L'information en temps de guerre exige davantage de sécurité. L'armée protège les journalistes. Sous quelles conditions pour l'information ?

Large_highriskreport

Présentation détaillée du projet

En 2013, 75 journalistes ont perdu la vie en exerçant leur métier. Aujourd'hui, 175 à travers le monde sont toujours emprisonnés. Ils sont de plus en plus vulnérables et pris pour cible. Ces reporters  risquent leur vie jour après jour pour couvrir l’information et nous la rapporter.

 

Ils ont besoin de se protéger, et beaucoup doivent chercher une protection auprès de l'armée. Cette collaboration implique des contraintes, pour l'armée mais aussi pour les journalistes et par extension pour la couverture des conflits.

 

Nous voulons savoir quelles sont ces contraintes, et dans quelle mesure elles peuvent influencer l'information que nous recevons. 

 

Le projet, concrètement

 

Nous allons nous rendre sur le terrain d’opérations militaires. Nous suivrons activement deux stages dans l’armée en tant que journalistes, pour comprendre le mieux possible les situations auxquelles un reporter doit faire face.

 

Nous ferons des interviews des officiers, des soldats, pour mieux saisir leur perception des journalistes et de leur rôle, le poids que leur protection peut représenter dans l'exercice de leurs opérations. Les militaires sont un acteur clé de tous les conflits du monde, il est nécessaire d'avoir leur point de vue. Quels dispositifs doivent-ils mettre au point pour assurer cette protection?   

 

Toutefois, les journalistes sous protection de l'armée ont pour obligation de la suivre dans ses déplacements, sur le lieux des événements ou pas. Leur liberté d'expression est donc encadrée avec eux, mais dans quelle mesure? Certains reporters décident de se passer de cette sécurité, pourquoi?

 

 

Riot_petionville

Crédit: Perrona (GNU Free Documentation License)

 

Nous voulons aller au-delà du reportage vidéo classique, et réaliser un dispositif documentaire et interactif. 

 

Tout ça, nous vous le raconterons tout au long de l'année sur notre blog. Nous partagerons des articles, des conversations, des interviews, toutes les informations que nous pourrons rassembler. Nous voulons aller à la rencontre de ces reporters qui risquent leur vie et vous raconter leurs histoires, leurs expériences. Plus vous nous aiderez, plus nous pourrons aller loin dans notre investigation.  

 

Une telle réalisation nous permettra de donner une dimension supplémentaire aux questions que nous soulevons. Mais avant ça, nous allons fonder un blog où nous vous informerons sur nos avancées, mais pas seulement. Nous le destinons à devenir une véritable référence sur le sujet. Ce défi ne peut se faire sans votre aide, il est important pour nous de pouvoir communiquer et interagir avec vous. Vous pouvez nous retrouver sur notre groupe Facebook. N'hésitez pas aussi à nous interpeller personnellement sur Twitter, @02Elise et @ChristopheReyns

 

Qui sommes-nous?

 

Sans_titre

 

 

 

Elise - J’ai rejoint Christophe sur ce sujet il y a quelques mois maintenant, aujourd’hui il représente un véritable challenge, et j’adore ça! Je suis calme et discrète en général, mais je sais ce que je veux et rien ne m’arrête. Le journalisme me plaît parce que ça m’oblige à me dépasser, à en apprendre toujours plus, c'est ce que je compte faire à travers ce projet.   

 

Christophe – J’aime ce métier de “Reporter de guerre”, la couverture des conflits est essentielle à mes yeux. Je veux rencontrer ces hommes et ces femmes qui risquent leur vie chaque jour pour nous décrire les atrocités des guerres. C’est d’autant plus un challenge que ce sont des vécus délicats à recueillir. Je m’inquiète souvent des conditions dans lesquelles ils exercent. Je me dépasserai pour trouver des réponses à mes questions.

À quoi servira la collecte ?

Notre documentaire va impliquer de nombreux déplacements à l’étranger, pour nous rendre sur les lieux de manœuvres des stages de l’armée, mais aussi pour aller à la rencontre des journalistes touchés par ce problème. Nous en finançons une partie, mais nous avons besoin de votre aide pour aller encore plus loin!

 

Les 1500€ que nous espérons récolter nous permettront plusieurs choses:

 

- Notre trajet jusqu’au lieu de stage dans le sud de la France (Collioure) 380€ (190€/personne)

 

- Logement à Collioure 200€ (100€/personne)

 

- Rencontre avec une journaliste française  Rencontrer une reporter de guerre française à Paris qui a accepté de témoigner. Elle a couvert le conflit centrafricain. Nous avons la possibilité de la suivre dans ses préparatifs de départ lorsqu’elle est envoyée sur les lieux des événements.

 

Comme il est difficile de prévoir à l’avance sa date de départ (cela dépend des événements), nous devons être prêts à partir la rejoindre dans l’heure.

Dans une telle situation, les billets pour Paris nous reviennent à  400€ (200€/personne).

 

- Trajet en Eurostar pour Londres  Nous rendre à Londres, à la BBC. Cette dernière a l’un des dispositifs les plus avancés pour préparer ses journalistes aux zones de conflits, elle ne passe pas par l’armée mais par une entreprise privée. Nous voulons comparer les deux situations.

400€ (200€/personne)

 

- Commission de KissKissBankBank 120€

 

Si votre générosité dépassait cet objectif, nous pourrons aller encore plus loin dans nos déplacements et nos rencontres, être plus mobiles et enrichir encore plus notre documentaire. 

Thumb_1150419_10151691528969118_1817734945_n
45Chris

Nous étudions tous les deux le journalisme à l’Institut des Hautes Etudes des Communication Sociale (Ihecs). Actuellement en Master 1, ce projet de documentaire audacieux nous a réunis, et nous sommes d’autant plus motivés à mener à bien ce défi.

Derniers commentaires

Thumb_default
Petit coup de pouce pour y arriver!
Thumb_default
Bonsoir Christophe et félicitations pour ton projet! Tous mes voeux t'accompagnent!
Thumb_default
Bonne chance pour votre projet!