Elle s'appelle Jazz. Une voix cassée, usée par la vie qui raisonne tous les jeudis, dans le même club, pour les mêmes habitués, à Detroit...

Large_jazz-ame-oubliee-1464096462-1464096520

Présentation détaillée du projet

Presentation-1464303809

Il y a deux ans après l'Afrique du Sud, Jarring Effects a lancé un nouveau projet, à Detroit. Le même concept, des musiciens locaux et français, une ville et un documentaire. Le résultat est un album, D.Lights et un documentaire, Resilience, une tournée française, des projections. Le lien se tisse avec cette ville, fort et durable.

 

Lors du tournage nous avons filmé dans un club de Jazz, chez Bert's, et rencontré un destin que seule une ville comme Detroit peut produire : JAZZ. Une vieille femme afro-américaine qui chante depuis toujours, qui côtoie les plus grands noms du jazz, sans jamais avoir été reconnue.

 

Alors pour clôturer deux ans de collaboration avec la ville de Detroit, Jarring Effects décide de rendre hommage à cette dame, à une artiste oubliée de tous. Le portrait sera réalisé par le même réalisateur que le documentaire Resilience, Arno Bitschy.

 

Céline Frezza, ingénieur du son et musicienne l'accompagnera pour réaliser la prise de son et enregistrer 3 morceaux avec elle. Trois chansons simples, de son répertoire folk, blues, sa voix et un piano pour qu'elle puisse faire revivre les chansons de son enfance. Trois chansons qui seront éditées sur un 45t vinyle (7") collector, augmenté d'une carte de téléchargement pour profiter de tous les titres.

 

 

Piano_detroit-1464105259

 

 

Synopsis-1464303872

Detroit est une ville d'ombre, de destins perdus, de gloires oubliées, de talents inconnus. A l'ombre des buildings, entre les maisons en ruines,ils sont l'âme de cette ville, son essence. Des diamants bruts prêts à briller pour celui qui sait y prêter attention. Jazz est une ombre comme tant d'autres, cette vieille dame qui ne connait pas son âge est arrivée ici il y a plus de 40 ans. Sans raison, sans choix. Juste le destin...

 

La musique, le jazz est son seul point de repère dans une vie de misère, chanter pour exister et ne pas sombrer. Jazz vit dans une maison en ruine que les habitants du quartier lui ont laissé. Les mardis, elle va chercher de la nourriture à la soupe populaire, les jeudis elle va chanter dans un club de jazz, chez Bert's. Elle met une robe à paillettes, une perruque sertie de bijoux, des colliers, du maquillage.

Sur scène on l'appelle DJ Holiday, à chaque fois elle chante deux chansons de Billie Holiday. Sa voix est éraillée, sublime, émouvante, et elle raisonne dans cette ville qui suscite tant de fantasmes.

 

Le documentaire s'orchestrera autour de 3 axes qui s'entremêleront : la voix de Jazz qui raconte sa vie, son quotidien, la voix de Jazz qui chante chez elle, et la ville de Detroit, ses rues, son atmosphère...  

 

 

Dj_1-1464104984

 

 

Note_intention-1464303937

Je veux réaliser de longs entretiens, des discussions pour rétablir le fil de sa vie. Pas de caméra, un micro placé très proche de sa bouche pour capter toute la chaleur et le grain de sa voix. Elle me racontera ce dont elle se souvient, son enfance, sa relation avec ses parents, son amour de la musique, et ses traumatismes, malheureusement Jazz en a vécu beaucoup. Je ne veux pas rentrer dans une énumération sordide, je veux juste les effleurer, car ils expliquent aussi ses pertes de mémoire.

 

A un certain moment de sa vie Jazz a arrêté de se souvenir et pour moi l'oubli, la perte de mémoire sera un élément central du documentaire. Jazz vit seule, elle n'a jamais vécu avec personne, pas d'histoire d'amour, pas d'enfants, pas de famille. Juste la musique, toujours la musique. Et pour mieux supporter cette solitude et les souffrances de sa vie, elle s'est inventée une voix, celle de sa conscience. Une voix qui l'aide, la soutient, la réconforte.

 

Cette solitude je la filmerai dans son quotidien, dans sa maison, dans ses gestes de tous les jours. Sur son porche où elle regarde le temps qui défile, dans son salon où elle écrit des poèmes, dans sa salle de bain où elle se prépare avant d'aller chanter.  

 

 

Dj_4-1464201438

 

 

 

Present_real-1464303991

Img_1309-1464105265

 

Arno Bitschy, stéphanois d’origine réside désormais à Lyon, est un documentariste aguerri.

Issu de la culture underground punk et DIY (do it youself) il réalise au début des années  2000  un vidéo-zine distribué  dans les concerts et milieux  alternatifs : N.M.E.

 

Sa première expérience documentaire, il la fait à Mostar en Bosnie- Herzégovine, 5 ans après la guerre en dressant le portrait d'une ville séparée en deux à travers un Festival interculturel organisé par l'association Vladi Most. La suite passe par la réalisation de court-métrage fiction et documentaire.

Il sera sélectionné au festival Zinebi, Bilbao Film Festival, en 2007.

 

En 2009, après 3 ans de tournage, il réalise  Marie-France (70 minutes), un voyage dans la vie d'une femme tatouée, intime, à fleur de peau. Il poursuit sa carrière de documentariste en 2010, avec des documentaires de commande pour la chaine éducative Cap Canal.

 

En 2011 il participe à l'atelier documentaire de la Femis, un an d'écriture et de développement autour d'un projet personnel sur le milieu des combats de coqs dans la région Nord-Pas-de-Calais. Le documentaire est en cours de production.

 

En 2011, il reçoit l’aide à l’écriture Rhône-Alpes Cinéma 2011 pour le portrait d'une petite ville américaine nichée au cœur de Detroit : Hamtramck, en  développement  avec  la  société  de  production  lyonnaise,  La  société  des Apaches.

 

En 2013, Arno s’est envolé pour l’Afrique du Sud avec nous pour réaliser le documentaire Mother City Blues, regards croisés des acteurs du projet sur la ville de Cape Town (Afrique du Sud) projet impulsé par le label Jarring Effects. 2015, marque une nouvelle collaboration entre Jarring Effects et Arno pour la réalisation d’un nouveau documentaire musical nommé RESILIENCE....

 

Teaser de RESILIENCE

 

http://arno-hastalavista.blogspot.fr/

 

 

Elodie-1464762503

 

 

Img_1223-1464166740

 

 

Ingénieure du son depuis 15 ans, à jarring effects, elle a enregistré et mixé plus d'une centaine d'albums et autant de maxis. Connu pour son son dub, Céline s'est depuis affranchie de cette étiquette pour explorer de nouveaux territoires: hip hop, world electro, chanson, folk, etc etc; 

Parallèlement elle est, également, musicienne dans le groupe Erzatz.

 

Depuis quelques années, Céline et son associé Monsieur Mo au sein de la scop sarl Jarring Effects Label  ont décidé de développer une branche documentaire, pour cela elle s'est formée aux techniques de post production et de prise de son sur le terrain. 

 

Elle a accompagné Arno Bitschy sur "Resilience" (documentaire tourné à détroit) et "Mother city blues", portrait de la ville de Cape Town à travers les yeux de 3 rappeurs natifs de cette ville.

 

Pour mieux connaître Céline - son podcast sur Radio Nova - Lettre à Elodie - à propos de Cape Town!

 

Céline, de Jarring Effects, en direction du Cap

 

 

Nos_precedents-1464541893

Présentation de D.Light (USA/Detroit)

 

 

Fx123-d.lights-1464541748

 

 

Tout le monde connaît Detroit, la ville en faillite, le champ de ruines au passé industriel et musical glorieux, fer de lance de la soul et du punk, berceau de la techno. Les images sont en nous, celles d’Eight Mile ou celles de Michigan Central Station – la gare monumentale et fantomatique de la ville. Et pourtant. Pourtant la ville n’est officiellement plus en faillite. Mais à quel prix? Pourtant le centre se reconstruit. Mais pour qui? Pourtant des générations d’artistes continuent d’éclore. Mais qui sont-ils?

 

 

Jarring Effects reprend le fil de ses créations internationales inédites : retourner la carte postale, déconstruire le préconçu. Après Cape Town en Afrique du Sud, et l’analyse du mythe de la nation arc-en-ciel et de la façade «Nelson Mandela» renvoyée au monde, JFX explore cette année cette fameuse ville énigmatique des USA. Un beatmaker US et un français, 3 rappers de Detroit , 5 featureurs, 1 remixeur, le tout pour un album, un film documentaire 52 min, une tournée, une expo, des ateliers. Et surtout un nouveau regard sur la ville et l’Histoire.

 

 

Présentation de Cape Town Effects (SA)

 

251271-cape-town-effects-02082013-1032-1464542091

 

 

Live band de 7 personnes orienté electro hip hop, Cape Town Effects est une création 2013 dans le cadre de la saison interculturelle Sud Africaines en France du 1er mai au 31 décembre 2013. Ce projet s’est vu enregistré au Cape en Janvier dernier avec l’aide Céline “L’Enfant” Frezza, ingénieur son du Studio Jarring effects Suite à une longue colaboration de plus de 10 ans entre Jarring effects et Pioneer Unit.

 

 

Les productions sont assurées par Led Pipperz (High Tone crew), D Planet (Pure Solid/ZA), Big Space (Schlactofbronx, Spoek Mothambo). 3 MCs assurent le show et Tebz (soeur de Ben Sharpa) apporte la finesse d’un violoncelle au projet. Sur scène, c’est un véritable spectacle où les MCs s’accordent avec le VJ. Le tout forme un projet hip-hop et electro sur fond d’activisme et conscience politico-culturelle. Symbole de ce cross over musical et ideologique, les MC’s s’expriment en trois langues différentes : l’Afrikaan, langue des anciens colons, le Xhosa, dialecte du pays, et l’anglais, toutes trois utilisees en Afrique du Sud.

 

 

 

Qui_somm-1464542480

 

Jarring  Effects  est  un  label  indépendant  lyonnais  renommé  dans  le  champ  des  musiques actuelles et en particulier en matière d’électro, de dub, et de hip-hop, styles de musiques que ce label indépendant a privilégié tout au long de son existence.

 

 

L’histoire de Jarring Effects commence en 1995 avec l’association du même nom sur les pentes de la Croix-Rousse et autour d’un collectif d’artistes et techniciens. En terme artistique, le label tient son image de par la réussite de HIGH TONE, EZ3KIEL, ou  BRAIN  DAMAGE.  Jarring  Effects  travaille  également  sur  un  catalogue  plus  large  avec  des  artistes  français  pop  (EROTIC  MARKET,  PETHROL,  JEAN  DU  VOYAGE)   électronique (SENBEÏ, SCHLAASSS, nÄo) ainsi qu’avec des artistes internationaux tel FILASTINE (USA), ODDATEEE (USA), (MOODIE BLACK (USA), VIRUS SYNDICATE (UK), VIBRONICS (UK), SIBOT (Afrique du Sud), BEN SHARPA - (Afrique du Sud).

 

 

En 2013, Jarring Effects a initié une collection de projets internationaux avec la rencontre artistique, humaine et culturelle d’artistes français et sud-africains articulée autour d’un disque, d’un documentaire, d’expositions et de la médiation culturelle avec le projet CAPE TOWN EFFECTS. Le second volet de cette collection s’est réalisé en 2015 avec, cette fois-ci, des artistes français et de Detroit (Etats-Unis) sous le nom de code D.Lights. Un troisième volet aura lieu en 2017, et l’histoire se passe en...

 

 

Aujourd’hui  Jarring  Effects  se  compose  de  plusieurs  activités  complémentaires  couvrant le champs de la musique enregistrée. Studio d’enregistrement (JFX Studio), édition musicale (JFX Publishing), formation, un net label (JFX Lab), le label se diversifie afin de répondre aux demandes des artistes au sein d’un secteur en crise. Sa forme juridique, une coopérative (Scop Arl) permet à ses salariés d’avoir le statut d’associé, ce qui mobilise les forces de chacun au sein d’un projet collectif oeuvrant pour la diversité culturelle et l’intérêt général. Aujourd’hui le label accompagne une vingtaine d’artistes et compte plus de 150 références.

 

http://www.jarringeffects.net  

 

Dossier de présentation de Jarring Effects à télécharger

 

 

Presse-1464543039

 

France culture "Chicago par Michael Schmelling, photographe et en live, D. Lights"

 

Libération "MaMA festival, pouponnière pop" focus sur D.Lights / Detroit

 

Culture Box "Jarring Effects aux Nuits de Fourvière avec Erotic Market et Cape town effects"

 

Arte - Tracks "Rencontre avec le collectif de dix DJ, MC et beatmakers de Cape Town Effects"

 

 

À quoi servira la collecte ?

Avec 6000€ nous pouvons faire la captation du documentaire, rémunérer JAZZ, financer une partie du travail de post-production du documentaire (montage, étalonnage, mixage, traduction), et le pressage du 45t collector. Tout le reste on s'en occupe! Votre soutien est nécessaire pour ce projet car il ne bénéficie d'aucune aide. En contrepartie nous sommes totalement indépendant dans la réalisation. Nous serons à Détroit du 9 au 23 juIn, nous pourrons vous faire part en temps réel du tournage. WE can't wait !!!

 

 

 

Img_1283-1464105294

 

 

 

 

Budget-1464303546

Pour commencer deux billets d'avions, puis vient l'hébergement, et la location d'une voiture, car Detroit est une ville immense, et cela nécessite d'être mobile en permanence. Sans oublier le besoin de se ravitailler pour faire tourner nos moteurs ! JAZZ sera rémunérée pour son travail, et nous espérons sincèrement pouvoir lui donner beaucoup plus. Cela dépendra du soutien dont on va bénéficier. Suit la technique pour la captation, les frais de montage, étalonnage, de post-production audio et de traduction. On fini avec le pressage d'un 45t vinyl (7") collector 2 titres (+ une carte de téléchargement comprenant 4 titres - 3 originaux de JAZZ et un remix par un artiste (on garde cette info secrète!), en édition limité. La participation demandée ne couvre pas tous les frais, mais nous investissons tout comme vous sur ce projet car JAZZ est une femme qu'on ne veut pas oublier !

 

 

Chartgo-1464763170

 

 

 

 

Thumb_logo_jfx_sans-titre-1464098254
Jarring Effects

Jarring Effects est un label indépendant lyonnais renommé dans le champ des musiques actuelles et en particulier en matière d’électro, de dub, et de hip-hop, styles de musiques que ce label indépendant a privilégié tout au long de son existence. L’histoire de Jarring Effects commence en 1995 avec l’association du même nom sur les pentes de la... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Oh yeaaaaaaaahhhhh ! :-)
Thumb_default
c est un projet original, venez nombreux, quelle que soit votre bourse!
Thumb_default
Allez allez les amis, un petit don pour un vrai projet et pour une grande émotion