Plongez dans l’univers musical de l’artiste canado-sénégalais Karim Diouf, en le suivant dans un documentaire sur sa vie et sa musique !

Large_affiche

Présentation détaillée du projet

 

 

Synopsis :

 

Karim Diouf est né à Dakar, Sénégal.

Ses talents de musicien percussionniste l’on mené autour du monde et voilà bientôt presque 20 ans qu’il a décidé de poser ses valises à Montréal et de s’y installer.

Etant l’un des principaux ambassadeurs de la culture sénégalaise au Canada, il est un exemple d’intégration réussie, mais aussi une voix importante qui permet de porter un regard neuf et positif sur sa propre culture.

Sa musique et son univers nous font aller vers l’optimisme, un monde ou l’échange culturel est possible et où chacun prend le temps d’écouter son prochain et de l’accepter.

Ce film se veut un portrait du musicien Karim Diouf, au travers duquel les valeurs comme l’échange culturel, le partage, l’acceptation de l’autre sont véhiculées.

Karimdiouf

 

 

Note d’intention :

 

Je suis parti en 2012 pour 6 mois à Dakar, travailler pour une chaîne d’informations nationale sénégalaise.

Au cours de cette aventure hors du commun je suis tombé amoureux de la culture sénégalaise et de son mode de vie.

A mon retour en France, j’ai été frappé par le peu d’informations et de connaissances que les gens avaient sur le Sénégal, autant que par les préjugés que les gens autour de moi pouvaient avoir sur ce pays.

Depuis je n’ai qu’une envie c’est de créer un échange et de partager la culture Sénégalaise et plus généralement d’Afrique de L’Ouest avec les pays occidentaux francophones.

J’ai aussi envie de sortir de cette vision misérabiliste du continent africain que véhiculent les médias d’aujourd’hui.

En faisant ce film, j’espère montrer qu’un échange est non seulement possible mais également très enrichissant et qu’il pourrait constituer l’avenir pour tout le monde.

 

_mg_4834

 

 

 

Structure du projet

 

Le film se divisera en plusieurs parties et plusieurs thèmes.

 

1.       La tournée, les concerts

 

Je filmerais sa vie de musicien, la vie du groupe en tournée, les concerts en backstage, sur scène, après le concert. J’essayerai de rendre au mieux la performance et l’énergie qui se dégage de sa musique et de ses prestations.

 

2.       Sa vie à Montréal

 

Je filmerais ce qu’est sa vie plus personnelle, en dehors de l’habit de musicien.

Karim Diouf est marié, père de famille et est aussi propriétaire d’un salon de coiffure, je pense que ce sont des caractéristiques importantes de sa vie pour mieux le comprendre.

 

3.       Entrevues, biographie, vision du monde

 

J’interrogerai Karim sur sa vie depuis sa jeunesse au Sénégal jusqu’au Québec.

J’amènerais Karim à m’expliquer les chansons de son album Adouna, ce qui me permettra d’aborder les thèmes qui lui sont chers, tels que l’exil, l’injustice sociale ou encore l’environnement. Cela permettra aussi d’ouvrir sur le débat de l’échange culturel et de l’ouverture sur le monde.

 

4.       Retour aux sources, voyage au Sénégal

 

Idéalement, nous irions ensemble à Dakar et je pourrais ainsi le filmer avec sa famille, de là d’où il vient et comprendre au mieux qui il est et quelles sont ses influences.

Ce serait aussi l’occasion d’avoir un aperçu de la culture sénégalaise.

 

_mg_4846

 

Durée et diffusion

 

Le film est prévu pour durer 26 minutes et devrait être tourné sur le courant de cette année.

La diffusion se fera surtout dans des festivals de film documentaire mais nous essayerons également de le diffuser à la télévision si cela fonctionne.

 

Qui est Karim Diouf ?

 

Karim Diouf est un musicien montréalais d’origine sénégalaise.

Elevé à Dakar et épanoui au Québec, il est un mélange de cultures et d’influences.

Il commence très jeune à jouer du Djembé avec son frère Elage, puis monte un groupe et commence à partir avec lui en tournée à l’étranger.

 

C’est en 1996 que lui et son frère arrivent à Montréal et décident de s’installer, séduits par la scène musicale où tous les genres se mélangent et où on trouve une grande ouverture d’esprit.

C’est peu de temps après qu’ils font la connaissance du célèbre chanteur québécois André Fortin, leader du groupe « Les Colocs », qui, impressionné par leur charisme et leur talent les invite à joindre son groupe alors très populaire au Québec.

Ils seront alors récipiendaires d’un prix Socan comme coauteurs de la chanson « Tassez-vous de d’là » chanson la plus connue du groupe Les Colocs.

 

Après la mort tragique de André Fortin et un l’album hommage Suite 2116, les deux frères forment le groupe Diouf et continuent avec succès, recevant notamment le prix Etoile Galaxie de Radio Canada, de la vitrine « Exposed Roots », « Sons neufs comme le monde » pour leur premier album « Dund ».

 

S’ensuivent de nombreuses collaborations et notamment avec le cirque du soleil sur le spectacle Delirium, avec qui ils partiront en tournée 2 ans et demi durant.

 

À l'été 2011, Karim Diouf entreprend une toute nouvelle démarche artistique, avec pour objectif de produire un album solo qui lui ressemble pleinement. C’est ainsi qu’après 17 ans de carrière au Québec, le percussionniste et chanteur d’origine sénégalaise présente un spectacle-lancement, le 10 juillet  2013, de son premier album solo, intitulé Adouna (La vie), une  collection de morceaux world et reggae, dominée par une grande sensibilité pop, et qui parle d’écologie, d’exil, d’identité, d’inégalités sociales, des thèmes qui lui sont chers. 

 

Les chansons sont tantôt en français, en anglais ou en wolof, mais elles parlent toutes de problématiques universelles, comme le réchauffement climatique, par exemple (La vie en vert), ou encore, le sentiment d’injustice (Prouver que j’existe)…

  

Créé en majeure partie à Montréal, Adouna a aussi fait appel à des artistes du Sénégal, auprès desquels Karim Diouf s’est rendu pour enregistrer des voix et capter le son d’instruments comme la kora, la xalam et le sabar, et aussi collaborer avec différents percussionnistes sur place, pour créer un mélange authentique de sonorités africaines et nord-américaines. 

 

Il s’occupe aujourd’hui d’en faire la promotion et de le jouer partout au Québec, le prochain concert est prévu le 26 juin au festival international du Jazz de Montréal, en première partie de la célèbre diva africaine Angélique Kidjo.Img_4822

 

 

 

Et pour en savoir plus...

 

Allez voir son site, vous y trouverez des videos, des extraits de sa musique, des informations sur ses prochains concerts... !

 

http://www.karimdiouf.com/nouvelles

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

L'argent servira à financer les première étapes du tournage.

Je dois commencer par filmer son show au festival international de jazz de Montréal le 26 juin prochain ainsi que le suivre lors de sa tournée le 08 juillet à Gatineau, le 09 juillet à Sorel , le 10 juillet à Repentigny, le 11 juillet au festival d'été de Québec.

 

Je dispose déjà d'une caméra type DSLR, le Canon 550D/ T2I, mais j'ai besoin d'acheter du matériel supplémentaire pour mieux l'équiper. 

J'ai également besoin d'argent pour mes déplacements et ma nourriture.

J'habite actuellement à Rivière-du-Loup, qui est une petite ville à 5 heures environ de Montréal, je compte également déménager à Montréal pour être au plus près de Karim.

 

En détail (en dollar canadien):

 

Micro Shotgun Rhode : 230 $

Crosse d’épaule : 150 $

Carte SD Sandisk : 20 $

Batterie supplémentaire : 30 $

Disque Dur 1To : 80 $

Achat Zoom H4N : 275 $

Déplacement à Montréal en covoiturage A/R x 2 : 100 $

Frais de subsistance à Montréal et pendant la tournée : 600 $

 

 

Total = 1485 CAD ou 1000 euros

 

 

 

Thumb_profil_pic
SylvainElfassy

Très tôt passionné par le cinéma, j'intègre dès mes 18 ans une école de cinéma parisienne. Deux ans après, j'en sors diplômé et commence ma vie professionnelle dans le milieu de l'audiovisuel. Le hasard fait que peu de temps après, j'embarque avec une dizaine d'autres français à Dakar pour travailler pour une chaîne d'informations nationale... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Qui m'aide sur le projet ?

J'ai une excellente productrice qui a accepté de m'aider sur le projet, voici sa bio:

Marie-Hélène Beaudry est née et a grandi à Drummondville au centre du Québec. Très jeune, elle s’implique dans les arts en participant à différentes troupes de théâtre, de danse, de chant et d’improvisation. À l’âge de 16 ans, elle participe à un stade de solidarité dans le village de San Jose de Poaquil durant lequel elle réalisera son premier film documentaire. elle entreprend des études en anthropologie sociale et culturelle à l’Université Laval ce qui ouvre ses horizons et l’expose à différents modes réflexifs. Au courant de son baccalauréat, elle s’implique au sein du FIFEQ (Festival international du Film Ethnographique du Québec). Elle entreprend des études de maitrise lui permettent de travailler le médium du film à nouveau, à travers une recherche empirique. C’est par la suite qu’elle décide d’acquérir une formation technique au Cegep de Rivière-du-Loup afin de compléter et d’approfondir ses connaissances personnelles. Marie-Hélène étudie actuellement aux HEC de Montréal afin d’acquérir une formation de gestion et pouvoir ainsi travailler à titre de chargée de projets en
production cinématographique et évènementielle tout en continuant la mise en oeuvre de plusieurs projets de film personnels.

Derniers commentaires

Thumb_default
Je suis déjà fan de la musique, hâte de voir le film. Bon courage pour ce projet et les autres à venir. Bises
Thumb_default
Les films sont un moyen d’encourager l’éducation culturelle. En participant au financement des vidéastes, vous donnez voix à toute une génération d’artistes multidisciplinaires. N’ayez pas peur d’encourager les artistes en donnant. -Where is the horse