Kanikuly, ou vacances en russe, saga réalitico-fantastique pour trois clowns qui n'en peuvent plus !

Large__dsc3705_3633_modifi_

Présentation détaillée du projet

           

"Kanikuly", c'est d'abord un rêve. Depuis le premier voyage en Russie de Cyril Griot, il y a quinze ans, l'envie s'est faite d'aller toujours plus loin dans la rencontre et la découverte de cet immense pays dont la tradition théâtrale, circassienne et clownesque est si marquée.

En 2010, il y a eu cette visite au Mir Liz Théâtre à Moscou. La rencontre avec cette troupe de clowns est immédiate, joyeuse même. Un regard attentif sur leur travail, de longues discussions à l'issue de leurs spectacles, quelques improvisations partagées, et c'est parti, le rêve commence. Nous voudrions jouer ensemble, partager la scène et confronter nos clowns pour raconter ensemble.

 

15

 

Un échange franco-russe

 

La Russie est porteuse d’une tradition clownesque colossale. Les clowns Oleg Popov et Slava Polunin ou l’école de clown du Licedei (La Famille « Semianyki ») en sont les témoins. A l'origine de ce projet, il y a la volonté de faire se rencontrer deux pratiques : la tradition russe, classique, rigoureuse et d'excellence, avec la française, plus brouillonne et empirique, mais aussi inventive et diversifiée. Cette création est le fruit d’une collaboration artistique et d’un travail de coopération pendant plus de deux ans.

Au fil de nos rencontres, de nos aller-retour entre la France et la Russie, les improvisations nourrissent une écriture. Ce travail en commun a été l’occasion d’un laboratoire de recherche sur l’art clownesque et « Kanikuly » en est l’aboutissement.

 

_dsc3441_3292_modifi_

 

Le spectacle : Kanikuly / Каникулы

 

De canicule, en latin « petite chienne ». C’est ainsi que l’on dit « vacances » en Russe. Lorsque l’étoile Sirius se lève en même temps que le soleil dans la constellation du Grand Chien, cela marque le début des fortes chaleurs, de l’été.

Et c’est alors l’appel des … vacances !

 

Les vacances …

Moment de répit, de repos, d’oisiveté et de liberté.

Moment tant attendu lorsqu’après une année

de travail et de tension,

on (re)découvre enfin le plaisir du temps libre, du rien, du vide.

Nos trois clowns sont là, prêts au départ _ LE DEPART !

Ils veulent se détendre _ ont-ils été trop sous pression ?

Ils veulent se relâcher _ ont-ils trop tiré sur la corde ?

Ils veulent flemmarder _ ont-ils été trop performants ?

Ils veulent souffler _ ont-ils trop couru ?

Ce qui est sûr pour ces vacances bienvenues,

c’est qu’ils veulent ne rien manquer,

ne rien rater.

 

Et surtout en PROFITER AU MAXIMUM !

 

Quitte à ne jamais rentrer, à continuer sur la route

vers un ailleurs de plus en plus lointain.

plus incertain aussi …

 

Sur la scène, rien ou presque. Quelques chaises, une ou deux tables, un téléphone, un tampon, … et c’est parti !

Nous nous trouvons dans les bureaux d’une administration obscure, perdue quelque part loin à l’est. C’est encore un jour de pluie.

Un clown entre, puis deux, puis trois. C’est le dernier jour avant les vacances, ces vacances que tant attendues. A moins que, ne supportant plus leur quotidien, nos clowns décident de se mettre en vacances sur leur lieu de travail. Rien ne semble pouvoir perturber leur désir de farniente, pas même le chef agité et ses éternels rappels à l’ordre. Lui même d’ailleurs ne fait pas grand chose. Chacun s’évertue à surtout ne rien faire et s’ingénie à passer le temps, de la façon la moins désagréable possible, la moins fatigante surtout. Et puis les chaises sont renversées, les tables retournées, et l’on se retrouve dans une gare, un train, puis enfin sur une plage, dans un désert…

Pourtant, partout les rapports entre nos clowns restent les mêmes. Chaque fois exaspérés, ils voudraient repartir un peu plus loin. Ils iront même jusqu'à tenter le tourisme spatial pour visiter le cosmos et ses éventuels habitants.

 

« Kanikuly » nous raconte l’envie de ne plus rien faire et de s’arrêter, face à une pression croissante. Les clowns vont déployer des efforts d’imagination considérables, pour qu’il ne se passe surtout RIEN.

 

« Kanikuly », c’est comment s’évader à l’intérieur de sa chambre, ou transformer son lieu de travail en aérogare puis en salle de concert ; son bureau en wagon de chemin de fer ; le carrelage en sable chaud ; un journal en paire de jumelles ; ou un boulier en pendule pour hypnotiser son patron.

 

« Kanikuly » est construit comme une spirale : les situations se répètent et les clowns ne changent pas, ou trop peu. Seuls les lieux diffèrent. Le chef continu à harceler ses employés. Aucun ne peut se débarrasser de ses manies, tics, toques, habitudes, désirs et frustrations ... Seuls les rêves l’emportent et semblent pouvoir rester.

 

L'atmosphère de ce spectacle est proche de l'absurde. L’humour est parfois grinçant, virant au noir. Sur scène, ce sont les corps qui s'expriment. Et le regard. Peu de mots sont prononcés, parfois en russe, parfois en français. Il s'agit plutôt d’interjections, de grognements, ou même de cris que d'un discours élaboré. Parfois une phrase fuse, produisant alors un choc : « я тебя лублю », « Je t'aime ». Nos clowns ne parlent pas la même langue et pourtant drôles, vifs, percutants, ils inventent un langage, de Moscou à Paris et de Paris à Moscou !

Le plaisir de jouer ensemble est ce qui les rapproche le plus.

 

Img_2173

 

Le Bateau de Papier

 

Créée en 2003, au retour d’un voyage en Russie, le Bateau de Papier est une compagnie de théâtre et de clown installée à Crolles (Isère). Portées par une curiosité insatiable de l’autre, nos créations s’inscrivent toujours dans le cadre de rencontres internationales, particulièrement avec le Chili et la Russie. De ces multiples voyages et rencontres, plusieurs spectacles franco-russes reprenant le répertoire théâtral russe ont vu le jour. Le clown s’est naturellement retrouvé au cœur de notre pratique. Peut-être simplement parce qu’il ne sait pas, qu’il ne parle pas la même langue, il semble comprendre tout le monde et être compris de tous. Son langage est avant tout celui du corps et de l’émotion. Le rire qu’il provoque rassemble tous les publics.

http://www.lebateaudepapier.org/

 

Christine_en_clown

 

Le Théâtre Mir Liz

 

Le Mir Liz Théâtre est né à Moscou le 15 juin 2005. Maxime Dorofiev et Andreï Zapouskalov se sont rencontrés à la fameuse école de clown du Licedeï de Saint Petersbourg.

Ils ont rassemblé et fondé cette compagnie de clowns-mimes qui se produit dans toute la Russie. Depuis, cette troupe permanente travaille dans la tradition de la célèbre école de St Petersbourg, créant et représentant de nombreux numéros et des spectacles originaux. Le Mir Liz propose et défend un genre que les clowns nomment eux-mêmes : « Comédie Grotesque sans parole ».

http://mirlic.org/

 

Saytbg7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à prendre en charge les frais liés aux voyages entre la Russie et la France :

- Billet d'avion : 3000 euros

- Frais de visa : 200 euros

 

Mais aussi les frais spécifiques à la création du spectacle :

- Costumes et accessoires : 1200 euros

- Création sonore : 1200 euros

 

Pour ce spectacle, la compagnie est soutenue par la Région Rhône-Alpes, La Cascade, Maison des arts du Clown et du cirque, l'Espace Paul Jargot et le festival Villeneuve en scène. 

 

Thumb_logo_bp_modif_taille
Cie Le Bateau de Papier

Cyril Griot est directeur artistique de la compagnie Le Bateau de Papier, metteur en scène, clown, comédien et formateur en théâtre et en clown. Depuis 15 ans, il est passionné de Russie. Il s'y rend régulièrement pour animer des stages dans des écoles de théâtre préstigieuses : celle du Maly, au conservatoire de théâtre de Tcheliabinsk et au... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Salut à tous ! Je vous souhaite de réaliser votre rêve et le partager avec le public ! Bon courage et bonne chance ! Avec un salut chalereux de la Russie, Marina Bobrova
Thumb_default
Allez les clowns, courage , les vacances, c'est pour bientôt ! Christophe Guétat
Thumb_default
Bravo Cyril, cette fois ci encore ton spectacle promet d'être un grand moment.