Aidez-nous à montrer notre vision du folk aujourd'hui, et à le valoriser auprès du large public du Nikon festival !

Large_je_suis_une_mazurka-1480361680-1480361691

Présentation détaillée du projet

Danseurs depuis maintenant un certain temps, lorsque nous avons découvert le thème du Nikon festival cette année ("je suis une rencontre"), il nous a semblé parfaitement évident de mener notre projet autour du folk. Plus encore, la Mazurka était un sujet idéal par sa poésie, son intensité et son esthétisme.

C'est donc ainsi que s'est lancé le projet : au croisement d'une passion commune et d'un thème qui tombe à pic.

 

 

"Je suis une Mazurka", c'est une invitation à danser, c'est un dialogue muet entre deux inconnus qui soudain se comprennent.

 

 

Synopsis :

 

"Edouard et Pauline ne se sont jamais rencontrés. Lui est timide ; elle, extravertie mais désinvolte.

Un bal, une danse c'est ce qu'il faut pour briser la glace.

Mais cette danse a une sensation particulière. Après la gène et l'hésitation des premiers pas, ils entament un dialogue silencieux. Les regards se croisent, les mains se rencontrent, les corps se rapprochent et se confondent ; comme s'ils se connaissaient depuis toujours."

 

 

Les porteurs du projet :

 

Emilien a terminé sa formation Image à 3IS il y a deux ans, depuis il travaille en tant qu'assistant caméra sur différents projets. En parallèle, il s'est lancé dans la réalisation d'un premier court-métrage, adaptation du poème "Au Cabaret-Vert" d'Arthur Rimbaud. Pratiquant la danse folk depuis plusieurs années, il a saisi l'occasion de ce Nikon festival pour réaliser son second film sur un thème qui allie deux de ses passions : le cinéma et la danse.

 

Iris est en charge de la production sur ce court-métrage. Passionnée par la danse depuis de nombreuses années, elle a pratiqué la danse contemporaine-jazz pendant 10 ans avant de plonger tête la première dans la danse folk. Aujourd'hui, elle a ajouté à son répertoire le lindy-hop qui complète son univers et qu'elle pratique avec la même passion que le folk.

 

 

Le mot du réalisateur

 

"Je n'invente rien, je montre ce que je vois".

Cette réflexion de Robert Altman est une clef pour comprendre ce projet.

 

La première fois que je me suis laissé entraîner dans un bal folk, j'étais sûr de m'embarquer dans un truc totalement arriéré. Rapidement, au fil des danses et des rencontres, je me suis rendu compte à quel point je me trompais. Ces danses n'étaient pas du tout ''dépassées'', bien au contraire ! Tout d'abord, par leur forme, les danses traditionnelles aujourd'hui ont beaucoup évolué : les pas se sont libérés et les musiques à danser sont beaucoup plus modernes. Le tout forme un joli mélange, léger, fluide et visuel. Par ailleurs, dans nos sociétés contemporaines, où l'individualité règne et où les problèmes de communication freinent nos relations humaines, elles me semblent plus importantes que jamais. En effet, elles sont porteuses d'un message qui rassemble et qui ouvre. Elles nous rappellent que la danse depuis toujours est un langage que chacun peut comprendre et s'approprier ; que l'on peut communiquer quelles que soient les différences d'âge, ou de culture et surtout qu'il est possible et nécessaire de partager. C'est cette vision du folk, celle que je vois régulièrement que j'aimerais partager et qui sait, peut être changer un peu la vision du grand public sur ces danses particulières.  

 

 

Valentin : quand la musique rencontre la danse...

 

Pour nous accompagner dans cette aventure, nous avons fait appel à un jeune pianiste et compositeur : Valentin, pour qu'il incarne le troisième acteur du film : la musique. Ce dernier, qui va bientôt sortir son premier album, s'est montré très enthousiaste vis-à-vis du projet et a créé spécialement pour nous un superbe morceau que vous pourrez découvrir dès la sortie du film. 

 

 

 

 

Coté casting, les deux danseurs seront interprétés par :

 

                      Pauline Bression

 

                                                     5k0a0087-1480090247

 

               

                          Edouard Dossetto

 

                                                     Jardins_des_tuileries-43-1480090199

 

 

    « Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot. »

                                                                   Yuri Buenaventura

 

 

Au-delà de mettre en scène une belle mazurka-valse, ce projet est aussi l'occasion de mettre en avant le folk tel que nous le connaissons et l'aimons.

Le Nikon festival brasse un public très large, très vaste et le film aura - nous l’espérons ! ;) - une visibilité auquel le folk n'est pas nécessairement habitué. Il s'agit donc de donner un aperçu du folk et des incroyables émotions que cela peut  déclencher, de sa modernité et de sa fraîcheur, là où son image souffre encore d'idées reçues et d'aprioris.

 

Si, comme nous, vous croyez en ce projet, n'hésitez pas à nous filer un coup de pouce. Nous avons besoin d'aide et votre participation nous permettra de faire de très jolies choses.

À quoi servira la collecte ?

Un Nikon Festival, c'est bien souvent d'abord une implication bénévole. Nous avons pu rassembler autour de nous une formidable équipe, des acteurs et un compositeur qui ont accepté de conjuguer leurs talents pour ce projet.

 

Mais, pour que le film puisse prendre toute sa dimension et son ampleur, et ainsi récompenser les efforts de tout ceux qui se sont mobilisés, Il nous faut un soutien financier.

 

Le tournage aura lieu dans la deuxième moitié du mois de décembre pour permettre une publication du film au Nikon festival avant le 11 janvier.

 

- Notre quatrième acteur, à savoir : le lieu de tournage. 100 à 200 euros

 

- La décoration. Pour recréer une ambiance chaleureuse et agréable de bal, nous aurons besoin d'éléments de décoration pour réchauffer la salle choisie. 100 à 200 euros

 

- Le matériel. Pour un film de qualité, nous avons besoin d'un matériel de qualité. 300 euros

 

- La régie, soit, entre autre, nourrir toutes les personnes (techniciens, comédiens et figurants) qui s'activeront pendant le tournage. 150 euros

 

- Le défraiement. 100 euros

 

Bref, vous l'aurez compris, toute collecte dépassant les 500 euros sera pour nous d'une aide inimaginable, et surtout une possibilité pour nous d'améliorer toujours plus la qualité du film.

 

Merci pour votre aide !

 

 

 

Thumb_15133649_10210993158172193_1449577153_o-1480361744
EMIL

Il y a deux ans, Emilien Marret achevait sa formation à 3IS, aujourd'hui, il est assistant caméra et travaille à réaliser ses propres projets dont "Au Cabaret vert", inspiré d'un poème de Rimbaud. Ses études dans la médiation culturelle terminées, Iris Lemaitre cherche maintenant à concilier son parcours professionnel et des intérêts de plus en plus... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_dscn7531-1484841387
Très joli projet ! ... et hop, le financement est bouclé :)
Thumb_default
Projet sympathique!
Thumb_photo-david-zoom-2007-300x300
Vive la Mazurka Republika ! :-)

Vous aimerez aussi

Widget_visuel-de-base-gds-1000-562-1506349593-1506349603
DOM présente