Soutenez-nous pour notre projet de solidarité internationale au Québec auprès des populations autochtones!

Large_piac_liacamille_canada-1430768678-1430768702

Présentation détaillée du projet

Notre projet est plutôt atypique pour un projet compagnons ; en effet la plupart sont réalisés dans des pays en développement. Ce n’est pas le cas du nôtre, car le Canada est un pays plutôt riche, une démocratie et ses habitants ont, d’une manière générale, un niveau de vie assez élevé. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a rien à y faire ! La situation des tribus amérindiennes du Canada est très complexe.

 

Un peu d'histoire :

 

Lors de l’arrivée des colons sur leurs terres, ces tribus y vivaient déjà depuis de nombreux siècles (il existe plusieurs hypothèses sur leurs origines). Les Amérindiens sont le peuple autochtone du Canada. Toutes ces tribus sont différentes mais elles ont de nombreuses similitudes entre elles. La culture amérindienne est infiniment riche et à mille lieux de la nôtre, très en relation avec la nature et ses cycles ; c’est d’ailleurs un peuple nomade qui migre en fonction des saisons.

L’idée de cycle et de cercle est très présente dans leur manière de vivre et de penser et les symboles ont une grande importance. Leurs croyances sont très basées sur ces aspects : la nature, le cercle et le symbolique. Les éléments et la nature (plantes, animaux) sont sacrés et souvent représentés par des totems ou des signes. Ces croyances comprennent de nombreux rites et pratiques, comme des danses, des pow wow, des prières, des offrandes à la Terre Mère…

 

Carte de l'implantation des différents peuples amérindiens au Québec :

S_nat_quebec_carte-1430070958

 

Lors de la colonisation, si cela se passa légèrement mieux qu’aux États-Unis, il y eu beaucoup de conflits entre les tribus amérindiennes et les Européens. A partir du XIXème siècle, les Amérindiens ont été parqués dans des réserves, et donc empêchés de vivre comme ils l’avaient toujours fait car, entre autres, obligés de se sédentariser. Les troupeaux de bisons, leur principal gibier, ont également été largement diminués par les colons. Les tribus ont été privées de leurs cultures, quand les enfants, enlevés à leurs familles, étaient envoyé dans des pensionnats à l’entrée desquels ils devaient par exemple brûler tous leurs vêtements et objets traditionnels.

 

Aujourd’hui, les Indiens sont au Canada reconnus comme les « pupilles de la nation ». Cela leur garantit une certaine sécurité et protection. Ils reçoivent des aides financières de l’État par exemple. Cependant, et peut-être en partie à cause de ce statut, beaucoup d’Indiens sont chômeurs et il y a au sein des communautés de gros problèmes d’alcoolisme. De plus, il subsiste un racisme entre les Indiens et les autres et ce dans les deux sens. 

 

Des chiffres parlants:

Graph-1430070614

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

Le projet en lui même :

 

Ce que nous ferons là-bas, ce sera vivre au sein d’une communauté amérindienne afin de réaliser un échange interculturel et d’ouvrir des yeux (les nôtres, les leurs ?).

> Pour cela, nous vivrons dans la nature « à l’indienne » et nous passerons une quinzaine de jours dans un village Innus (Pessamite), nous rencontrerons plusieurs associations qui collaborent avec ou agissent pour les Amérindiens, visiteront des musées sur l’Histoire de leurs civilisations et l’Histoire du Canada à Montréal et Québec pour mieux comprendre ce peuple premier.

 

> Durant cette expérience, nous prendrons des vidéos, photos, écrirons nos découvertes et interviewerons de nombreuses personnes (Amérindiens, Canadiens, membres d’associations…) afin de réaliser, ensuite, un reportage sur cette culture méconnue en France et la manière qu’ont les Amérindiens de la vivre et la conserver aujourd’hui.

 

> Nous nous concentrerons sur leur rapport à la nature et aux croyances et les différences et le rapport qu’ils ont avec le reste de la société canadienne. Ce reportage sera ensuite monté puis diffusé, partagé le plus possible.  Il sera réalisé grâce à nos savoir-faire et talents respectifs (photo, écriture, vidéo…) sur lesquels nous travaillons chacune et ensemble dans l’optique de ce reportage !

 

 

Orignal_panneau-1430771796   Ste_kateri_tekakwita-1430771724

 

Les associations :

 

Nous sommes en contact avec plusieurs associations québécoises que nous allons rencontrer et avec lesquelles nous allons collaborer pour notre projet. Les voici :

·        Association des Scouts du Canada

C’est une association de scoutisme reconnue par l’OMMS (organisation mondiale du mouvement scout) qui regroupe la plupart des groupes scouts canadiens francophones. Elle a été fondée en 1961. « La mission de l’Association des Scouts du Canada est de promouvoir et de soutenir le développement intégral des jeunes canadiens francophones afin qu’ils atteignent leur plein potentiel comme individus, comme membres de leurs communautés et comme citoyens qui jouent un rôle actif dans la société. »

·        Espace Art et Nature

À l'origine, quelques artistes animateurs et aventuriers, venus de France s'installent au Québec et travaillent avec des partenaires amérindiens et québécois à des projets en rapport avec les espaces, l’art et la nature. Ces projets sont tournés vers la rencontre et l’ouverture d’esprit par l’art, la culture, la beauté et la découverte. « Et si la beauté pouvait sauver le monde ? »

À quoi servira la collecte ?

La grosse partie de la collecte sera utilisée pour le transport et l'hébergement sur place. Le reste servira à des achats divers dont des cadeaux pour les Amérindiens et les autres personnes qui nous accueillerons et aiderons.

 

Transport : 300 dollars canadiens pour 3 allers-retours Montréal Québec et divers déplacements au sein des villes par les transports en commun

 

Hébergement : 900 dollars canadiens pour 7 nuits en auberge de jeunesse

 

Le reste servira au matériel et cadeaux.

 

 

Graphiques_scout_2-1430475290

 

Thumb_scout_fde1-1430469226
Les Compas'peur

L’équipe Nous nous connaissons toutes les trois depuis très longtemps et avons donc des liens très forts ! Célia, 19 ans, scoute depuis deux ans, en deuxième année de fac de droit à Dijon, Pia, 19 ans, scoute depuis cinq ans, en première année de licence Sciences et humanités à Marseille, Camille, 20 ans, scoute depuis12 ans, en deuxième année... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Célia, de la part de ton papy Karine
Thumb_default
Bravo pour votre projet. Profitez bien de votre aventure.
Thumb_default
Bravo ! allez découvrir l'immensité et les vrais connaisseurs de la nature québecoise !