Si vous aussi pensez que notre monde penche trop, soutenez la participation de "J'ai un arbre dans mon coeur" au festival OFF d'Avignon 2016.

Large_arbrekissfin3-1461330065-1461330085

Présentation détaillée du projet

« J'ai un arbre dans mon cœur » est une fable décalée qui traite joyeusement des déséquilibres d'une société. À l'aide d'objets manipulés et de films d'animation, deux comédien(ne)s nous content les aventures du peuple des Zoblics qui vit paisiblement autour d'un lac en profitant d'une forêt généreuse. Mais les Zoblics veulent toujours plus et maltraitent la forêt ainsi que les Zoblics animaux, ce qui fait fuir l'eau du lac. Dès lors, leur monde se met à pencher, et les Zoblics à glisser… Il faut trouver des solutions....

 

Un spectacle-friandise, poétiquement drôle, qui regarde les déséquilibres du monde à hauteur d'enfant.

 

 

Dsc_1248_-_copie-1461068265        Dsc_1361_-_copie-1461068178

 

 

Écriture et mise en scène : Christophe Moyer

Films d’animation : Éric Bézy

Collaboration artistique : Sophie Descamps, David Lacomblez

Distribution : Jessy Caillat, Eric Bézy, Sophie Descamps, David Lacomblez

(1 comédienne et 1 comédien en alternance)

Création musicale : Benjamin Collier

Scénographie : création collective

Construction : Jean-Marc Delannoy

Objets : Julien Aillet, Eric Bézy, Jessy Caillat

Costumes : Julie Collier

Administration de production : Aurélie Mérel (Filage)

 

FESTIVAL OFF Avignon

Festival 2016 Théâtr'enfants

Maison du théâtre pour enfants / Monclar

Du 9 au 27 juillet 2016 à 11h30

(Relâches les 10, 17 et 24 juillet)

 

 

 

Note d'intention

 

Le peuple des Zoblics est né sur un plateau de théâtre en 2013 avec la création d'Oblique (spectacle à voir en famille partir de 9 ans). Avec des objets manipulés, des dessins animés et un texte conçu pour le jeu, trois comédien(nes) nous contaient les aventures des Zoblics, peuple un peu agité du bocal vivant au bord d’un lac. Leur inclinaison pour le « toujours plus »
n'ayant d'égale que leur penchant pour le "trop", l’eau du lac décidaient de quitter son lit et de s’enfuir. Leur monde se mettait alors à pencher et les Zoblics (incarnation contemporaine des Shadoks) glissaient… Cette fable décalée qui nous invitait à regarder notre monde de biais avec des lunettes ludiques teintées d’absurde et de poésie naïve rencontra joyeusement un large public de 8 à 88,8 ans, ce qui créa l’envie chez moi de la rendre accessible aux plus jeunes. Ainsi naquit le projet J'ai un arbre dans mon cœur. Certains procédés inhérents à la création d’Oblique furent aussi une vraie réussite, autant du point de vue de l’équipe artistique que du public. J’ai eu aussi l’intention de les poursuivre et de les développer.

 

Mais comment parler de manière joyeuse aux 4-8 ans de notre monde fait de déséquilibres (écologiques, sociaux…) ? En écrivant une nouvelle histoire avec moins de mots et nourrie de leurs références (doudous, princes, princesses, jeux d’enfants, loups, cochons, etc).

 

Cette histoire est mise au plateau avec les mêmes principes que dans Oblique : le croisement entre les langages des dessins à la craie animés, des objets manipulés et du jeu des comédiens, tout en poussant encore plus loin leurs interactions. Je développe l'interaction entre le scénario du film et le dessin en direct, mais aussi l’interaction entre les trois langages au sein d’une même séquence comme par exemple la réaction en chaîne ou ce qu’on appelle communément "l’effet papillon". Le spectacle commence avec cette succession d’actions/réactions : Le doublage en direct des films d’animation que nous réalisions dans Oblique est conservé, de même que le "jonglage" des comédiens entre narration et incarnation de personnages en chaussant simplement une paire de lunettes customisée. Les Zoblics continuent d’être représentés à la fois par les objets, les comédiens et les films d’animation et nous travaillons sur la symbolique de l’objet (univers des enfants) simplement détourné. La musique est aussi présente dans le spectacle avec 2 chansons chantées en direct.

 

Christophe Moyer, auteur, metteur en scène  

 

 

Les principales thématiques abordées

 

-  Le rapport à l'autre et à l'eau   -  L'échange et la solidarité   -  La notion d'équilibre et de déséquilibre   -  Différence entre besoin et envie   -  La nécessité de prendre soin de ce qui nous est nécessaire   -  La notion de limite

 

Dsc_1399_-_copie-1461678562

 

L'équipe

 

Christophe Moyer (metteur en scène)

 

Depuis la création de sa première pièce « Pignon sur rue » en 2001, il écrit, met en scène et dirige la compagnie Sens Ascensionnels. Son théâtre raconte et questionne notre monde contemporain : « Le Rapport Lugano » d’après Susan George (2001) joué en France et à l’étranger plus de cent fois, « Café équitable et décroissance au beurre » (2005) toujours en tournée (plus de 300 représentations), « Les Pensées de Mlle Miss » (2006), « La Cellule (2007) », « Un monde sans » (2011), y compris pour le jeune public avec « Oblique » (2014) et « J’ai un arbre dans mon coeur » (2015)... Il a aussi mis en scène des auteurs contemporains reconnus: « Faut pas payer » de Dario Fo, « Information sur le Schnaps » de Luc Tartar, « Shitz » de Hanokh Levin, NAZ, « Chantiers interdits », « Qui commande ici » de Ricardo Montserrat, et d’autres en devenir : « Dukone » de Thomas Suel. Il réalise aussi des spectacles et écrit des ouvrages à partir d’entretiens (« Rendez-vous du Jard » (2002),  « Foyer de routes » (2008), « La guerre des grands » (2009), « Le Grenay de mon environnement » (2010), « Portraits de territoire » (2015) avec les Tréteaux de France pour qui il a réalisé plusieurs mises en scène…). Christophe Moyer est comédien depuis 1996, il a travaillé aussi bien avec des metteurs en scène étrangers (Antonio Vigano, John Oram) qu’avec des compagnies du Nord de la France (Les Fous à réaction, la Manivelle théâtre, compagnie Achahuter…).

 

Éric Bézy (création de films d’animation - comédien)

 

Vidéaste, constructeur, bricoleur, Éric Bézy réalise des films d’animation. Son parcours débute dans le cinéma : constructeur de décors pour l’atelier de Faste (Paris), ripper déco sur des longs métrages (Le Convoyeur et des films de Jean-Pierre Mocky), chef opérateur sur un court métrage vidéo (p.105…) et enfin animateur modeleur aux côtés de Lionel Kouro sur des films d’animation en pâte à modeler. Il a également fait partie de la Cie La Mâchoire 36, dans le spectacle « les cadres de la nouvelle économie» en 2002.  Il intègre le collectif Métalu A Chahuter en 2003 et participe à la construction de l’Axolotl, sous-marin laboratoire. Il y rencontre Jean-Marc Delannoy avec qui il collabore, depuis, aux projets d’Amalgamix, mêlant cinéma super 8mm et installations plastiques... De 2006 à 2012, il travaille en tant que plasticien en arts visuels auprès de la Cie KMK. Il est le créateur et metteur en scène du projet «Tantôt» depuis 2006. Projet mêlant animation image par image et intervention dans l’espace publique. En 2013, il est co-metteur en scène et comédien du spectacle « VHS » de la Cie Tantôt. Il réalise aussi les films d’animation à la craie du     spectacle « Oblique».

 

Benjamin Collier (compositeur)

 

Formé au piano, puis à la guitare électrique, Benjamin Collier réalise durant les années 90 de nombreuses prestations dans des registres rock, funk, dub ou électro, avant de s’initier à la musique indienne et au sitar lors de plusieurs séminaires conduits par Daniel Shell. Des collaborations avec Rhys Chatam, Dj DNA (Urban Dance Squad), Neil Perch (Zion Train), Erik Truffaz ou le groupe burkinabé Faso Kombat, nourrissent une démarche artistique fondée sur la transcendance des genres pré-établis, en même temps qu’une volonté de concilier avant-garde et traditions dans un langage neuf.  Il partage aujourd’hui son temps entre la composition pour les arts performatifs et transdisciplinaires (Arnaud Anckaert, Cyril Viallon, Matthieu Hocquemiller...), et une activité de musicien dans des projets personnels (Overlow, La Caravane Electro…)

 

Jessy Caillat (comédienne)

 

Elle est comédienne, marionnettiste (s’est formée à l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de La Marionnette de Charleville-Mézière, avec Alain Recoing, et à l’Ecole Jacques Lecoq). Elle est comédienne pour La Fabrique des Arts d’à côté, construit les marionnettes du « Moineau à la langue coupée » d’Oriza Hirata, mise en scène de Laurent Gutmann pour le CDN de Thionville, comédienne et marionnettiste dans « La Conquête du pôle sud » de Manfred Karge, mis en scène par Jean-Louis Heckel pour l’Institut International de la Marionnette. Marionnettiste et constructrice dans « Le voyage de Khirô Bérechit » écrit et mis en scène par Pascal Adam, compagnie C'est la nuit. Créatrice aux côtés de Sylvain Blanchard et interprète de « L’Employé du mois » et de « Bilan sur la maîtrise du poste », de Rémi De Vos, compagnie La Fabrique des arts d’à côté. Elle manipule les ombres pour « La fin d'une liaison » de Graham Green, Théâtre de la Jacquerie, mise en scène Alain Mollot et mise en image de Jean-Pierre Lescot. Elle joue et a mis en scène « Ikare », cie anima Théâtre, conception Claire Latarget. Elle joue dans « L'Odysée rêvée ou Ulysse en personne » mise en scène de Juliette Prillard. Elle est marionnettiste dans « Une Antigone de papier » mise en scène de Brice Berthout ainsi que « Les Nuits Polaires » de Jorn Riel, mise en scène de Camille Trouve, Cie Les Anges au Plafond. Depuis 2011, elle dirige aux côtés de Luc-Vincent Perche la Peuplum Cactus Cie. Elle a conçu et co-mis en scène avec Luc-Vincent Perche, « Les Cendres et les lampions » de Noëlle Renaude et « Quelque chose de vert ». Elle conçoit et met en scène « Cœur de patate », dernier spectacle de la Cie.

 

Sophie Descamps (comédienne)

 

Formée il y a 10 ans au Conservatoire Royal de Mons en Belgique, Sophie a d’abord joué à Bruxelles pour les metteur-es en scène Isabelle Pousseur (Théâtre National de Bruxelles), Pascal Crochet (théâtre des Tanneurs), Charlie Degotte (Théâtre du Poche), Peggy Thomas (théâtre royal du Parc), elle joue aussi en France sous la direction Christophe Moyer (Cie Sens Ascensionnels), Christophe Martin, Violaine Pillot, Sophie Boissière (Compagnie de l’Instant suspendu) et Jean Maurice Boudeulle (théâtre de l’Aventure). Assistante à la mise-en-scène parfois auprès d'Antoine Lemaire (THEC) et Thomas Suel (CGI). Elle met également en scène des lecture-spectacles, notamment sur des sujets d’actualité sociale pour Travail et Culture et des adaptations de romans et poésie. Elle tourne aussi parfois pour le cinéma. Par ailleurs, elle aime enseigner le théâtre, notamment dans les options théâtre de lycées, et s’essaye à la mise en scène de comédiens amateurs.

 

David Lacomblez (comédien)

 

Comédien de formation, touche-à-tout de conviction, il travaille au plateau sous la direction de Nicolas Ory (Léa ou le tueur souriant), Jean-Marc Chotteau (Prises de Becs au Gallodrome), Jean-Maurice Boudeulle (La R’vue), Thomas Piasecki (On arrête tout). Il œuvre en tant qu'assistant à la mise en scène auprès notamment de Vincent Goethals (Cendres de Cailloux, Théâtre en Scène), Jean-Maurice Boudeulle (Les Dépanneurs, l’Aventure !) Pierre Boudeulle (Le Songe d’une nuit d’été, cie Bakanal), Denis Bonnetier (Balkanik Delirium, Cie Zapoï), Jean-Marc Chotteau (Le Bain des Pinsons, Jouer comme nous, Situations Critiques, Comma, Fumistes... La Virgule) et plus récemment Bruno Tuchszer (Le Système Ribadier, Cie Grand Boucan). Également scénographe et constructeur pour les compagnies Mano Labo (Freaks’ Carnival), Spoutnik Theater (The Great Disaster), et La Mécanique du Fluide (Huck Finn) Enfin, metteur en scène, avec la création Libérez les Animals [qui sont en nous], spectacle librement inspiré de La Ferme des animaux de George Orwell, et Huck Finn d'après les Aventures d'Huckleberry Finn de Mark Twain.

 

 

Tournée 2015/16

 

Rasteau - Malemort du Comtat - Festival Maxi Mômes, Maison Folie Wazemmes de Lille - Le Phénix, Valenciennes - Espace Ronny Coutteure, Grenay - Le Temple, Bruay la Buissière - Lambersart - Le Grand Bleu, Lille - Théâtre de l'Aventure, Hem - Espace culturel André Malraux, Hazebrouck -  Bailleul - Le Nautilys, Comines - Festival Tréto, Tourcoing - St Etienne au Mont - MJC de Croix avec la Manivelle Théâtre - Lomme avec Théâtre Octobre - La Fabrique, Loos en Gohelle avec Culture Commune - Wervicq avec le Fil et la Guinde - Loos -... soit une soixantaine de représentations avant Avignon !

 

 

Contact

 

Cie Sens Ascensionnels

Chez Filage - 16 Place Cormontaigne - 59000 Lille

Tél : 03 20 47 81 72

contact@sens-ascensionnels.com

www.sens-ascensionnels.com

 

À quoi servira la collecte ?

Pour faire glisser ses Zoblics de Lille jusqu'au festival d'Avignon, la Compagnie Sens Ascensionnels compte sur votre soutien.

 

Les 1000 € récoltés serviront à financer l'inscription au programme du Off (260 €), les frais de salle (500 €) et seront une participation à la réalisation d'éléments de communication. (240€)

 

Si la collecte dépasse la somme demandée, l'argent supplémentaire nous aidera à financer le logement à Avignon.

 

La Compagnie Sens Ascensionnels peut délivrer des reçus fiscaux. Chaque don ouvre droit à la réduction d'impôt à hauteur de 66% pour les particuliers (pour 100 euros donnés, 66 euros sont déduits de l'impôt) et 60% pour les sociétés.

Thumb_logo_sens_med_carre
Compagnie Sens Ascensionnels

La Compagnie Sens Ascensionnels, depuis la création de son premier spectacle en 2001, raconte et questionne notre monde contemporain en tentant de faire se rencontrer les notions de spectacle et d’engagement. Elle crée, par le plaisir du jeu, un espace où les idées reçues deviennent folles et où les résolutions les plus arrêtées se mettent en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Vive l'évasion fiscale d'intérêt général !