un processus de distanciation amusée, une façon de se moquer gentiment de l'enfant qu'on a été, tout en demeurant son allié éternel, qui est au cœur des œuvres qui nous inspirent, de la Conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole au Complexe de Portnoy de Roth.

 

 

Img_4406-1491599953

 

 

 

Nous souhaitons donc partir d'un principe d'allusion, de récit. La pièce propose une évocation de l'adolescence, la relate avec la distance et la patine de l'âge adulte, forcément teintée d'approximations et de souvenirs. De la même façon, Hervé fait référence aux textes et aux auteurs qui l'inspirent à travers la fascination, l'intransigeance, la pédanterie propres aux jeunes esprits.

 

Nous désirons faire naître un adolescent de théâtre, en colère contre tout et n'importe quoi, contre la vie, contre ses parents, contre la difficulté, contre le sens des choses, contre l'impossibilité de devenir ce qu'il veut devenir, contre une réalité sans pitié, contre ses apôtres, contre ce qui fait obstacle à ses fantasmes, contre son corps et contre le corps des autres ; un adolescent qui fait les cent pas sur le quai d'une gare et qui s'imagine une vie d'aventurier, un adolescent dépressif avant l'âge, un adolescent qu'on ne reconnaît pas dans le rôle d'élu qu'il désespère d'incarner.

 

 

L'équipe

 

Adrienne Ollé, auteur et metteur en scène.

 

 

376005_10150399550762986_940385746_n-convertimage-1493477911

 

 

En 2011, Adrienne Ollé intègre le Master professionnel de mise en scène de Nanterre et participe à des ateliers sous la direction de François Rancillac, David Lescot, Jean Jourd'heuil, Daniel Jeanneteau, Philippe Adrien et Georges Lavaudant. Elle a auparavant suivi les cours de Francine Walter, dont elle a été l'assistante, puis de l'école Claude Mathieu et de Delphine Eliet à l'École du Jeu, après avoir suivi une hypokhâgne et une khâgne au lycée Louis le Grand en 2004 et 2005. Elle signe la mise en scène d'"Italienne Scène" de Jean-François Sivadier en 2008 pour le festival « Mise en Capsules » au Ciné XIII Théâtre, de Gouaches de Jacques Serena en résidence aux Arènes de Nanterre en 2009 et de "Rituels", spectacle créé d'après les textes de Obaldia et Roth. Depuis 2009, elle travaille au sein de la compagnie des Aléas et collabore avec eux à la traduction et à la mise en scène de pièces d'Israël Horowitz. Elle y a mis en scène "Phone Tag", une pièce radiophonique inédite du dramaturge américain, créée à Paris en 2014 et jouée à Avignon et en tournée en 2014/2015. Elle assure depuis 2013 à Sciences-Po Paris un atelier de pratique artistique dispensé aux étudiants du double cursus Sciences-Po/Sorbonne.

 

 

Johann Cuny, comédien.

 

Image1_opt-1493479796

 

 

 

Johann entre au CNSAD en 2009 où il travaille notamment avec Daniel Mesguich et Gérard Desarthe. Il participe aux ateliers de clown et masque où il rencontre Yvo Mentens et Mario Gonzalez. Il est comédien sur les spectacles de Bruno Bayen "Faites avancer l'espèce d'après W.H. Auden et Shakespeare, et de Moustafa Benaïbout dans "Contre le monstre de Nosgoth".

Il travaille sous la direction de Xavier Marchaud dans "Au bois lacté" de Dylan Thomas, de Julia Zimina dans "Seule ce soir" de Michel Cochet et "Porcherie" de Pasolini.

Il joue et co-met en scène avec Rosa Bursztejn "La Ravissante Ronde" de Schwab. Il crée, met en scène et joue "La vie rêvée des profs" avec Guarani Feitosa-Neves et leur collectif des "Soirées Plaisantes" au théâtre de la Boussole en 2014.

Il fait partie de la distribution des "Lettres de Non-motivation" de Julien Prévieux mis en scène par Vincent Thomasset dans le cadre du Festival d'Automne 2015 au Théâtre de la Bastille et au Centre Pompidou. 

Depuis 2013, il dirige avec Moustafa Benaïbout, Bertrand Usclat et Pauline Clément le collectif "Yes Vous Aime" qui sévit avec ses vidéos et ses web-Séries sur Youtube, Dailymotion, Melty original et France 4. Depuis septembre 2016, ils apparaissent également dans une émission hebdomadaire sur Canal Plus avec "La Conf de Presse".

 

 

Alice Béroud, assistante à la mise en scène.

 

Ap-20170110-218-modifier__2__opt-1493932977

 

Passionnée par les mots et musicienne depuis l’enfance, Alice a très tôt développé un goût prononcé pour le théâtre et ses formes d’expression multiples. Elle débute sa formation à Annecy, notamment auprès de comédiens du Teatro Malandro. Elle intègre une formation universitaire à l'Institut d’Études Théâtrales de Paris III en 2012 puis décide d'élargir son champ d'étude et s'implique au sein de la licence pluridisciplinaire Culture Antique et Monde Contemporain à Paris-Sorbonne qu'elle obtient en 2016. Entre 2013 et 2015, elle travaille en parallèle sur des questions d'accessibilité dans l'apprentissage auprès d'étudiants en situation de handicap, en particulier sourds et malentendants. Elle s'initie alors à la langue des signes. En 2016, en stage au Théâtre de la Ville, elle se voue à l'analyse et au conditionnement des archives dans le cadre de leur don à la Bibliothèque Nationale de France. Alice intègre l'Ecole du Jeu de Delphine Eliet en 2016 et participe à divers projets audiovisuels en tant que comédienne.  Elle assiste également Anne-Lore Leguicheux sur une création pluriartistique des Bonnes de Jean Genet.

À quoi servira la collecte ?

Avignon 2017

 

Cette collecte nous permettra de financer notre participation au festival grâce à notre structure, la compagnie des "Coeurs Insolents" qui se verra reverser la totalité des fonds de la collecte. Nous pourrons ainsi optimiser les conditions dans lesquels nous y créeront "Hervé".  

Que ce soit pour le transport, le logement, la nourriture, la technique, le travail avec une chargée de diffusion, l'inscription au OFF ou les impressions des affiches et des tracts, la somme de 3000 euros viendra compléter le budget déjà envisagé pour ces différents coûts. Elle correspond, en gros, au tiers des dépenses que nous devrons faire au cours du Festival.

Sachant que tout dépassement de ces 3000 euros servira comme salaire pour les trois mois de travail investis (dont celui du festival). Donc, évidemment, ce bonus sera non négligeable.

 

 

Thumb_img_5012-1491601512
Johann Cuny

Johann entre au CNSAD en 2009 où il travaille notamment avec Daniel Mesguich et Gérard Desarthe. Il participe aux ateliers de clown et masque où il rencontre Yvo Mentens (NOTT), Mariana Araoz et Mario Gonzalez. Il est comédien sur les spectacles de Bruno Bayen Faites avancer l'espèce d'après W.H. Auden et Shakespeare, et de Moustafa Benaïbout dans Contre... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Chose promise, chose dûe. À la dernière minute mais mieux vaut tard que jamais :-) Bon courage pour Avignon mec !
Thumb_default
Remet ton slip !
Thumb_default
Allez on y est presque ! On se voit peut être à Avignon. Des Schmoutz