Hooligan amateur, le projet médiatique qui tente de démontrer pourquoi le football provincial est une zone de non droit

Large_capture_d__cran_2014-02-14___10.24.10

Présentation détaillée du projet

 

Le 22 septembre 2013, un fait très grave se déroule au sein de notre football régional.

Christophe Decoster, le capitaine du FC Lasne, se fait tabasser à la sortie du terrain par des soi-disant supporters de l'équipe adverse, le club de Limelette.

Très vite, l'Union Belge prend une sanction exemplaire : l'exclusion de Limelette du championnat. Mais voilà, quelques mois plus tard, l'Union Belge revient sur sa décision et le club de Limelette est réintroduit dans le championnat.

Alors, pourquoi est-ce que le football provincial est une zone si peu réglementée, où tous les coups semblent permis sans de réelles sanctions?

C'est ce que notre projet va démontrer dans les mois et les années à venir. Les gouvernements ont fortement combattu la vague de hooliganisme qui a parcouru l’Europe dans les années 70 et 80. Diverses mesures ont été prises telles que des fouilles à l’entrée des stades, des interdictions de stade, de sérieuses amendes, des stades avec seulement des places assises, etc. Ces mesures ont été efficaces et le phénomène hooligan a fortement diminué. 

 

Si le phénomène du hooliganisme a déjà été traité à de nombreuses reprises dans les médias, très peu de reportages sur le football amateur ont toutefois été réalisés que ce soit en Belgique ou ailleurs en Europe.

 

Notre objectif est donc de nous plonger dans ce sujet sensible qu'est la violence dans le football amateur. A travers un reportage vidéo, des articles, des photos, nous allons tenter de cerner ce phénomène et de vous le partager.  

 

Chaque week-end, des arbitres se font injurier, des joueurs se provoquent et des supporters se tapent dessus.

Dans les divisions inférieures, les supporters peuvent se rendre au stade sans aucun contrôle et libres d'y emmener des armes : pied de biche, club de golf, batte de base ball, voire même des armes à feu.

 

Pourquoi ce déchainement de violence?

 

 

En 2010, "Le nombre de matches pour lesquels on répertorie des incidents peut sembler assez faible, entre 1 et 4 %. Mais vu le nombre de matches joués chaque semaine dans la Province, un millier environ, le phénomène prend un caractère problématique. D’autant que le taux d’agressions physiques dans les incidents est en nette augmentation", a souligné Michel Foret, gouverneur de la Province de Liège (Belgique). 

 

A travers notre reportage, nous voulons comprendre pourquoi des gens non violents de nature changent radicalement de comportement dès l'entrée dans le stade.

Nous irons donc à la rencontre des dirigeants, des joueurs, des arbitres, des supporters et aussi des victimes de ces violences afin de vous raconter ce qu'il se passe réellement. Nous les filmerons, nous les photographierons, nous les interrogerons tous les week-ends, au bord des terrains des séries provinciales. 

 

Alors oui, nous en avons marre de voir ces mêmes scènes de violence se répéter chaque week-end car le football, ce n'est pas ça. Nous souhaitons mener à bien ce projet pour montrer que si la saine agressivité peut être présente sur le terrain, elle peut aussi être présente dans les tribunes 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à financer :

 

- L’achat d’une Gopro Hero 3 : 300 euros.

- L’abonnement annuel Creative Cloud étudiant (adobe photoshop, adobe première, etc.) pour alimenter notre blog à 19,99 euros par mois (12 mois) = 240 euros. 

- L'essence de tous nos déplacements = 200 euros. 

- Enrichissement du blog "tumblr" = 25 euros.

- Contreparties = 250 euros. 

- Imprévus = 100 euros. 

- Billets d'entrée dans les stades communaux = 400 euros. 

 

Si l'on dépasse les 1500 euros, nous nous engageons : 

 

- à une version néerlandaise du blog et du reportage.

- à investiguer dans les pays voisins. 

Thumb_capture_d__cran_2014-02-14___11.09.42
Hooligan Amateur

Emmanuel Goethals, Charles Regnier, Stéphane Pierrard et Noé Spies sommes quatre étudiants d'une vingtaine d'années. Nous étudions le journalisme à l'IHECS (Bruxelles) en première Master. Dans le cadre de nos études, nous devons réaliser un reportage vidéo d'une quinzaine de minutes, qui constituera notre mémoire médiatique. Ce reportage s'inscrit dans... Voir la suite