Hoenir est le premier court-métrage à budget de Laura Buttons. C'est un court-métrage expérimental qui sera réalisé à l'occasion du concours Crous 2011, sur le thème du fantasme. Le tournage aura lieu à la fin du mois d'avril. Votre très précieuse contribution est destinée à l'élaboration de ce décor particulier ainsi que des costumes.

Large_hoenir43

Présentation détaillée du projet

Hoenir est le premier court-métrage à budget de Laura Buttons. C'est un court-métrage expérimental qui sera réalisé à l'occasion du concours Crous 2011, autour du thème le fantasme, sur un scénario original de Laura Buttons, avec la participation de Chloé Biscos. Le tournage aura lieu à la fin du mois d'avril.

 

Votre très précieuse contribution est destinée à l'élaboration de ce décor particulier ainsi que des costumes. En effet, Hoenir sera réalisé bénévolement par une petite équipe orchestrée par Laura Buttons, et comme pour tous les précédents courts-métrages, c'est elle qui se chargera de la confection des costumes, du décor, ainsi que de la post-production et de la bande sonore.

 

Synopsis

Alexandre est un garçon solitaire, enfermé dans un mutisme profond et n'a pas l'usage de ses jambes. Un matin, son père l'aide à faire sa toilette journalière et, pendant qu'il s'absente, Alexandre s'immerge dans la baignoire. Il se retrouve alors propulsé dans un monde imaginaire. Un monde les pieds dans l'eau où il rencontre Peline mais aussi le Régulateur et son impitoyable secrétaire. Le Régulateur est le dirigeant d'Hoenir. Il est en charge, comme son nom l'indique, de la régulation de l'équilibre dans l'univers. Ce monde est un carrefour, un lieu de passage. Pour y rester, Alexandre va devoir faire un compromis.

 

Alexandre : Brandan Moulin

Peline : Audrey Pasquet

Le Régulateur : Sébastien Durand Nizan

La secrétaire : Chloé Biscos

Charles (le père d'Alexandre) : Rodolphe Guilloux

Qui suis-je ?

Dès son plus jeune âge Laura Buttons manifeste sa sensibilité accrue de l'esthétique en laissant les catalogues de sa chère mère comme un gruyère. Cherchez les meubles qui y étaient présentés, la toute candide Laura les avait collés sur ses dessins; elle s'était recréé tout son intérieur. Symptomatique de l'effet bulle – bulle de laquelle elle ne se risque pas trop à sortir.

Élève modèle jusqu'au lycée et promise à une grande carrière d'ingénieure, Laura se désintéresse de la voie scientifique, se met à écrire, poursuit un apprentissage photographique qu'elle initie depuis ses 13 ans, et se réoriente en série L. arts plastiques pour se consacrer aux arts. La création se faisait de plus en plus pressante, voir oppressante, créer était devenu un besoin pour exprimer sa vision des choses et ses ressentis. Après le Baccalauréat, elle poursuit spontanément ses études à l'ENSA Nice (Villa Arson), ou elle restera deux ans. Ne lui cherchez pas un domaine de prédilection, Laura est pluridisciplinaire, et si elle éprouve des difficultés à s'expliquer, ce qu'elle ne sait dire avec des mots, elle l'exprimera par tous les moyens étant à sa disposition. C'est donc dans l'optique de combiner ces différentes disciplines qu'elle rejoint l'université Paris Diderot - Paris 7, afin d'acquérir une culture et une théorie cinématographique pouvant servir un cinéma expérimental tout en gardant une marge de liberté pour son univers prolixe. Car son but dans la vie est de devenir cinéaste plasticienne.

Laura présentera du 10 au 20 mars prochain une installation vidéo au Point Ephémère, 200 quai de Valmy dans le 10ème arrondissement de Paris. Vernissage le 11 mars à 20h.


www.laurabuttons.net
http://www.myspace.com/laurabuttons