Une bergerie pour travailler au sec et au chaud!

Large_p5030811

Présentation détaillée du projet

HISTOIRE DU PROJET

 

Non issue du monde agricole, j'ai fait divers travaux saisonniers de cueillette, ce qui m'a amenée vers le woofing dans différentes fermes, puis, vers les brebis, par le joie que j'éprouvai à leur contact. Affinant mes stages et ma recherche de travail exclusivement dans le domaine des brebis, j'ai pris ensuite quelques brebis pour moi-même, en octobre 2012, dans des vergers qui m'étaient prêtés. Voulant tout d'abord monter un spectacle poétique avec elles, j'ai réalisé que l'heure pressait de devenir autonome financièrement (abandonner chômage et RSA) et je me suis lancée dans un projet de brebis laitières avec transformation fromagère, ayant jugé avoir suffisamment d'expérience.

Cependant, si je connaissais le soin aux bêtes et la transformation du lait, je n'avais pas idée de la montagne de normes et de paperasses à respecter, ce qui a considérablement complexifié ce projet. J'ai dû quitté les vergers pour de multiples raisons et j'ai pris une location de ferme bien trop petite pour développer mon projet, mais suffisante pour servir de transition en attendant de trouver des terres aptes à accueillir les brebis et l'autorisation de construire un hangar. 

P1050988

Octobre 2013: Un temps de ferme pédagogique: après avoir fait la traite, nous emmenons une partie du troupeau sur un terrain constructible dans un lotissement (nous courons après l'herbe!)

 

ACTUELLEMENT

 

Je suis actuellement en cours d'installation agricole officielle à la chambre d'agriculture, avec mon compagnon qui est menuisier.

Notre troupeau s'élève à 15 brebis mères et le projet final est d'en avoir 30, pas plus, pour permettre une diversification des activités (travail de la laine, du cuir, vente du yaourt, de la viande, maraîchage petite surface et arbres fruitiers... et spectacle, lorsque l'économie de base sera mise en place)

Nous avons acheté des terres à Elliant, Finistère, tout récemment. Nous avions assez d'économies pour les financer par nous-même. Reste la construction d'un hangar en bois où nous pourrons développer nos activités.

Pour mettre en contexte notre projet, nous sommes des chercheurs d'autonomie, de non violence, de tissus social riche et nourrissant, de lien fort avec la nature et avec nos semblables.

Nous avons tous les deux traversé diverses expériences (voyages, pratiques artistiques, expériences collectives, études, formations...) avant d'arriver au monde paysan.

P6290876

le tannage des peaux

 

LE PROJET

Une partie agricole: Production de lait, fromage, yaourt, fromage blanc, viande, laine de brebis. Le tout en agriculture biologique et en vente directe. Sauvegarde d'espèces à faible effectif.

Une partie artisanale: Fabrication de vêtements et objets avec la laine feutrée, la corne, les peaux tannées, et le bois (Paul est menuisier).

Une partie artistique: Installations et happenings sur la ferme donnant des pistes de lecture autour du lien entre l'homme et l'animal. Organisation de soirées artistiques (invitation d'artistes locaux) à la ferme.

Une partie sociale: Accueil gratuit de familles ou groupes d'enfants pour des temps pédagogiques autour de l'élevage de la brebis et de sa place dans la biodiversité. Restauration associative avec les produits de la ferme et des producteurs locaux, une soirée par mois.

Notre rêve (celui de mon compagnon et de moi-même) est de vivre par la suite en collectif par le rachat groupé des terres libres autour de celles que nous investissons.

Dans un premier temps, il est clair qu'on ne pourra pas tout faire et c'est pourquoi nous nous concentrerons sur le lait, la laine, la viande et le potager.P6290885

une des constructions de Paul: un kayak anthropométriqueP6290903

première élaboration du modèle de la cape en laine feutrée

À quoi servira la collecte ?

P6180866

NOUS AVONS ACHETE DES TERRES, MAIS MAINTENANT, IL Y A DU TRAVAIL POUR AMENAGER!

 

 

 

Nous demandons 10000 euros (avec le pourcentage qui revient à kisskissbankbank compris), mais nous avons en réalité besoin de beaucoup plus.

Cette somme représente un minimum pour nous lancer dans le projet, en pensant que demander plus est trop risqué pour le succès de la collecte.

Nous tentons de trouver des financements sans passer par les banques classiques, d'une part par aversion pour le système bancaire et d'autre part parce qu'un projet comme le notre n'a pas d'attrait pour les institutions telles que la banque ou la chambre d'agriculture.

Les quelques euros que nous avions à notre disposition ont servi à acheter les terres et constituent une trésorerie en cas de problème.

Nous avons des dépenses à venir tout prochainement, dont le montant est connu :

-CLOTURES : 1600 euros pour 20 rouleaux de 100mètres de grillage à mouton

                           1400 euros pour 800 piquets chataigner livrés

-EAU : 2050 euros pour le raccordement avec un compteur sur les terres

-ELECTRICITE : 1600 euros pour le raccordement avec un compteur sur les terres

-SERRE : 1000 euros d'occasion, pour stocker notre matériel dans un premier temps, en attendant que le hangar ait un toit ; puis pour produire légumes et fruits.

-CAISSON DE FROMAGERIE : 5000 euros, pour pouvoir faire du fromage selon les normes sanitaires l'année où le hangar ne sera pas prêt. Nous la mettrons ensuite sous le hangar.

-UNE VOITURE UTILITAIRE: 2000 euros, pour transporter des bêtes à l'abattoir et aller travailler à mi-temps à Quimper les 2 ou 3 premières années d'installation

-CERTIFICATION BIO:400 euros

 

D'autres dépenses de grande importance, dont nous n'avons pas les devis dans l'immédiat :

-TRAVAUX D'ACCESSIBILITE AU HANGAR+TERRASSEMENT HANGAR

-BOIS DE CONSTRUCTION DU HANGAR

-COUVERTURE DU TOIT DU HANGAR

-MATERIEL POUR RACCORDER EAU ET ELECTRICITE AU HANGAR

-ARBRES FRUITIERS ET SEMENCES DE LEGUMES

-YAOURTIERE PROFESSIONNELLE (environs 1500 euros en neuf)

-MATERIEL POUR LA TRANSFORMATION DE LA LAINE

-CAISSON FRIGORIFIQUE POUR RAMENER LA VIANDE DEPUIS L'ABATTOIR …..........

Thumb_p6290931
Beeee

CLO: Originaire région parisienne Etudes aux Beaux Arts, en philosophie, puis en psychologie Expérience de la route à pied, voyages, à l'étranger et en France Chanteuse de rue. J'écris des poèmes et des chansons Vie en communautés recherchant une manière de vivre non violente, d'après la vie de Gandhi Expériences dans de nombreuses fermes, en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonjour, Votre projet me plaît beaucoup et j'ai pu voir les bienfaits de la venue à la ferme de ma fille et de ma petite-fille. Sandra et Sarah ne cessent de parler de vous et je tiens à vous applaudir tous les 2. Je désire continuer à participer et vous dis à bientôt. Yolande JABOL (SCUPAL).
Thumb_default
Je ne vous connais pas (j'ai eu l'info par Tchandra), mais ça fait très très plaisir de vous voir monter un projet pareil (même si personnellement j'espère qu'à terme, un jour vous ne mangerez plus les agneaux...!) En tout cas, votre projet donne la pêche et je vous souhaite une super réussite !
Thumb_default
Bravo pour ce beau projet, les courageux méritent un coup de pouce !!! A bientôt , nous passerons vous voir à Elliant en CC début septembre. Bises