Aidez-nous à créer hEXagones, première revue littéraire sous format papier valorisant les auteurs racisés!

Large_page-0-1519175686

Présentation détaillée du projet

 

hEXagones c'est quoi?

 

 

hEXagones est une nouvelle revue littéraire dont l’objectif est de valoriser les autrices et auteurs racisé.e.s, Français.e.s et/ou vivant en France.

 

Le titre fait bien sûr référence à l’hexagone français car tous les auteurs écrivent ici de ce lieu. Mais leurs origines sont diverses, extérieures, en dehors de France, d’où l’exergue de la syllabe EX.

 

 

Genèse du projet

 

Ce projet est né à la suite de réunions d’un collectif d’autrices et d'auteurs racisé.e.s se rencontrant chaque mois, à l’image d’un comité de lecture, pour lire des textes aux formes et aux écritures diverses, plurielles, du haïku à la nouvelle en passant par le théâtre.  Pour se donner des conseils, du courage, de la force.

 

 

Après une année de rencontres et de réunions à un rythme mensuel, un nombre important de textes a été lu, commenté, retravaillé, envoyé dans des comités. Mais après? 

 

Quelle suite donner à ces échanges, à ces textes s’ils ne trouvent pas par eux-mêmes la porte de l’édition malgré leur qualité?

 

 

Raconter nos propres histoires

 

Pourquoi ne pas porter soi-même ce projet et prendre les choses en main pour que ces textes qui nous ont touchés, bousculés, émus puissent en toucher d’autres, être accessibles et lus en dehors du cercle amical et intime ? L’opacité entourant la trajectoire d’un manuscrit avant une éventuelle publication via une maison d'édition, le manque de reconnaissance de l’auto-édition, des délais de réponse parfois très longs, un nombre trop important de refus peuvent fragiliser un auteur qui débute. Il nous semble primordial de briser ce plafond de verre. 

 

 

 

Dans la forme, hEXagones est une revue littéraire avec des textes et des extraits. Un bel objet dont le graphisme a été confié à Sandra Sainte Rose. La couverture sera réalisée par l'artiste Nadia Valentine. Mais puisque nous souhaitons aussi valoriser les auteurs, un entretien avec chaque écrivain de la revue sera réalisé pour donner de la visibilité aux porteurs de textes.  Des portraits photos seront aussi intégrés, pris par Maonghe Mbaitjongue, Billy Brighton et Sarah-Behia Kangha. Les vidéos sont de Cyril Lemba

 

 

Pour que la revue ait plus d’impact et une visibilité plus importante dans l’espace médiatique, nous avons souhaité que des auteurs confirmés et reconnus participent à ce premier numéro.  

 

 

Enfin, un agenda complétera la revue avec les lieux, structures, comités, clubs de lectures, librairies sensibilisés à cette question d'une littérature encore trop marginale aujourd'hui.

 

 

Rythme

Le rythme de la revue sera annuel.

 

 

L'équipe

 

Dyckson, auteur de théâtre

 

Penda Diouf, autrice de théâtre

 

 

Les auteurs

 

 

Ont accepté de participer à ce premier numéro :

 

Marine Bachelot Nguyen : théâtre

"Pour décrire mon travail, je dis souvent que j'explore l'entrelacement du document et de la fiction, les croisements du corps et du politique, les questions féministes et postcoloniales."

 

 

Blick Bassy : roman, contes, chansons

Je participe  "D’abord pour encourager cette belle initiative, mais également pour contribuer d’une certaine façon à mettre en lumière les problématiques liées à la communauté africaine dont je suis ressortissant."

 

 

Dagara Dakin : poésie, textes courts

"Aimé Césaire, Gontran Damas, Milan Kundéra, Paul Auster, je fais parti d’une génération qui s’est éveillé à la lecture de leurs textes. J’aime la prose du musicien Oxmo Puccino et des tas d’autres comme la Rumeur pour ne citer que ceux là."

 

 

Dalila Daoudi : textes courts

"Ayant trop d'énergie et de créativité, je suis rentrée en écriture, d'autant plus que le stylo était un moyen très économique contrairement à une batterie ou à du marbre."

 

 

Yancouba Diémé : roman, textes courts

"Je suis d’accord quand Niangouna parle de boxer la situation ou de kung-fu. J’envisage la littérature comme un moyen de combattre. Quand j’étais au lycée, j’écrivais pour distancer mes camarades. Plus tard j’ai écrit encore pour régler mes comptes."

 

 

Penda Diouf: théâtre, poésie

"C’est l’écriture qui me tient. Même si je n’écris pas quotidiennement, c’est l’écriture qui me tient (...)"

 

 

Hakim Djaziri: théâtre

"L'écriture à une place centrale dans ma vie et m'a toujours servie d'exutoire et/ou de refuge a des moments où la frustration, la tristesse ou tout autre sentiment un peu étouffant me saisissait."

 

 

Eva Doumbia : théâtre

"Avec le recul, je réalise que ce qui m'intéressait et m'intéresse toujours c'est d'une part ce que soulève comme questionnement les transidentités (...)"

 

 

Dyckson : théâtre, textes courts

"L’écriture n’est jamais très loin de moi, par la pensée, la lecture mais parfois elle s’éloigne pour que nos retrouvailles soient vraiment intenses."

 

 

 

Karima El Kharraze:  théâtre

"Le fait d’avoir au fond de moi une langue maternelle que je n’écris pas travaille de l’intérieur mon rapport au français et à ce que j’ai envie de raconter."

 

 

Christelle Evita : théâtre, textes courts

"Ces pensées sont des phrases qui me traversent quand je suis au contact de situations ou problématiques touchant plus particulièrement les racisés : l'intersectionnalité, les violences policières, une identité perpétuellement questionnée, etc."

 

 

Olivier Gbezera : poésie

"Mes premières sources d'inspiration viennent donc du hip-hop. Plus précisément, je dirais Akhenaton, Gza, Raekwon, Rza, Prodigy, Nas, 2Pac, plus tard MF Doom, Sean Price, les gars de La Rumeur et de Lunatic, Kery James et tant d'autres encore..."

 

 

Tisha Ivana : romans

"Ma source d'inspiration première reste sans aucun doute l'humain. De par mon métier - je suis infirmière - je suis confrontée à toutes sortes de vécus et d'histoires."

 

 

Tarek Lakhrissi : textes courts, poésie

"Ce qui m’intéresse c’est la pluralité : quand un corps ou un objet exprime et résume plusieurs trajectoires, histoires parfois contradictoires - de manière libre."

 

 

Rocé : rap

"J’étais justement en plein questionnement sur le fait que je ressens que l’identification prend le dessus sur l’identité. L’identité est la notre, mais l’identification ne nous appartient pas, on la subit."

 

 

Francis Sessou: textes courts

"Dans la création en général, l’art et les cultures d’Afrique sont une source d’inspiration inépuisable. La méditation et le contact avec la nature me permettent également de rester sensible et disponible à la création."

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte permettra de financer

 

- Le travail de la graphiste : 3500 euros

- L'impression de 600 exemplaires : 2106 euros

- L'organisation d'une soirée de lancement : 1000 euros

 

 

Si vous êtes très généreux

 

Et si nous récoltons plus d'argent , cela nous permettra, grâce à vous,  

-de proposer un papier au grammage plus important et du papier brillant

-de lancer le deuxième numéro de la revue 

-de créer un site internet qui sera relais

 

Je, soussignée Penda Diouf, recevrai l'intégralité de la collecte. 

 

 

Calendrier

 

Le contenu est prêt (photos, interviews et textes). Nous reste à concrétiser:

07 mai: création de la maquette

30 mai: impressions

06 juin: soirée de lancement à FGO-Barbara

 

Merci de nous permettre de tenir ces délais et de sortir la revue dans de bonnes conditions!

hEXagones

hEXagones est née des rencontres mensuelles entre auteurs. On ne se ressemble pas, on se connaît peu, mais on se fait suffisamment confiance pour montrer nos textes, nos productions. Ces réunions, c'est à la fois du networking et un comité de lecture exigeant sur la qualité des textes. Et une fois ces textes écrits, lus, interrogés, appréciés,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_gh_20110601carree
« Tout livre ne dit qu’une chose : comment j’ai failli être fou. » Jean Paulhan, 8 décembre [1926], La vie est pleine de choses redoutables. À vous lire, tou·te·s !
Thumb_gh_20110601carree
« Tout livre ne dit qu’une chose : comment j’ai failli être fou. » Jean Paulhan, 8 décembre [1926], La vie est pleine de choses redoutables. À vous lire, tou·te·s !