Yonaoshi 3.11 est un webdocumentaire sur les suites de la catastrophe de Fukushima. Il s'appuie sur une enquête de terrain de plusieurs mois à Tokyo et dans les régions sinistrées. Comment retrouver la lumière après le chaos? Comment vivre avec ce danger invisible à proximité? Peut-on changer nos comportements?

Large_yonaoshired

Présentation détaillée du projet

Après la catastrophe, j'ai ressenti comme un appel inexplicable et je suis partie au Japon dès que j'ai pu. Je suis allée dans les zones sinistrées et j'ai commencé à filmer dès le mois de mai 2011. Cette année, je suis revenue pour 4 mois, et j'essaie de comprendre ce qui se passe afin de le faire savoir et  le partager. Avec une petite équipe, nous faisons des allers-retours pour rencontrer et interviewer les gens. Rien n'est réglé ici. Les traumatismes du Tsunami sont toujours présents. Plus de 100.000 personnes vivent dans des logements temporaires de style algéco. La menace de la centrale de Fukushima continue avec l'Unité 4 des combustibles usés, et un méga tremblement de terre annoncé avec 70% de chance dans la région de Tokyo dans les 30 ans à venir.  Comment continuer à vivre en paix avec cela?

La plate forme interactive du webdoc accueillera une mosaïque de séquences vidéo comprenant les interviews mais aussi des "paysages", ainsi qu'une galerie de photos. Elle engagera les visiteurs à participer en laissant des traces via un arbre à voeux sur la page d'accueil, et un blog. Une carte du Japon des tremblements de terre en temps réel sera aussi accessible aux visiteurs du site.

Les portraits vidéo présenteront une vingtaine de points de vue de personnalités japonaises et d'habitants de la côte nord-est du Japon touchés par le tsunami et par la centrale de Fukushima.


--> Les architectes ITO Toyo et BAN Shigeru, le metteur en scène HIRATA Oriza, la chanteuse YAE, le musicien SAKAMOTO Ryuichi, Le journaliste nucléaire HIROSE Takashi, l'essayiste et activiste anti-nucléaire KAMATA Satoshi, le photographe HATAKEYAMA Naoya, le Moine et écrivain GENYU Sokyu, L'ostréiculteur HATAKEYAMA Shigeatsu, L'essayiste activiste anti-nucléaire OCHIAI Keiko, Le moine SUGAWARA Mizuaki, le Manga-ka TANIGUCHI Jiro, La réalisatrice de films sur le nucléaire KAMANAKA Hitomi, le fermier bio SATO Masanori, le premier astronaute japonais dans l'espace réfugié de Fukushima AKIYAMA Toyohiro, le réalisateur de films sur Tchernobyl MOTOHASHI Seiichi, des habitants, un médecin et des adolescents, des mères de Minami-soma à 20km de la centrale de Fukushima...

Une page Facebook est dédiée au projet en accès libre. 
Vous pouvez y suivre l'évolution du tournage et des nouvelles de la situation au Japon.
http://www.facebook.com/pages/Japan-Webdoc-project/157612504303596

Quelqu'un a dit "Fukushima, c'est comme un monde parallèle". C'est un autre monde. En apparence, de l'extérieur, tout a l'air normal. En dehors de la zone interdite des 20km, la vie continue comme avant, mais pas tout à fait, ce n'est qu'une apparence. Le danger est invisible. Mon défi sera: comment rendre visible ce qui est invisible ?

 


 

Avec ce webdocumentaire, je voudrais donner à entendre cette voix du Japon que j'aime. Je voudrais que l'on apprenne de l’expérience de ses habitants, que l'on écoute leur voix, si spécifique. Un choc gigantesque vient de se produire,  une catastrophe naturelle d'une ampleur comme il n'en arrive qu'une fois tous les mille ans, doublée d'une catastrophe nucléaire qui a délogé plus de 100.000 personnes et dont les conséquences sont encore inconnues. Je voudrais nous placer en position d'écoute. Je voudrais essayer de percevoir la nature du changement exceptionnel que vit le Japon depuis la catastrophe du 11 mars et observer particulièrement les nouvelles graines qui sont en train d'émerger. Je voudrais essayer de comprendre comment on sort du chaos, et comment on peut retourner vers la lumière indemne, comment on réagit face à une catastrophe telle que cette série impensable : tremblement de terre - tsunami - désastre nucléaire.  Peut-on changer l'ordre des choses? Certains font semblant de ne pas voir, d'autres préfèrent oublier. Il est important de garder la veilleuse allumée et de suivre avec attention, compassion et vigilance les suites du choc qui vient de se produire au Japon depuis le 11 mars dernier.

Qui suis-je ?

Je suis une artiste numérique française mais j'ai passé une très grande partie de ma vie au Japon. Tout d'abord dans ma petite enfance grâce à mes parents puis à partir de 21 ans pour mes études. Avec ce prénom je devais être prédestinée. J'ai fait un Doctorat à l'Université de Tokyo en écrivant sur l'avant-garde théâtrale japonaise en même temps que je montais des spectacles/performances dans des lieux atypiques: temples, cimetières et même une scène de théâtre Nô. Plus tard j'ai enseigné les performances multimédia à l'Université d'Art et de Design de Kyoto. J'avais fait des études de cinéma à Paris III, et j'ai toujours aimé et intégré la technologie et les visuels projetés dans mes spectacles. Aujourd'hui de retour en France, je travaille sur des installations numériques depuis le village de mon enfance Biot, dans le sud-est de la France. Mon coeur se partage toujours entre toutes ces villes où j'ai vécu.

L'année dernière, j'ai été profondément bouleversée par ce qui se passait au Japon. Le projet de Webdoc s'est imposé à moi comme une nécessité. Je l'ai monté avec des bouts de ficelles, et aujourd'hui j'ai besoin de votre soutien pour participer à faire la lumière sur ce qui se passe ici. Je voudrais comprendre. La planète entière vit une mutation sans précédent. Nous avons beaucoup à apprendre de l'expérience des japonais.

 

À quoi servira la collecte ?

Nous recueillons des fonds pour la partie de tournage au Japon qui a débuté fin février et continue jusqu'à début juillet.
Avec l'équipe (le caméraman Ochiai Tomonari, l'ingénieur son Itachiyama Masako, et le web designer Jérôme Sullerot), nous faisons des allers-retours entre Tokyo, et les régions sinistrées du nord : Fukushima, Iwate et Miyagi. Nous sommes aussi allés à Kyoto rencontrer Akiyama Toyohiro le premier astronaute japonais à aller dans l'espace. Transformé en fermier bio, il a tout perdu à Fukushima et s'est réfugié à Kyoto. Un voyage à Hiroshima pour filmer le memorial de la paix/bombe atomique est aussi prévu.
L'argent récolté permettra de financer ces voyages qui sont très coûteux au Japon : les trains, les logements, la voiture, l'essence, les péages, la nourriture, et aussi les métros et places de parking à Tokyo déraisonnablement chers, les cartes de téléphone prépayées qui servent à organiser les rendez-vous (1minute= presque 1euro) ...
Cela nous permettra aussi de financer la musique, et la création des illustrations à mettre sur le site.
Votre soutien nous est nécessaire. Toute aide est la bienvenue.

Thumb_img_1043
keiko

Keiko Courdy est une réalisatrice, et artiste/metteur en scène numérique française. Elle a passé une grande partie de sa vie au Japon dont elle parle couramment la langue. Après des études de cinéma et de théâtre à Paris III, elle a fait un Doctorat à l'Université de Tokyo. Plus tard en parallèle de ses créations (installations et spectacles... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
« Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. » Un certain proverbe...
Thumb_7
Keiko, bonne chance et bon webdock !
Thumb_default
Bonne continuation et bonne chance!