Soutenez un docu sur les difficultés maternelles, des femmes parlent sans voile de ce qui touche tant de mères et reste encore tabou!

Large_thaumatrope_maman_b_b__superpos_s_ave_titre_copier-1516698239

Présentation détaillée du projet

 

 

Je suis restée avec mes protagonistes, sans être allée donner la parole aux « experts », car je voulais rester au cœur de la spécificité du vécu de chacune, sans jugement.

Pour ces femmes, partager leurs douleurs de mère est comme semer un caillou sur le chemin de la connaissance des expériences de maternité, et elles le font frontalement, sans voile, dans une grande franchise.

 

 

Il est bien temps de confronter la société à cette problématique, et de prendre la mesure des vécus de maternité, pour créer un accueil adéquat de toutes au moment fragile de ce don de vie.

 

 

 

 

Et contrairement à toute attente, quand je fus mère, ce fut très violent émotionnellement : moi qui avais perdu contact avec mes larmes et mes cris, je renouais avec mes entrailles. Traversée du miroir aboutissant au réel, je me suis aperçue que personne autour de moi ne parlait de ce que je nommerai la « vraie » maternité. C’est à dire une maternité dans toute sa complexité d'expériences.

 

 

Cela a tout d'abord mené au documentaire radiophonique naissances de mères, récit à quatre voix (fini en janvier 2010) qui donne à entendre quatre femmes encore dans ce processus de maternité racontant leur mue en peau de mère. Parce que ce qui m’intéressait (et m’intéresse encore) principalement, c’est la vie de la femme, comme individu, sous la mère. Comment l’individu ressent-il sa mutation avec la venue d’un enfant?

 

Maintenant, avec ce projet « j’ai mal à ma maternité », je suis allée encore plus loin, dans cette recherche de la /vraie/ maternité vécue par les femmes. J’ai donc voulu traverser la crise identitaire par le biais de la parole de femmes pour qui les conséquences de la naissance ont été exacerbées. Des femmes pour lesquelles la maternité a été une mer agitée, qu'on nomme « dépression post-natale », avec le rivage au bout.

 

J'ai tenté de faire ce voyage avec les mères.

 

 

 

 

C'est-a-dire, un passage de la vie où notre identité est sur le fil, un moment périlleux. Non pas tant sur le plan de la santé -de nos jours, ce n’est plus trop un souci dans nos pays industrialisés ; mais sur le plan psychique. J’ai choisi de faire parler des femmes qui ont vécu ce qui se fait nommer « la dépression post-natale » mais qui me semble figurer un mal-être qui dépasse la notion de dépression et s’apparente bien plus à une crise d'être.

 

 

Le film tente de donner des éléments de réponses par l'expérience des femmes elles-mêmes.

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

Après avoir cherché à monter le film seule, je me suis rendue à l'évidence que j'avais besoin d'une aide. J'ai donc trouvé un jeune monteur, qui venait de finir ses études, immédiatement convaincu par le sujet. Au moment où j'en suis, l'argent commence à devenir nécessaire, pour payer le reste du cheminement qui permettra d'achever le film, mais aussi pour rémunérer le travail de montage image. C'est-à-dire le montage son, le mixage, l'étalonnage, les différents traitements pour arriver à une copie du film qui permette la projection.

 

C’est à ce moment-ci que j’ai pensé faire appel à la solidarité, et me voici me tournant vers chacun de vous, en tant que citoyen, qui avez conscience de l’importance de ce sujet. Participer à mon projet, ce serait démontrer que le collectif se préoccupe des questions des femmes, des mères, qui ont encore une trop grande invisibilité dans leur expérience réelle de vie. En soutenant ce film, cela donnera de la visibilité à ces difficultés des mères, et qui pourrait être un levier de changement, pour mieux les soutenir, les entourer.

 

Je me tourne donc vers le soutien collectif, en espérant que le sujet, tout autant que les femmes qui témoignent, vous touchent.

 

 

 

J’ai pensé fixer deux échelles de financement à mon objectif. Une échelle a minima qui me permette juste de finir le film, dans une sobriété de budget; et une échelle a maxima, qui me permettrait de donner tout le meilleur pour la suite, à savoir : avoir un mixage plus long, et -ayant plus de temps, garantir une finesse dans le traitement du son ; c'est donner de la visibilité à ce film, par une édition DVD, un site internet, ...

 

A minima, afin de pouvoir aboutir à un film projetable en salle, il faudrait avoir de l'argent pour couvrir le prix du mixage (1.500€), pour la conformation (= la préparation du projet à l'étalonnage, c'est-à-dire le travail de conversion de proxi, de JPG, de différents frame rates, différents formats à convertir et autres joyeusetés de la post-production)(1.000euros), pour l'étalonnage (1.500€ pour 3 jours est le minimum), la sortie film (300>500euros), ainsi que les frais afférents au crowdfunding et imprévus (500>700euros).

 

Dans la version d'une campagne qui aboutirait au meilleur, un meilleur mixage avec plus de temps (4000€) faire un dvd (1.000euros), payer un graphiste (1.000euros), créer un vrai site internet (500euros), et s'il y a un élan de générosité, ce serait magnifique de pouvoir rémunérer les personnes qui ont participé bénévolement jusqu'à présent(+/-3.000euros).

 

Au minimum, j'ai besoin de 5.000euros. Pour le meilleur, j'aurais besoin de +/- 15.000€, en comptant les imprévus, les frais pour les contributions, et le pourcentage dédié au fonctionnement de KissKissBankBank.

 

L'association voa asbl percevra l’intégralité de la collecte. Ce sera cette structure qui gérera la bonne utilisation de l'argent, et je veillerai à ce que tout se passe comme il se doit.

 

 

 

Calendrier provisoire :

8 mars: fin de la collecte.

début avril: mixage son

fin avril: l'étalonnage et la conformation

mai: sortie film

juin: une première projection pourrait avoir lieu.

 

 

 

Marie (& voa asbl)

Je suis cadreuse, photographe, et réalisatrice sans limitation de genre : la radio comme le cinéma, la photographie, l'écriture de poèmes/nouvelles, suivant ce que le sujet, le désir impose. Animée par une curiosité polymorphe, dont le moteur est le besoin de comprendre, j’ai toujours tenté de saisir le monde, et surtout l'humain, par l’écriture... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Coucou Marie et Good luck !
Thumb_default
Merci Marie pour ce projet! une maman averti en vaut deux. ;-)
Thumb_default
Bonjour! Merci pour ce projet qui a l'air très beau! Je m'intéresse à beaucoup de choses qui touchent de près ou de loin la maternité, alors je t'/vous encourage bien! Bonne journée, tim