Emsem présente

JUIN/JUILLET

L'hôpital psychiatrique tel que vous ne le connaissez pas encore. Soutenez Juin/juillet, un film touchant, réaliste et ambitieux!

Large_10-1451922681-1451922689

Présentation détaillée du projet

A travers les yeux d'une jeune patiente confrontée au passage à l'âge adulte, découvrez l'univers psychiatrique tel que vous ne le connaissez pas encore: touchant, humain, dur et parfois drôle.

 

Le pitch

Eva est hospitalisée à sa demande pour syndrome dépressif. C’est une façon, pour elle qui passe à l’âge adulte, de se protéger d'un monde extérieur qui l’angoisse et l’effraye. On découvre le microcosme dans lequel elle évolue: l'hôpital en été, le temps qui se distend, les émotions qui surgissent et resurgissent.

 

H-1436725908

 

Genèse et inspirations

Dans la plupart des représentations, les « fous » apparaissent littéralement sans passé, sans avenir: ils n’ont jamais été petits, ils n’ont jamais été beaux, ils n’ont jamais été heureux. Comme si, avec la folie, avec la dépression, toute possibilité d’un devenir s’était évanoui. Un effacement bien commode, en vérité, puisqu'il nous donne l’impression que ces gens ne sont pas comme nous — et surtout, que nous ne pouvons pas devenir comme eux. Nous leur refusons inconsciemment notre empathie, et parfois notre respect.

 

Ce projet de film naît donc d'une envie très profonde de donner à voir une réalité souvent méconnue, un microcosme unique dont les personnages sont, en fait, infiniment touchants. Hommage à cette fragilité qui n'est plus alors faiblesse mais poésie.

 

Sadsns_titre-1-1436730923

 

« Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées, 

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit. »

— Victor Hugo

 

Loin d'un pathos malvenu, Juin/juillet est teinté d'humour, et les personnages sont parfois chargés d'une joie sincère. Découvrez le morceau de Barry White (pas franchement triste!) qui accompagnera le film:

 

 

Les références

La Pianiste, de Michael Haneke, pour sa justesse inouïe et pour sa profondeur. Polisse, de Maïwenn, pour tout ce que ce film a de plus sanguin et de plus beau. La loi du marché, de Stéphane Brizé, pour sa  dureté dans la quête du Vrai et la dignité qu'on en retient.

 

Sans_titre-1-1436825250

 

Sans_teditre-1-1436825260

 

Sans_titre-1-1437057255

 

Sansff_titre-1-1436723808

À quoi servira la collecte ?

Nous avons besoin de 6000€ (grand minimum) pour tourner: location et aménagement des décors, achat des costumes et des accessoires, location du matériel image, transports, repas, etc.

 

Pour atteindre cet objectif, des demandes de subventions ont été adressées à l'Université Paris 1 ainsi qu'au Crous de Paris. Je sollicite également votre aide car cette collecte permettrait de boucler le premier seuil de 6000€, voire, de le dépasser!

 

Embarquez avec nous dans cette aventure pleine d'amour et de passion. Et n'oubliez pas de faire passer le mot, de partager le projet autour de vous, car plus on est de FOUS, plus on rit (clin d’œil, clin d’œil, elle est bien bonne celle-là)!

 

Fdfdfd-1444422749

Thumb_dsc_0291-1452780643
Emsem

EMMA SEMERIA // 21 ANS // PARIS // Retrouvez-moi ici: www.vimeo.com/emmasemeria

Derniers commentaires

Thumb_img_0006-1449603108
Une petite contribution pour un grand projet! ERMS( Tonton Eric )
Thumb_default
Well done my sweety. Mouch
Thumb_default
Je ne peux pas plus que l'euro symbolique, mais je veux que tu saches que je crois en toi à 100000000% Groin groin