Ce projet, c'est l'histoire d'un gars à qui les deux chéries ont demandé pendant 20 ans "qu'est-ce qu'on mange ce soir papa ?". Vous connaissez ?

Large_etienne_titre-1474210913-1474210923

Présentation détaillée du projet

Je cuisine avec Etienne, c'est l'histoire d'un papa – le cuisinier de la famille – qui a entendu mille fois ses deux trésors lui demander « Qu'est-ce qu'on mange ce soir papaaaaa ? ».

 

1ere-image-1473424885

 

Et pas toujours envie de faire la même chose, le papa. Répondre aux attentes de ses chéries, innover, proposer du bon, du nouveau. Oui mais bon, et les ingrédients ? Je suis à la campagne moi. Nuoc-Mâm, poivre de séchouan, orechiette et saucisses italiennes, d'accord, mais où ? Et quand ?

 

Et pourtant, cuisiner, en musique, se faire aider, leur montrer, les avoir autour de soi... Le repas du soir a toujours été un moment-clé, une heureuse parenthèse.

 

Flan aux courgettes réalisé par Sophie... à 10 ans. Avec Etienne on apprend aussi à cuisiner !Flan-courgettes-1473426236

 

 

Alors, ces 25 ans de cuisine, de recettes, les courses... j'ai décidé de les partager.

 

C'est quoi l'idée ?  C'est zapper les deux premières étapes, douloureuses, du repas du soir. Choisir à votre place le menu de la semaine, commander pour vous les ingrédients.

Le même menu pour tous ? Oui, ingérable sinon. Mais 180 recettes différentes sur l'année, le respect des saisons, des plats équilibrés en termes de saveur, de coût, de richesse calorique.

C'est là que je me suis rendu compte que c'était plus facile à dire qu'à faire.

Il a fallu coucher sur papier toutes « mes » recettes. Les structurer en menus cohérents, les rendre accessibles, même aux néophytes. Chaque menu comporte 4 recettes (soit 4 jours) mais mes clients peuvent opter pour 3 recettes (soit 3 jours). Les recettes sont écrites pour 2 ou pour 4 personnes. Il y a donc 4 formules possibles.

 

 

Le menu hebdomadaire comporte toujours un plat "poisson", un plat "viande", un "peu de viande", un "sans viande ni poisson". Ceux qui ne prennent que 3 repas peuvent délaisser celui qui leur plait le moins.

Menu-1473667002

 

 

Une première période de prospection m'a amené mes premiers clients. Et une année de ce projet m'en a donné les clés :

 

Ne pas travailler de façon centralisée, comme le font mes – rares – collègues européens, dans des pays bien plus vastes que le nôtre (France, Suède,..). Ne pas centraliser et puis dispatcher, via des services de livraison qui, bien sûr, ne couvrent que la capitale ou les grandes villes. Au contraire, profiter de la densité du territoire, de la quantité de magasins qui le couvrent, et des capacités de ceux-ci en termes de prise de commandes par internet, de manutention, voire de livraison à domicile (Delhaize).

Aujourd'hui, je commande – pour mes clients – les produits qui composent mes recettes dans le magasin choisi par ledit client : Colruyt, Delhaize ou Carrefour, partout en Belgique.

 

Leur structure de « Pick & pack » respective rassemble ces produits : E-shop chez Delhaize, Collect & Go chez Colruyt, Drive chez Carrefour. Mieux : mes clients peuvent ajouter à la liste des produits qu'ils vont recevoir, des ingrédients de base, absents de leurs armoires. Il leur suffit d'aller sur le « mini-shop » présent sur le site. Mieux encore, ils peuvent choisir le jour et l'heure d'enlèvement ou de livraison, le cas échéant.

 

 

Quand l'ainée prépare des pizzas pour ses copines

Pour-pizzas-1473426325

 

 

Et notre rémunération ?

Notre service consiste donc à envoyer des recettes à nos clients, et à commander pour eux, dans le magasin qu'ils ont choisi, les ingrédients qui permettent de réaliser ces recettes. Qu'ils enlèvent ou qu'ils se fassent livrer, nos clients paient les ingrédients directement à la Chaîne (Colruyt, Delhaize ou Carrefour) qui les fournit. Pour rémunérer notre travail (écriture des recettes, gestion du site internet, commandes des ingrédients), nous vendons à nos clients des "jetons" (des jetons virtuels, qui reposent exactement sur le même principe que les titres-services qui permettent de payer une femme de ménage ou un service de blanchisserie). Bien sûr, ces jetons donnent accès à notre seul service. Ils garnissent un porte-feuille tout aussi virtuel. Chaque fois qu'un client utilise notre service, un jeton est supprimé de son "portefeuille".

 

Des recettes claires et accessibles à tous. Le premier qui rentre commence !

Recette-1473580407

 

 

Il m'aura fallu 2 ans pour mettre au point ce projet, mais les commentaires sont élogieux. J'en citerai 2 ou 3 que vous retrouverez sur le site, entre passages à des émissions télé et commentaires de blogueuses : « saumon et salsa... quel délice !!! », « avec Etienne, on mange plus de légumes, et moins de féculents », « très chouette concept, on aime beaucoup ».

Et, cerise sur le gâteau, des entreprises veulent inclure ce service aux « benefits » offerts à leurs membres.

 

De simples légumes, un festival de couleurs

Salade-de-pois-chiches-au-zaatar-1473426356

 

 

Il est temps maintenant de passer à la vitesse supérieure. Mon planning annuel est prêt, les procédures testées et éprouvées, le site francophone opérationnel. Oui mais... dans notre pays, impossible de prospecter les entreprises sans une structure totalement bilingue, voire trilingue. Une traduction de l'ensemble des recettes n'est pas nécessaire. L'important est d'avoir de la matière pour "amorcer la pompe".

 

N'hésitez pas à vous rendre sur le site www.jecuisineavecetienne.be" pour essayer le service, le premier essai ne nécessite pas de jeton, et vous pourrez juger par vous-même de sa pertinence. N'hésitez surtout pas à nous faire part de votre feed-back.

Un grand merci, déjà, pour être venu jusqu'ici.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Notre objectif minimum est 2 750 €, afin de permettre la traduction du site et de 30 recettes en anglais. Cela nous permettra de proposer notre solution à des sociétés implantées sur Wallonie-Bxl mais ayant une forte présence anglophone parmi leur personnel (Swift, Iba, Gsk, etc.).

 

La traduction du site en Anglais : 15 pages * 50 € = 750 €

La traduction de 30 recettes en anglais : 30 * 50 € = 1 500 €

Rétribution KKBB et frais des contreparties : 500 €

 

Sachant qu'une couverture nationale complète demande un bilinguisme Fr - Nl, un dépassement de cet objectif servirait à :

la traduction du site en Néerlandais, déjà partiellement réalisée (une correction minutieuse est nécessaire): 300 €

La traduction de 30 recettes en Néerlandais : 30 * 50 € = 1 500 €  

 

Au delà, des actions de communication seraient lancées. En toute sincérité, 5000 € seraient bienvenus.

 

Important : pour ceux qui jugeraient ce projet intéressant sans pouvoir donner, partagez l'info, faites suivre. Je n'ai ni pignon sur rue, ni produit matériel à vendre. La visibilité s'en ressent, et votre communication est un don inégalable. Et bien sûr, testez le service, puisque l'essai est gratuit.

 

 

Un dernier mot :

 

Il y a une vague de fond, bien plus qu'une tendance, à privilégier les bons produits. Kisskiss regorge d'ailleurs d'opportunités pour aider de jeunes entrepreneurs à ouvrir leur épicerie bio, lancer leur fromagerie, démarrer leur-micro-brasserie, et c'est bien.

 

Et Etienne a choisi les grandes surfaces ???

 

C'est vrai. J'aurais voulu - je voudrais encore - livrer du tout bon, du naturel, à vélo si possible, j'adore ça.

 

Alors pourquoi ?

 

Tout d'abord il y a des raisons logistiques, déjà citées : transporter des produits frais n'est pas simple et les services de livraison existants se cantonnent souvent aux zones très denses, avec des créneaux horaires limités.

Aussi parce qu'il y a des bons produits en grandes surfaces, et que je ne veux pas faire de ce projet un service élitiste.

Enfin, parce qu'on ne peut pas tout faire, qu'il faut choisir, en laisser pour les autres.

Retrouver du temps pour cuisiner pour - et AVEC, parfois - sa petite famille est l'objectif de ce projet. Parce que c'est important. 

Quand vous m'aurez suivi quelque temps, vous vous débrouillerez comme ... un chef, et vous pourrez, si vous le souhaitez, vous réapproprier mes recettes avec des produits locaux, des éleveurs de proximité. Et ce sera très bien comme ça.

 

Thumb_tete-noire-re_duite-1474033670
Etienne

Etienne est pédagogue de formation (ULB, 1984...). Après avoir travaillé beaucoup de la tête (Professeur d'Informatique au Siemens Institute, retour à L'ULB pour un job d'assistant-chercheur), il "craque" en 1995 et fonde en partant de zéro une ... parqueterie. Après des débuts - évidemment - difficiles, il la revend en 2010 forte de 4 ouvriers salariés... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Tu connais déjà ma date ;-)
Thumb_default
Longue vie à "Je cuisine avec Etienne" ! Guillaume