« J'ai essayé de ne pas tomber » est un solo pour une danseuse, dont les représentations auront lieu au Nouveau-Monde à Fribourg en octobre

Large_kisskiss

Présentation détaillée du projet

En rapport avec la vidéo: il s'agit d'une répétition filmée (la pièce n'ayant pas encore été représentée sur scène). Pas moyen donc d'avoir les effets de lumière, mais si vous avez un peu d'imagination, pensez que les lampes, c'est : la botte noire, la chaise, et la lampe au fond ;)

 

 

 

CONCEPT

 

Je vous assure, j'ai essayé de toutes mes forces. J'ai résisté, je me suis battue contre moi-même, j'ai fait des tas de mouvements inutiles pour me rattraper à du vide.

Que voulez-vous, c'est la cheville qui a lâché en premier. C'est vicieux, les chevilles, ça se retourne d'un coup et là, plus d'échappatoire, c'est le nez dans le bitume, l'entorse garantie, et une impressionnante cabriole qui, pour rétablir les lois de l'équilibre, se termine en s'écorchant les mains.

Le problème, vous voyez, c'est qu'une fois au sol, ça ne s'est pas arrêté. Mon genou est parti par-dessus ma tête, puis c'est le dos qui a suivi. Il s'est tellement plié en deux que j'ai eu un peu peur, puis il s'est déplié comme un gigantesque ressort. C'était très douloureux, mais c'était magnifique. Et j'ai décidé d'en faire une pièce.

Pour raconter comment « J'ai essayé de ne pas tomber ».

 

 

« J'ai essayé de ne pas tomber », une chute sans fin vue au travers de faisceaux de lumière.

 

Lumières et décor

Aucune lumière scénique n'est utilisée. L'éclairage est uniquement dû à plusieurs lampes branchées sur secteur (faisant également office de décor).

 

Musique

« Cherry Eye » par Andy Stott

Andy Stott, c'est lui →

 

 

Dates de représentations

Les 4 et 5 octobre 2013 au Nouveau-Monde, à Fribourg.

 

Durée

« J'ai essayé de ne pas tomber » dure environ 11 minutes.

 

 

 

 

 

 

ÇA PARLE DE QUOI?

 

Le corps est utilisé ici comme un ensemble de masses qui, attirées par la gravité, entraînent le reste du corps dans un mouvement parfois fluide, parfois saccadé. Les seules limites sont la souplesse des articulations de l'interprète et le « rebond » qui s'opère lorsque le corps vient « buter » contre ses propres limites.

 

C'est là qu'elles entrent en scène

 

Tout cela, le spectateur ne pourra que l'apercevoir furtivement. Trois lampes décorent la scène c'est au travers de leurs faisceaux que se devineront les mouvements de la danseuse. Un bras passe, suivit d'une jambe qui tombe puis d'une tête qui tourbillonne, et voilà qu'une main réapparaît à l'autre bout de la scène... Ce choix de n'utiliser aucune lumière scénique a été motivé grâce aux possibilités visuelles qu'il permet. Mettre en valeur certaines parties du corps, en faire disparaître d'autres, plonger parfois le spectateur dans un noir parfois presque total.

 

Ce sentiment d'oppression sera renforcé par la musique, qui sera plus forte au fond de la salle que près de la scène et dont les basses seront amplifiées.

 

 

 

PLATE-FORME INCIDANSE

 

"J'ai essayé de ne pas tomber" sera représenté dans le cadre de la plate-forme InciDanse:

 

"Le point d’incidence désigne le point de rencontre d’une ligne, d’un corps, d’un rayon lumineux et d’une autre ligne, d’une surface. Rencontre, corps, surface, lumière… éléments indissociables de l’art chorégraphique..."

 

Depuis bientôt deux ans, Action-Danse élabore le projet d’une plateforme de pièces chorégraphiques courtes destinée aux professionnels et pré-professionnels uniquement. En collaboration avec le Nouveau-Monde, le projet de "Plateforme InciDanse Fribourg" a eu lieu pour la première fois du 29 septembre au 1er octobre 2011 au Nouveau-Monde, Fribourg. Le but de cette plate-forme est de faire connaître des chorégraphes émergents du canton de Fribourg et de toute la Suisse, et d’offrir autant aux artistes qu’au public fribourgeois l’occasion de découvrir des créations d’ici et d’ailleurs.  Un jury de professionnels reconnus du milieu de la danse s’est réuni pour procéder une sélection des chorégraphies sur vidéos. Quatorze d’entre elles ont été retenues pour constituer le programme de cette première édition.

 

 La 2ème édition de la  PLATE-FORME INCIDANSE FRIBOURG  aura lieu les 4-5-6 octobre 2013.  Après le succès de la 1ère édition en 2011, le comité d'Action-Danse propose d'organiser cette plate-forme de danse tous les deux ans. La direction du Nouveau Monde s'est montré fort enthousiaste à accueillir à nouveau InciDanse dans ses murs.

 

 

 

 

Depuis

http://www.action-danse.ch/activites_plate-forme_incidanse_fribourg.php

 

Pour voir le programme détaillé de l'évènement, je vous renvoie à leur page Facebook :)

https://www.facebook.com/incidanse.fribourg

Ou ici --> http://www.action-danse.ch/news.php

 

 

 

 

PRÉSENTATION DES ARTISTES

 

Elsa Couvreur (chorégraphe - interprète)

 

 

1012640_10201534309338878_58294884_n   

Là, c'est moi dans une position bizarre, pendant une représentation de « Make Up Project ». Si je sais faire ça, c'est parce que j'ai passé trois ans à l'Ecole Royale de Ballet d'Anvers où j'ai appris, entre autres, à tenir sur mes jambes et faire quelques pas de danse classique.

Après ça, je suis entrée au Ballet Junior de Genève pour encore trois ans et j'y ai dansé des pièces de plein de gens ! Ils s'appelaient Thierry Malandain, Stijn Celis, Ken Ossola, Gilles Jobin, Guillherme Botelho ou encore Ioannis Mandafounis et m'ont fait découvrir autant de qualités de mouvements différentes. Regarder certains d'entre eux en création a été très instructif.

Après ça, j'avais envie à la fois de danser pour d'autres personnes et de créer mes propres pièces. J'ai eu l'occasion de faire les deux. J'ai été danseuse interprète pour les compagnies Alias et Echo!Centrique, tutrice de master à l'école de musique Jaques Dalcroze puis j'ai vécu une période de développement personnel plutôt intéressante et j'ai créé ma première pièce pour le Théâtre Sévelin 36 : « To Make Myself Clear ». Donc la vie était assez chouette.

Du coup, j'ai réitéré avec « Make Up Project », créé en collaboration avec mes collaboratrices (voir plus bas), puis avec « J'ai essayé de ne pas tomber » qui est la pièce géniale que je vous ai présentée ci-dessus.

Maintenant, voici celles avec qui j'ai créé Woman's Move :

 

 

 

 

 

Iona D'Annunzio et Margaux Monetti (aides à la création)

 

 

← Iona D'annunzio

 ← Margaux Monetti

 

 Iona a débuté sa formation de danse classique et moderne à l'Ecole Supérieure Nationale de Danse de Cannes Rosella Hightower qu'elle achève en 2008. Elle entre alors dans la Formation Professionnelle du Ballet Junior de Genève où elle restera deux ans afin de s'ouvrir à la danse contemporaine.

 

Quant à Margaux, elle a obtenu son Diplôme d'Etat Chorégraphique du CND de Perpignan et quand Iona et moi sommes arrivées au Ballet Junior, elle y était déjà depuis un an.

 

C'est là qu'on s'est rencontrées et on a réalisé qu'on s'entendait plutôt bien.

 

Après ça, Iona a été danseuse interprète pour Nagan Produciton à Paris (dans le spectacle « Coloricocola ») et elle a eu la chance de danser au Palais des Festivals de Cannes, à l'Opera Bastille et l'Opéra Garnier ces deux dernières années. Elle a aussi intégré la Danceflowing Company à Zurich pour la création « Espaces Blancs », sous la direction d'Anne-Sophie Fenner.

 

Margaux, elle, a assisté le chorégraphe Gilles Jobin dans la création de sa pièce « Spider Galaxies », puis a dansé auprès de La Ribot pour la pièce « Paradistinguidas » ainsi que pour Caroline de Cornière dans son projet « Femme de ». Elle est actuellement interprète de la compagnie 7273 (Laurance Yadi et Nicolas Cantillon).

 

Woman's Move, c'est nous trois.

 

 

 

 

 

 

 

 

LE COLLECTIF

 

Woman's Move (WM) nous sert de support pour toutes sortes de créations artistiques, en solo, duo, trio, ensemble ou chacune de notre côté.

Woman's Move, ça vient de « a woman's touch » qui veut plus ou moins dire « la touche féminine ». Cela a un rapport avec nos thèmes de création (parce qu'on aime bien questionner via la danse l'image que peut avoir la femme ou la féminité dans la société) mais au départ, c'était surtout pour trouver un nom qui se retient, qui est sympa et qui peut faire un chouette logo -->

Wm_noir_txt

 

 

 

 

 

LES PROJETS PRÉCÉDENTS

 

 

Make Up Project – 2013

 

« Make Up Project » est une pièce chorégraphiée par les trois chorégraphes de l'association. A travers un des accessoires les plus stéréotypés de la féminité, les chaussures (de préférence à talons hauts...), Make Up Project questionne les codes – souvent contradictoires – qui définissent l' « être femme ».

« Make Up Project » a été représenté lors de la Fête de la Musique 2013 à Genève.

 

969850_10201534306618810_1283602307_n

 

 

Chorégraphie et interprètation : Margaux Monetti, Iona D'Annunzio, Elsa Couvreur

Musique : Julian Jeweil, Herrmutt Lobby, Art of Noise

Durée : 20 minutes

Représentations : 22 juin 2013 à la Cour des Casemates (Genève)

 

 

 

To Make Myself Clear – 2012

 

Une jeune femme est seule sur scène. Elle traduit les mots des autres sans pouvoir exprimer les siens. Elle est hôtesse, interprète, ou peut-être ne sert-elle à rien. A coups de dos droits et de sourires figés, elle tente de se rebeller, partir, ou tout simplement laisser son imagination vagabonder... pour finalement retrouver sa situation absurde. Inspirée par l'utilisation instinctive que nous faisons du corps lorsque nous nous exprimons et par les « bonjour, bonsoir » faussement enjoués de ceux dont le travail consiste à être de bonne humeur, « To Make Myself Clear » est le portrait d'une névrose.

« To Make Myself Clear » a été représenté lors des Quarts D'Heure au Théâtre Sévelin 36, en mars 2012, ainsi qu'à la Fête de la Musique 2012 à Genève.

 

Dsc_0155-2

 

Chorégraphie et interprètation : Elsa Couvreur

Musique : Apashe (John De Buck)

Vidéo : Camille De Dieu

Durée : 15 minutes

Représentations : 20 et 21 mars 2012 au Théâtre Sévelin 36 (Lausanne)

23 juin 2012 à la Cour des Casemates (Genève)

À quoi servira la collecte ?

Afin de réaliser "J'ai essayé de ne pas tomber", nous avons besoin d'un défraiement d'environs 2000 euros.

Des demandes de subventions et de sponsoring ont été envoyées, mais étant donné le délais très court, il n'est pas sûr qu'elles aboutissent...

 

CET ARGENT NOUS SERVIRAIT:

 

- à couvrir les frais administratifs

Impressions et photocopies du dossier, envoi de demandes de subventions - achat timbres, enveloppes, envoi de comptes rendus, etc

 

 

- au paiement des assurances, responsabilité civile, charges patronales etc

 

 

- à l'achat du costume et du décor

Achat des lampes, ampoules diverses pour tester les lumières, rallonges, etc

 

 

- aux frais de transport et de logement à Fribourg

Plusieurs allers-retour à effectuer (répétitions sur scène), défraiements, nuit sur place

 

 

- à réaliser une captation vidéo

= minimum 600€ (film et montage), nécessaire pour postuler dans d'autres salles/festivals

 

- à éventuellement me payer un petit salaire pour les jours de représentation

= ce qui reste :)

 

 

EN VOUS REMERCIANT POUR VOTRE SOUTIEN!

Thumb_tof_wm
WomansMove

Le collectif L'association WM (Woman's Move) est née d'un désir commun de partager les compétences de différents artistes. Le nom de cette association est tiré du fait que les trois chorégraphes à l'origine de cette idée sont trois femmes ainsi qu'un clin d'oeil à l'expression anglaise « a woman's touch ». WM a le souhait de produire des pièces de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
C'est un très beau projet. Je ne connais pas grand chose de l'univers de la danse mais j'ai accroché.