Si vous aussi vous m'aimez pas les dimanches, une petite promenade en forêt vous ferez le plus grand bien .... Court-métrage de 2min20

Large_photo_dossier_24

Présentation détaillée du projet

 

 

 

Photo_dossier

    

Photo_dossier_3

 

Un petit court métrage efficace de 2min20

Humour noir

Noir et blanc

Ambiance mélancolique et périmée

       

SCENARIO

 

1.Forêt / EXT / JOUR

 

 

Une forêt fin d’automne, des feuilles tombent poussées par le vent.

 

                                                  Voix off

                            « Je suis là ! … Je suis là et c’est dimanche … »

 

Francis, marche au milieu des arbres, ces pieds chaussés de bottes en caoutchouc écrasent du lierre et des ronces.

 

                                                 Voix off

                     « …pour quelqu’un qui s’ennuie toujours le dimanche c’est le comble… »

 

Francis, marchant toujours, descend un chemin d’un pas sure, il porte une glacière dans sa main.

 

                                               Voix off

                       « C’est vrai …c’est tellement prévisible le dimanche… "

 

 

2. Chemin Forestier  / EXT / JOUR 

 

Francis ouvre la porte du coffre de sa Volvo 740. Il pose la glacière sur une couverture à côté d’une vieille caisse à outils et d’autres objets qui encombrent le coffre puis il longe la voiture pour venir s’installer au volant et mettre le contact. La voiture s’éloigne sur le chemin en sortant de la forêt.

 

                                                                                  Voix off

« …le voisin qui tond et qui vous fait chier, le déjeuner en famille qui n’en finit pas avec mémé qui pique du nez à table, les mômes qu’il faut forcement distraire.

 

 

3. Voiture Francis - Route de forêt / INT – EXT / JOUR

 

Au milieu des arbres, une route droite défile au travers du pare brise. On entrevoit le visage de Francis dans le reflet du rétroviseur.

 

                                                                             Voix off

« Moi, quand j’étais gamin, pour noyer mon ennuie, j’allais me balader avec mon chien dans la forêt. Et puis un jour mon chien est mort. C’était un Dimanche d’ailleurs… »

 

 

4. Voiture Francis – Zone artisanale / INT – EXT / JOUR

 

Au travers du pare brise Francis laisse passer une poussette avec une petite fille et sa maman au stop d’un carrefour au milieu d’une zone artisanale déserte, il redémarre.

La voiture de Francis traverse une zone pavillonnaire.

 

                                                                           Voix off

« J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps et j’ai prié pour qu’il revienne, mais non !  A la place j’ai eu un canari, que j’ai appelé Louis XVI, je pense que j’avais envie de le décapiter. »

 

 

 5. Maison Francis / EXT / JOUR

 

La voiture de Francis s’arrête devant la grille d’une vieille maison.

Les bottes boueuses de Francis descendent de voiture. On suit Francis alors qu’il contourne sa voiture, récupère ses affaires dans le coffre, remonte l’allée du jardin et rentre dans sa maison.

 

                                                                      Voix off

« Je crois que c’est mon oncle Maurice qui m’a parlé le premier de la taxidermie. Je ne savais pas ce que c’était. J’ai commencé à lire des livres, à écouter Md Giselle, ma prof de biologie. »

 

 

6. Maison Francis - Entrée, Salon, Cuisine / INT / JOUR

 

Francis referme la porte d’entrée derrière lui. Puis il rentre dans le salon pour jeter sa veste sur un fauteuil. Il ressort par la salle à manger, traverse le couloir de l’entrée et rentre dans la cuisine.

 

                                                                            Voix off

« Maurice lui, il venait diner le dimanche soir, la traditionnelle soupe au lait sucré de ma mère avec les petites pâtes dedans. »

 

Les mains de Francis se nettoient dans un évier sale.

Francis immobile regarde la glacière posée en face de lui sur la table en Formica. Il finit d’un trait un verre d’eau et se lève.

 

                                                                         Voix off

« Mes parents regardaient 7 sur 7, avec Anne Sinclair et ses pulls en mohair. Mais moi et Maurice on zappaient en douce  sur la Radiola pour Maguy, il la trouvai plus sexy…. Maintenant quand j’y pense. »

 

Francis sort de la cuisine avec la glacière à la main et se dirige vers l’escalier de la cave. On descend derrière lui.

                                                                         Voix off

« Finalement grâce à Maurice, j’ai passé les diplômes. Je me suis spécialisé. J’en ai raté pas mal des animaux au début. »

 

 

7. Cave Maison Francis / INT / JOUR

 

Francis, en sortant de l’escalier, se dirige vers une pièce où du linge d’homme sèche sur un fil.

 

                                                                        Voix off

«  Je les garde chez moi, ils me font rire avec le recul. Avec leurs yeux qui louchent et leurs langues qui pendent. »

 

Francis est en train de travailler sur un établi avec un masque et des gants de latex. La glacière est ouverte à côté de plusieurs outils. Il y a plein de bocaux sur une étagère. On ne voit pas ce qu’il fait. Il manipule des objets et des outils.

 

                                                                              Voix off

« Avec le temps, je suis devenu plutôt bon. J’ai même intégré l’équipe de travail du Professeur Faber au musée d’histoires naturelles de Paris. »

 

Les mains de Francis s’appliquent à lustrer un bocal avec un chiffon.

Les mains de Francis remplissent le bocal avec un liquide transparent.

 

                                                                              Voix off

             « Alors pour ne pas perdre la main je continue à me balader dans la forêt … »

 

Les mains de Francis finissent d’écrire au stylo quelques mots sur une vieille étiquette.

Une fois son travail terminé, il relève la tête et attrape se qu’il a devant lui.

 

                                                                            Voix off

                  « … en quête de nouvelles espèces et puis aujourd’hui… »

 

Les bras de Francis finissent de pousser le bocal dans une étagère à casiers.

Francis, regarde son travail avec admiration.

 

                                                                         Voix off

                 « … je suis tombé sur lui, cette espèce de salopard….. »

 

Ce que Francis regarde n’est autre qu’une tête humaine, extraite de la glacière, toute déformée dans le bocal rempli de formol entouré d’une composition de fleur en plastique kitsch. Sur le socle une étiquette : "Albert DUBREUIL Dimanche 1e Décembre 2013, Forêt de Fontainebleau est collée".

 

                                                                      Voix off

                  « Si j’avais su que je finirais comme ça… ma tête dans un bocal, transformé en trophée…»

 

On découvre alors qu’il n’est pas seul. Quatorze autres bocaux, type globe, sont remplis de têtes humaines avec des étiquettes indiquant toutes des dates de Dimanche, des noms de personnes, et des lieux (tel que Le mont saint Michel, Les châteaux de la Loire, Le Pont du Gard...).

 

                                                                 Voix off

                        « Enfin … j’espère qu’il m’a pas trop raté au moins. »

 

 

Francis, debout, est appuyé contre un mur. Il hume un verre de whisky qu’il tient dans sa main puis en boit une gorgée tout en contemplant l’étagère à casiers. Les têtes des victimes trônent telles des boules souvenirs dans une vitrine.

 

                                                                          Voix off

                     «Bon… Après tout chacun occupe ses dimanches comme il peut. »

 

 

NOIR. Musique : Requiem de Verdi – Dies irae .  

 

FIN.

 

 

Photo_dossier_2

 

 NOTE D'INTENTION :

 

L’homme aime être rassuré dans son quotidien, il aime les habitudes, les rythmes de vie.

Mais que se passe t-il quand la mort vous attend au tournant d’un chemin un dimanche matin ?

Notre personnage de Francis (à l’image) nous montre un quotidien. Albert (la voix off) lui veut sortir de ce quotidien.

L’idée nous est venue en observant des faits divers, où un homme ordinaire qui vit dans un quartier ordinaire (genre zone pavillonnaire) est capable de tuer des gens voire sa propre famille sans que personne ne se doute de rien, au nez de ses voisins (l’affaire Dupont de Ligonnés par exemple). On ne connait pas les raisons profondes de ce genre de passage à l’acte, mais il nous interroge toujours au plus profond de nous. La vie ne peut finalement pas être programmée, la mort peut arriver à tout instant.

 

La voix off, nous permet d’être dans l’intériorité du personnage de Albert Dubreuil, qui nous parle de sa vie avec ironie. Cette voix off est également un piège pour le spectateur qui pensent qu’elle raconte la vie du personnage que nous voyons à l’écran, alors que Albert Dubreuil est juste une tête dans la glacière qui philosophie sur sa vie passée.

Albert Dubreuil, taxidermiste, est en train de devenir le trophée, le souvenir de chasse d’un tueur en série du dimanche.

Les gros plans sonores, nous permettent aussi de mettre en évidence les actions répétitives de notre personnage à l’écran. De mettre l’accent sur les rituels du tueur en série.

Nous traitons ce film en noir et blanc, pour aller à l’essentiel de notre propos. Un noir et blanc graphique qui met en valeur des paysages d’hiver (champs labourés et ligne à haute tension) et une zone pavillonnaire aux maisons toutes semblables.

Des cadres fixes ou à l’épaule, pour être avec le personnage et le laisse évoluer dans l’espace du décor. Un montage cut qui nous fait passer d’un lieu à un autre tout en liant les actions du personnage à l’écran avec la voix off. De la forêt hivernal, au confinement d’un bocal sur une étagère. L’espace se rétrécit autour des personnages et la lumière se raréfie et se compose de plus en plus (le passage de l’extérieur à l’intérieur).

 

L’humour noir est essentiel dans notre petit récit cinématographie. L’ironie est primordiale. Le choix de nos comédiens va participer à mettre cet humour en avant.

Car finalement, il vaut mieux rire et profiter de la vie tant qu’elle est là !

 

" J'aimerais terminer sur un message d'espoir. Je n'en ai pas. En échange, est ce que deux messages de désespoir vous iraient ? "  Woody Allen

 

BIENVENUE CHEZ FRANCIS

 

P1030127_-_copie

 

P1030130_-_copie

 

P1030136_-_copie

 

P1030142_-_copie

 

 

P1030280

 

Home sweet home

 

 

 

ALBERT DUBREUIL ( François Bureloup )

 

321469_376992969064060_1670403556_n

 

FRANCIS (Patrick Dross) 

 

75744_1658581021124_387475_n

 

CONTACT :  JULIEN JOANNEL 06 08 91 13 13

                     AMELIE SOUTEYRAND 06 64 14 18 62

Mail : julienjoannel@gmail.com / amelie.souteyrand@yahoo.fr

À quoi servira la collecte ?

La collecte d’argent va nous permettre entre autre de financer :

 

La location d’une caméra RED EPIC MONOCHROME, ce qui nous assurent une image de cinéma en noir et blanc avec un très beau rendu.

La possibilité de pouvoir déplacer et nourrir les super techniciens qui nous suivent dans cette aventure pendant 2 jours (car le technicien de cinéma est toujours plus efficace le ventre plein) et aussi les repas et défraiement pour la post production ( les monteurs adorent les Granola à la noix de coco).

La décoration de la cave, notamment la construction de l’étagère de Francis faite par une équipe de décoration super pro, mais c’est pas encore Open bar chez Leroy Merlin (avec l'accent du Texas c'est la classe !) . Le bois d’arbre c’est cher…

Thumb_photo_id_auteurs-1416754294
Julien Joannel & Amélie Souteyrand

LES REALISATEURS : Amélie SOUTEYRAND, originaire du Sud-Est, et Julien JOANNEL, originaire du Sud-Ouest tentent de cultiver des canards et des oursins en Picardie mais après un échec cuisant, ils décident de changer leurs fusils d’épaules. Le monde du cinéma et de la télévision leurs ouvrent alors ses portes. Après 10 ans d’assistanat à la mise en scène... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Mieux vaut tard que jamais ;) d'autant plus que nous aussi on s'est inscrit sur kisskiss pour notre court... Le vôtre est super, j'adore !!!!
Thumb_default
Bravo pour ce projet si rondement mené et si réussi!
Thumb_default
Depuis Montreux, autour d’une fondue, une pensée pour vous et votre projet « Albert », et grosses bises aussi de Grand-père, Domi, et Christian & Anne-Charlotte et leurs filles. Bravo pour vos soutiens, bon courage et bonne réussite pour la réalisation. Marie-Françoise & Christophe