Le projet a pour objectif de s'immiscer dans le festival d’Avignon. Un Festival de théâtre de renom dans lequel nous souhaitons apporter notre pierre à l’édifice et montrer une autre forme d’art auquel le public peut être sensible.

Large_image_in_street

The project

 

 

 

Le thème de l’édition 2012 est le contraste entre patrimoine historique et patrimoine artistique contemporain.
Actuellement nous nous efforçont de mettre en place un festival dédié au street art. In-Street serait et sera à notre connaissance le premier festival de street art dans le sud est de la France. La période choisit coincide avec la 66e édition du festival de théâtre d’Avignon, ce qui n’est pas un hasard! Le projet a pris racine dans le festival de théâtre en réaction a l’utilisation de l’affichage sauvage (mais toléré durant cette période) comme moyen de communication pour les différents troupe de théâtre jouant durant cette période.
Nous voulons par le biais des arts urbains proposer au festivalier (public et professionnels) la possibilité de découvrir d’autres formes d’art particulierement porté sur les interventions urbaines. Le but est de montrer au public différents aspects des pratiques inhérentes au «street art» .

 

Kouka : http://www.kouka.me
THTF :  http://www.thtfcollective.com
Benjamin Laading : http://benjamin.laading.net
Chifumi : http://chifumi.fr
Tony Weingartner : http://www.isneyland.fr
Pablito Zago : http://www.artistikkommando.com
ërell : http://www.flickr.com/photos/erell
Goddog : http://latelierdegoddog.blogspot.com
Esem : http://karimdesign.ultra-book.com/book
Terak : (musique) http://www.youtube.com/user/terak-
beatmaker/featured
Jonathan Dostert: (vidéo/photo) http://www.flickr.com/photos/jo_dost/

Communication : Les moyens de communication pensés cette année sont:
- Des action urbaines à la frontière de l’art et de la communication
- Un programme français/anglais
- Une communication via les réseaux sociaux Facebook Twitter, Vimeo, Flickr...

Par ailleurs, des moyens de communication plus conventionnels seront mobilisés :
- Un relais presse La Provence, Avi News, Jacker Mag, Blam Event (agence qui tient un blog d’évène- mentiel)...
- Une campagne de teasing Des flyers, distribués à partir de mi-juin, des vidéos, diffusés sur les réseaux sociaux.
- Une campagne d’affichage promotionnel dans les rues d’Avignon A partir d’affiches (500), de flyers (10 000).

I. Avignon

 Pour Avignon il s’agit de penser l’action des artistes en fonction d’un contexte bien spécifique, urbanisme, et festival tous deux patrimoines avignonnais. Le festival d’Avignon connait l’affluence d’une population hétéroclite. Lors du festival, la ville voit s’ouvrir des théâtres ponctuels, ce qui permet la découverte de lieux insolites.

Le projet et son objectif :
La problématique de cette année est articulée autour d’un parallèle entre arts vivants et arts plastiques. In Street propose d’investir des théâtres, pour y créer des installations, et ainsi bénéficier de l’effervescence culturelle de ces lieux, afin de sensibiliser un public non averti.
In Street souhaite à l’inverse expérimenter la transformation d’une galerie (Tampopo) en un lieu d’art vivant. La galerie plus qu’un lieu d’exposition, deviendrait un lieu de conception et de représentation.
Moyens mis en place :

1) Collaboration avec des théâtres partenaire : Du 5 au 28 Juillet

 Des installations et des expositions se tiendront dans différents lieux : l’espace Louis Pasteur (en partenariat avec L’ACA), le Barrio, le Pub Z, Backyard Concept, un chapi- teau dans la cour de l’école Pouzaraque. Ils nous permettront de relayer des actions menées en ville comme des happening, des installations éphémères tout en tenant compte du contexte existant. Nous pourrons ainsi proposer un nouveau regard aux festivaliers et attirer leur attention sur des pratiques plastiques qui interagissent avec un environnement public. Le rapport avec le passant se fait de manière directe et permet d’instaurer un dialogue entre l’artiste et le festivalier.
La thématique s’articule autour d’un parallèle entre arts vivants et arts plastiques. In Street propose d’investir des théâtres, pour y créer des installations, et ainsi bénéficier de l’effervescence culturelle de ces lieux, afin de sensibiliser un public non averti. In Street souhaite à l’inverse expérimenter la transformation d’une galerie (Tampopo) en lieu d’art vivant.
La galerie plus qu’un lieu d’exposition, un lieu d’information, de conception et de représentation.
Une partie du projet prendra aussi naissance dans la rue, comme la communication des troupes de théâtre (affichage, performances...)
Pour se faire nous proposons une intervention pouvant prendre diverses formes et adaptables à chaque lieux
Nous envisageons une collaboration avec les théâtres en utilisant les mêmes procédés que la galerie.
Les artistes sont aussi en mesure de s’adapter au lieu, de produire pour cette période des œuvres en volume, des installations comme des structures éphémères faites de bois, de cartons qui peuvent être placées dans des lieux de vie tels que des cours, buvettes, et accueils.
Les façades peuvent devenir un espace de création et d’exposition. Les travaux proposés peuvent être soumis de deux façons : soit l’artiste crée sans aucune contrainte, dans une totale liberté, soit l’artiste tient compte de l’identité du lieu, dans son architecture, utilisation théâtrale (sa programmation, ses troupes).
Les moyens techniques envisagés : l’utilisation de matériaux issus de la récupération (carton, bois, plaque de métal, panneau plastique...), procédés respectueux de l’environnement (tarlatane, adhésif, création de panneaux
et palissade amovible...), fresque (peinture en bombe, peinture acrylique, encre de chine...), projection vidéo.
Ces œuvres facilement accessibles au public ne nécessitent aucune protection particulière. En ce qui concerne leur conservation, le principe même de la création étant l’éphémère, il n’y a aucun problème à ce que l’œuvre subisse une dégradation de type naturel (intempéries.....).
Dans le cas où une œuvre serait dégradée par le public et deviendrait un poids visuel encombrant pour la structure d’accueil, nous nous engageons à la remplacer dans un délai convenable.

2) Exposition, galerie : du 5 au 28 Juillet

Une exposition rythmée par un renouvellement tous les 3 ou 4 jours où seront présentées : Des photos, des vidéos, des toiles, des installations, des performances. Une édition de sérigraphies produite par les artistes invités.
Tampopo est un pont entre le projet de Villeneuve les Avignon et les actions menées sur Avignon. La galerie associative Tampopo (rue du Chapeau Rouge / Avignon) met à disposition une salle d’exposition durant toute la durée du festival de théâtre. Cette galerie reconnue sur Avignon pour son travail dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme, soutient notre projet.
Ce lieu deviendra, le temps du festival, une galerie où les artistes invités par In-Street pourront développer une autre facette de leur travail plastique, sous forme d’expositions, performances, installations. L’idée serait de développer un rythme, via des expositions renouvelées tous les 3 ou 4 jours, permettant aux festivaliers de découvrir deux à trois installations sur une semaine.
Nous disposons de la galerie Tampopo pour la période du mois de juillet. Dans la galerie les artistes, interviendront par le biais de différents médiums, tels que : exposition de toiles et de photos avec une scénographie classique, mais aussi des installations et des performances in situ.

3) Un JAM (Fresque): Le 15 Juillet

Le jam est un événement organisé en partenariat avec l’association Keep Fire et le magasin du même nom, il aura lieu au parking des Italiens. C’est l’occasion de réaliser une fresque collective et participative. Cette fresque permet d’impliquer un large public allant de l’amateur au plus initié.
4) Une soirée: Le 15 Juillet

Une soirée organisée en partenariat avec et au Pub Z afin de clôturer l’événement.

http://www.youtube.com/watch?v=CbZhAZijrvI

http://www.youtube.com/watch?v=_yiGcAxsSdA&feature

http://www.youtube.com/watch?v=dTcpph7vM_c&feature=relmfu

http://www.youtube.com/watch?v=SMG3eD0wMbc&feature=relmfu

http://vimeo.com/27966649

http://www.flickr.com/photos/jo_dost/sets/72157627251925763/

 

 

 

 

Qui suis-je ?

In Street c’est l’histoire de deux garçons, deux amis, un vidéaste, l’autre Street artiste. Un lieu, une institution Les Grandes Traversées, Bordeaux. C’est cet endroit, cet évènement, qui fit naître le désir de ce projet, après avoir côtoyé des grands noms du milieu tels que Mark Jenkins, Aakash Nihalani, Evan Roth… Après un voyage européen, où leurs travaux commencèrent à se faire remarquer sur la toile. Les deux garçons nouèrent des contacts avec la scène du nord de la France via les réseaux sociaux. A la base montaient pour une collaboration, naquit une amitié entre eux. Les deux comparses revinrent à Avignon avec une idée, un projet.
Le festival d’Avignon, offrait une scène intéressante, de par sa renommé et de par sa conception. L’idée était de proposer une alternative à l’affichage tentaculaire, utiliser le même outil, le même
médium, mais proposer de l’art, et non pas de la pub.
 
 
C’est sur ce principe qu’est née la première édition d’In Street, les deux garçons investirent de leurs personnes, et invitèrent leurs amis à venir participer au projet. Cette édition que l’on peut qualifier
d’amateur/pirate, toucha un public d’initié au sein de la cité papale. Ces derniers furent surpris de voir que ce qui ce cachait derrière In Street n’avait rien de professionnel, mais plutôt le projet de
deux rêveurs. Encouragé par leurs amis, et par les personnes qui ont aimé cette première édition, les deux garçons décidèrent de revenir l’année suivante dans une forme associative, près à travailler avec qui le souhaitera, porter des projets audacieux au sein d’une ville qui leur tient à cœur.

Why fund it?

La somme collectée nous permettra de défrailler les artistes volontaires et impliqués, à financer notre campagne de communication (impressions, affiches, flyers, etc...) et à financer une partie du matériel necessaire a la production artistique qui s’effectuera pendant le festival.

Logistique: Des billets de train pour les artistes provenant de paris, strasbourg, lyon, saint Etienne pour un total de 434,51 euros
Un budget de communication s’élévant à:
10000 Flyers 95 euros
500 Affiches 285 euros
Hélium bonbonne X 2 à 49,90 euros l’une. 148 ballons 14 euros
Materiel:
Peintures, Blanc 10L 39,80 euros
Noir 10L 59 euros
Couleur rouge 2,5L 25 euros
jaune 2,5L 25 euros
bleu 2,5L 25 euros
Bombes Haute pression X 50 155 euros
Bombes Basse pression X 50 190 euros
Encre de chine 3 L 55,35 euros
Fumigènes 175 euros
Colle a bois, Colle à affiche Pyrographe 19,95 euros
Viseries
Impressions papier

Les lieux d’exposition et de création loué pour un mois entier:
La galerie Tampopo a raison de 170 euros
Atelier arts vivant: locaux prétés

Newest comments

Thumb_default
SUPER PROJET LES GARS !