Initial Sarah Stadt est une pièce écrite et mise en scène par Pierre-Jérôme Adjedj, qui résulte d’une collaboration entre des artistes français et allemands. Ce « monologue apparent » intègre un dispositif d’art numérique complexe, et mélange le français et l’allemand. Création à Berlin en janvier 2012, suivie d'une tournée (France et Allemagne).

Large_visuel-kkbb_2

Présentation détaillée du projet

Wo aber Gefahr ist, wächst das Rettende auch.
Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve.

Friedrich Hölderlin

 

Résumé
Sarah ne sait pas qui elle est, et ne sait pas par où commencer.
Elle a pour elle un plateau, du sang de théâtre, quelques cailloux, et des panneaux roulants. Pour (re)trouver son chemin, elle fait comme les enfants et les comédiens : elle joue.
Avec le jeu arrivent des souvenirs. Avec ces souvenirs une deuxième langue plus naturelle que la première... Sarah a beaucoup de nœuds à démêler, et prend les spectateurs à témoin de son troublant jeu de piste.
Sarah joue un jeu dangereux, traverse sans effort ni même s’en rendre compte des frontières infranchissables. Dans ces franchissements se trouvent son salut et sa perte.

 

 

Le texte

Le texte est le résultat d'une démarche d'écriture qui interroge la façon dont une histoire peut et doit être racontée. On parle ici de la quête d'identité de ce personnage de Sarah : il était capital que le lecteur/spectateur puisse être dans la même position que Sarah, celle d'une quête à tâtons où l'erreur et la fausse piste sont possibles, où tout se révèle au fur et à mesure que le chemin se dessine.

 

Mise en scène et dispositif d'art numérique
Initial Sarah Stadt est un « monologue apparent » : la comédienne visible sur scène joue avec ses cailloux, joue à la marelle, dessine des chemins, et se regarde dans d'étranges miroirs: elle explore à travers ces reflets d'elle-même les méandres de son histoire et de ses souvenirs. Mais les images et des sons renvoyés se décalent et se distordent jusqu’à faire apparaître un autre corps, une autre voix. Un deuxième comédien, présent en direct mais invisible à l'oeil, vient perturber le jeu de Sarah et établir un étrange dialogue avec elle, ou la distinction homme/femme et la barrière entre les langues se brouillent irrémédiablement.

 

 

L'équipe
Le spectacle est le fruit d'une collaboration entre artistes français et allemands : comédienne française | comédien allemand, metteur en scène français | dramaturge allemand, assistant français | assistante allemande. 

 

Cet équilibre est le garant d’un véritable partage, esthétique et intellectuel.

 

 

Planning


Répétitions : du 3/01 au 24/01/2012

 

Premières représentations : du 25/01 au 29/01/2012 au Theater Kapelle (Berlin)

 

Résidence à la Ferme du Buisson / Scène Nationale (Noisiel) : du 6/02 au 10/02/2012

 

Représentation à la Ferme du Buisson, réservée aux professionnels et aux donateurs : le 10/02/2012

 

 

Divers liens

 

La page Facebook d'Anamorphismes 

 

Une vidéo de travail au Tacheles 

[Avertissement : la vidéo présentée correspond à une étape de travail, exclusivement en français. Elle donne une idée de la tonalité du projet, mais le résultat final sera -forcément- fort différent !]



Une vidéo expliquant le dispositif

 

Qui suis-je ?

LA COMPAGNIE
Anamorphismes est un groupe de travail centré sur le spectacle vivant, qui s'inscrit dans une démarche européenne, tant par les sujets traités que par les modes de production. A ce titre, Initial Sarah Stadt, première production majeure d'Anamorphismes, illustre cette ambition à travers une collaboration binationale franco-allemande.

 

Nous menons par ailleurs des programmes d'action artistique : nous réalisons actuellement un projet de résidence artistique pluridisciplinaire à la Maternité des Bluets (Paris XII), dans le cadre du dispositif Culture à l'Hôpital.

 

QUELQUES PARCOURS…


Pierre-Jérôme AdjedjPierre-Jérôme Adjedj (auteur et metteur en scène) : Formé au cinéma à l’Université de Nancy II, puis à la Philosophie à l’Université de Paris I, Pierre-Jérôme Adjedj travaille depuis 15 ans comme auteur, adaptateur et metteur en scène. Sa recherche se porte à la fois sur des thèmes récurrents (responsabilité, mémoire, identité) et sur un questionnement de la forme elle-même. Il crée ses premiers spectacles au sein de la compagnie Courants d’ère dont il est co-fondateur et dont il assure la direction artistique. A Paris puis en Alsace, il se confronte à des textes (Pinter, Pirandello), à des créations mêlant théâtre et mouvement (L’Ombre portée, La Chute des corps) ou encore des textes écrits - Lea(h) - ou adaptés (La Pitié dangereuse, première adaptation au théâtre du seul roman achevé de Stefan Zweig). Il est soutenu par la DRAC Alsace, le Conseil Régional d’Alsace, le Conseil Général du Bas-Rhin et la Ville de Strasbourg. La Pitié Dangereuse a reçu, outre le soutien des traducteurs de Stefan Zweig, le soutien financier du Forum Culturel Autrichien et de l’European Association for Jewish Culture.

 

Il met un terme à son parcours avec Courants d’ère en 2004, pour s’engager sur de nouvelles pistes de recherches sur l’écriture, la dramaturgie et les codes de la représentation. Cela coïncide avec l’écriture d’Initial Sarah Stadt, le début de son enseignement à l’Université de Paris-Est/Marne-La-Vallée ainsi qu’un compagnonnage aux contours multiples avec la Ferme du Buisson / Scène nationale.

 

Il a entrepris depuis 2006 un travail photographique. Installé à Berlin et se partageant entre la France et l’Allemagne, il travaille actuellement à l’écriture d’un roman et d’un livre sur la dramaturgie du jeu vidéo (dramaturgie comparée). Initial Sarah Stadt est sa première mise en scène avec Anamorphismes. Il est par ailleurs membre du Collectif MxM.

 

 


Amandine Thiriet (comédienne) :
Formée au piano et à l’art dramatique au Conservatoire National de Région de Metz, Amandine Thiriet, comédienne et musicienne, vit et travaille à Berlin. Côtoyant aussi bien les textes classiques (Molière, Shakespeare, Tchekhov, Calderon, Ostrovski, ...) que les écritures contemporaines et poétiques, son parcours d’interprète pluridisciplinaire lui a permis d’explorer des directions multiples et complémentaires. Elle travaille depuis plusieurs années avec Pierre-Jérôme Adjedj (La Pitié dangereuse de Stefan Zweig, Lea(h) et Initial Sarah Stadt), a cofondé la compagnie Rime en scène qui met en jeu des textes de poésie et a créé en cinq ans une quinzaine de spectacles. Elle participe depuis l’origine du projet à la réflexion sur Initial Sarah Stadt.

 

 

Raik Stolzenberg (dramaturge) : Originaire de Rostock (DDR), il suit une formation initiale de mécanicien industriel. Très vite, les bouleversements nés de la réunification font bifurquer Raik Stolzenberg vers les lettres. Il travaille durant ses études au Litteraturwerkstatt à l’organisation de divers projets et festivals de littérature et de poésie. Il travaille ensuite successivement dans la presse, l’édition et au service culturel de la Mairie de Prenzlauerberg (Berlin). Diplômé en 2004 d’un Master d’Histoire allemande et de Sciences Politiques, il travaille ensuite comme dramaturge sur de nombreux projets, et devient en 2007 le dramaturge résident du Theater Kapelle.

 

 


Nicolas Doremus (régisseur vidéo, assistant à la mise en scène) :
Diplômé de l’Université de Paris-Est / Marne-La-Vallée, Nicolas est monteur et régisseur vidéo. Il s’intéresse aussi bien à l’univers du film (documentaire et fiction) qu’au spectacle vivant. Sa polyvalence lui permet de relier sa compétence technique aux enjeux artistiques des projets sur lesquels il travaille. Il est présent au sein du projet depuis les premiers laboratoires de travail, et participe depuis à toutes les réflexions artistiques au sein d’Anamorphismes. Il est également membre du Col¬lectif MxM, et travaille par ailleurs avec des metteurs en scène tels que Patrick Sommier, Jean-Michel Rabeux, Michael Serre ou encore au sein du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

 

À quoi servira la collecte ?

Grâce aux fonds collectés, nous allons pouvoir financer des postes cruciaux de la production, qui permettront de compléter le budget.

 

3000€ : Prise en charge des transports, de l’hébergement et des repas des participants au projet, ainsi que des frais de transport du décor. Etant donné que l’équipe est composée à 50% de français et 50% d’allemands, nous avons des frais à la fois pour la création à Berlin en janvier 2012 et pour la représentation en France en février.

 

1000€ : La mise en scène de la pièce reposant sur une interaction très fine entre le dispositif d'art numérique et le jeu des acteurs, votre participation nous sera très précieuse pour achever dans de bonnes conditions le développement du dispositif et les essais techniques.

 

1000€ : Participation au budget de fabrication de décor et des costumes.

 

Nota bene : Si le montant de 5 000€ est atteint, nous vous encourageons néanmoins à poursuivre votre participation ; cela nous permettra notamment de disposer de moyens supplémentaires pour la communication, que ce soit avec le public (affiches, flyers, ...) ou avec les professionnels, en France et en Allemagne, mais aussi dans d'autres pays (Autriche, Israël, ...).

 

 

Soutiens actuels du projet


Le projet est soutenu depuis son origine par la Ferme du Buisson / Scène Nationale de Marne-La-Vallée, qui nous a offert plusieurs résidences de travail pour mener la recherche autour du projet.

 

Nous bénéficions également du soutien du Cube / Centre de création Numérique, qui nous a permis, avec le concours de l’IMAC (école d’ingénieurs de l’Université de Paris-Est) de développer le dispositif d’art numérique utilisé dans la pièce.

 

A Berlin, Le Tacheles et maintenant le Theater Kapelle soutiennent le projet.

 

Le projet a reçu le soutien de la DRAC Ile-De France (ministère de la Culture), au titre de l'aide au projet.