Il était une fois par terre est un projet de court-métrage réalisé par Yann Ducreux. Soutenez-nous !

Large_par_terre_miniature

Présentation détaillée du projet

Il était une fois par terre est un projet de moyen-métrage écrit  par Yann Ducreux, Elio Balézeaux, Léon Lenclos, Lisa Darrats et Rémi Chevalier sur le modèle du cadavre-exquis : chaque scénariste compose avec les éléments du précédent en poursuivant l’histoire.

 

Synopsis: Monsieur JEAN Jean est jardinier. Comme chaque été, il sort sa 2CV afin de se rendre en Italie pour l’entretien du jardin des Strozzi, de riches propriétaires en vacances. Mais habituellement, M. JEAN n’est pas traqué…

 

Jardininterieurcoul2

 

Ce projet est né sous l’impulsion du Musée Muséum Départemental des Hautes-Alpes à l’occasion d’une exposition sur les jardins organisée pour le  400ème anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre, jardinier du Roi Louis XIV, architecte du jardin de Versailles. À l’issue de cette exposition le film sera projeté dans un cinéma partenaire du projet lors de la soirée de clôture. Le thème imposé par le Musée Muséum était donc celui-ci : « Le/Les Jardin(s) ». L’association Isis Production & Mots d’Ailleurs a bénéficié d’une « résidence d’artiste » gracieusement offerte, pour débuter le projet. Ce projet de film également soutenu et suivi par la Commission du Film des Alpes du Sud.

 Issus de différentes villes en France (Gap, Montpellier, Paris), nous nous sommes réunis en comité d’écriture et nous avons, tour à tour, inventé une histoire reprenant la thématique initiale du jardin, mais en la détournant avec originalité. Pendant plus de trois mois, nous avons imaginé et conçu ce scénario à distance, tout en échangeant à propos des différents problèmes et questionnements que nous rencontrions. Nos styles, Nos tonalités et nos manières d’écrire distincts ont réussi à s’imbriquer pour créer une fiction cohérente et novatrice.

 

Les Scénaristes :

 

Yann DUCREUX, Gap

Yann_ducreux

Co-scénariste et réalisateur, étudiant en Terminale Littéraire, réalisateur du film La Java Martienne

Créateur et président de l'association Isis Production & Mots d'Ailleurs.

 

 

Elio BALEZEAUX, Paris

Elio_bal_zeaux

Co-scénariste, étudiant en études cinématographiques à Paris, créateur d'un site de critiques.

 

 

Léon LENCLOS, Paris

L_on_lenclos

Co-scénariste, étudiant à l'ENSAPC à Paris,

co-réalisateur et co-scénariste du film Monsieur Z.

 

 

Lisa DARRATS, Montpellier

Lisa_darrats

Co-scénariste, étudiante en cinéma à Montpellier.

 

 

Rémi CHEVALIER, Gap

R_mi_chevallier

Co-scénariste, étudiant en Terminale Scientifique,  réalisateur du film Czeslaw.

 

 

 

 

Distribution :

 

Dans le rôle de M. JEAN Jean - Maurice AUBERT

Comédien, Metteur en scène et Auteur.

Grand_saut_1_-_2008-2009

 

 

 

Dans le rôle de L'HOMME - Thibault PASQUIER

Etudiant à l'Ecole Régionale d'Acteurs de Cannes (ERAC)

1209_studio_thibault5

 

 

 

Dans le rôle de MARINA - Alexandra LACOUR

Etudiante au DEUST Théâtre de Besançon

Alexandra_lacour2

 

 

 

Note d’intention

rédigée par Yann Ducreux

 

« La réalisation au cinéma est littéralement la capacité de « séparer la lumière d’avec les ténèbres, et la terre ferme d’avec les eaux (1)». (Tarkovski, 1989)

Cette citation est révélatrice de la dimension de démiurge de l’écrivain, du scénariste ou du réalisateur. Il me paraissait alors intéressant d’imaginer des personnages « en éprouvette » : les faire interagir, les placer dans telle ou telle situation, les faire évoluer, etc.  Cet axe de recherche correspondait très bien à la thématique initiale du jardin : les personnages comme éléments de toutes les préoccupations, mais toujours sous contrôle, sans liberté apparente. Pour exploiter ce thème avec originalité, la forme du cadavre-exquis cinématographique semblait idéale pour soumettre les personnages à des changements fréquents, dans le style, les genres ou les idées ; leur permettant également de ne pas être sous l’emprise totale d’un scénariste-tyran.

Lorsque l’on aborde le thème du jardin, on est immédiatement confronté aux multiples aspects symboliques de celui-ci. L’enjeu du scénario est l’utilisation de ce thème à des fins symboliques pouvant illustrer le parallèle existant entre la fiction et la réalité ; le rapport entre les personnages et leur auteur et les individus avec une éventuelle puissance oppressive.

 

Mais cette réalité n’est pour autant pas la nôtre et ne doit pas ressortir comme telle dans la réalisation de ce film. Il y a tout au long de la narration une détérioration du réel qui doit être retranscrite premièrement dans les choix de l’image. Pour n’en capter que l’essence, les couleurs doivent être tranchées, nettes et sans contrastes voire exagérées dans les costumes ou les décors. On accordera une importance primordiale au flou et au choix du point pour intégrer le doute, aussi bien des personnages, que du spectateur. La netteté des couleurs doit être contredite par le doute du point de vue. « Ce qui, dans le cinéma, dit le cinéma, c’est ce qui échappe à la dramaturgie, à la machinerie; c’est l’imprévu, le vague, le flou (2) ».

Un soupçon pèse alors sur les personnages du film. Personnages, spectateurs et scénaristes en arrivent à éprouver une méfiance mutuelle (3). Les regards caméras doivent se multiplier au fil de l’histoire jusqu’à la rupture du pacte fictionnel, où l’image – comme l’histoire – devient totalement floue. Deuxièmement, par les dialogues et le jeu des acteurs, la psychologie des personnages doit devenir de moins en moins saisissable, puisqu’eux mêmes ont du mal à se cerner. L’apport d’irréalisme ou de surréalisme dans les dialogues se traduit soit par des apparitions de styles intempestifs (écriture en Alexandrins), soit par des mots ou phrases sans – ou avec trop – de  sens (métaphores révélatrices du schéma narratif, exposé scientifique…).

S’établissant comme une réflexion sur la fiction et le personnage, ce film doit cependant avoir une forte part esthétique et innovante, dans un travail de recherche de l’originalité et du beau au service du sens.

 

1. Cf. premier chapitre de la Genèse.

2. Éloge du flou par Mordillat, Septembre 2011

3. Inspirée de Nathalie Sarraute dans L’Ère du soupçon

 

À quoi servira la collecte ?

La réalisation d'un film n'est ni un travail solitaire ni une entreprise à faible coût. Le travail d'équipe, l'accueil des comédiens, la réalisation du décor, la location du matériel, s'ils sont indispensables à la construction d'une œuvre qui se veut professionnelle, ne sont pas sans engendrer des frais. Nous faisons appel aujourd'hui à votre générosité, non pas uniquement dans une logique de don pécunier, mais dans celle d'une participation collective et artistique à un projet nourri de l'investissement de tous ceux qui s’y intéressent. Une idée, un projet artistique, ne peuvent trouver leur réalisation concrète et leur aboutissement que dans ce formidable élan artistique qui nous est cher. Le cinéma n'est pas qu'un acte isolé, l'œuvre d'un créateur autonome : c'est l'histoire d'un regroupement, celle d'un mouvement autour d'une passion ou d'intérêts communs qui trouvent leur essence dans l'art et ses joies créatrices et spectatrices. C'est à cette énergie, cette volonté commune de bâtir ensemble une forme artistique originale que nous faisons appel aujourd'hui ; c'est à votre envie de faire partie d'un peu de cette aventure que nous commençons et recommençons sans cesse et que nous appelons cinéma ; c'est à la générosité artistique et humaine qui nous est si précieuse dans notre travail de création.

Pour la réalisation de ce film, le budget total est de 5700 €. Ce montant se partage dans les différents départements de la manière suivante:

 

Budget3

 

Roberouge

 

La collecte sur Kiss Kiss Bank Bank, nous permettrait de compléter la partie manquante du budget et de financer la location du matériel lumière et sonore, la fabrication des costumes et l'achat des produits de maquillage et de coiffure.

Derniers commentaires

Thumb_default
"Créer, c'est vivre deux fois." Albert Camus
Thumb_default
J'ai fait ma contribution ! A toi de tenir tes engagements...
Thumb_default
Bonne continuation en espérant que tu réussises