Un vétéran de la guerre d’Irak doit affronter un soldat masqué revenu d’entre les morts.

Large_untitled-1

Présentation détaillée du projet

Synopsis :

 

Derek est un jeune vétéran américain de la guerre d'Irak. Chaque nuit, il est hanté par l'image d'un soldat vêtu de lambeaux noirs, le visage caché par un masque. Paranoïaque, alcoolique, en constant conflit avec sa petite amie Kay, Derek vie dans le tourment jusqu'à ce que le soldat masqué se révèle à lui en pleine journée et l'attaque. Derek devra livrer un dernier combat à mort contre ses démons...

 

 

                                 LE DEBUT DE L'AVENTURE 

 

 

Nous sommes une équipe de 10 personnes tous étudiants en 4ème année du groupe ESRA, à New-York.

Nous avons déjà tous participé à la réalisation d’un premier court métrage de fin d’étude à New-York appelé “Jazz Club“ et qui est actuellement en cours de montage.

 

Mais ce nouveau projet présente d’autres difficultés car il est conçu hors cadre scolaire et constitue un nouveau challenge pour nous.

 

J’ai pour ma part déjà réalisé plusieurs courts métrages dans le cadre de l’ESRA en France et qui ont tous été très bien accueilli.

Ce nouveau projet constitue un véritable défi pour nous, car il s’agit de réaliser un court métrage encore plus ambitieux que nos précédentes réalisations, hors cadre scolaire et ce dans une ville qui nous est inconnue et où la vie coûte beaucoup plus chère.

 

Mais grâce à votre soutien, nous pourrons revenir en France avec un premier court métrage non scolaire et tourné dans l’une des villes les plus magiques du Monde !

                                    

 

                                 POURQUOI CE FILM ?

 

L’archétype cinématographique du vétéran est quelque chose qui m’a toujours fasciné (j’ai grandi en regardant des films comme “Rambo“ ou “Taxi Driver“) et que j’ai toujours eu envie de traiter.

 

Par le biais de cet archétype, le thème développé dans ce projet est ce que Carl Gustav Jung appelait “la part d’ombre“, sorte de double maléfique résident en chacun de nous, renfermant nos tendances les plus sombres et dont nous ignorons l’existence. Là encore, un archétype cinématographique très récurent (son traitement le plus célèbre étant certainement celui du “côté obscur de la force“ de la saga Star Wars) et qui me fascine depuis toujours et ce, pour plusieurs raisons.

 

En effet, je suis convaincu que réside en nous une part primitive, sauvage et violente, que nous tentons de contrôler grâce à l’éducation, la vie en communauté et tout ce qui différencie l’Homme de l’animal. De ce fait, je suis persuadé que des sentiments comme la haine, la colère, les pulsions sexuelles ou meurtrières, ne sont que des tentatives de notre part primitive pour se libérer. Une part primitive qui a mutée et s’est exacerbée à force de rester enfermée et qui est ainsi devenu ce que nous appelons communément “le Mal“.

 

De ce fait, je pense que notre lute contre notre part d’ombre est un combat de tout les jours que ce film me permet d’exprimer.

Le fait d’allier ce thème à l’archétype du vétéran est pour moi porteur de sens car la guerre est un événement qui peut très clairement faire ressurgir cette part primitive et beaucoup d’anciens soldats ne parviennent pas à l’emprisonner de nouveau, une fois revenus du combat.

 

J’ai décidé de traiter ce thème sous l’angle du fantastique car il me semble que le fantastique (et les films de genre en général) est un excellent moyen d’illustrer un propos par le biais de l’image. En effet, le fait de personnifier cette part d’ombre par un soldat revenu d’entre les morts est un excellent moyen d’explorer une forme extrêmement pure de cinéma : illustrer directement des thèmes, des sentiments. Passer par l’évocation picturale et non par le dialogue, c’est ce qui définit à mon sens le cinéma.

 

Ce film est également l’occasion pour moi de travailler sur le mélange des genres.

Je pourrai ainsi explorer des éléments issus du film d’horreur, du film d’action et même du drame. Le mélange des genres est pour moi le meilleur moyen d’innover et de pousser le cinéma là où il n’est encore jamais allé.

 

 

                                       L'ESTHETIQUE DU FILM

 

 

Comme je l’ai dit précédemment, ma principale volonté pour ce film est d’élaborer une mise en scène où les choix esthétiques sont davantage vecteurs de sens que les mots.

Le principe clé du film est que nous vivons le film à travers les yeux de Derek, le personnage principal. De ce principe, découleront plusieurs choix esthétique.

 

Tout d’abord, le film sera majoritairement  tourné caméra à l’épaule. En effet, Derek étant un personnage névrosé, prêt à succomber à ses démons, l’utilisation de la caméra épaule permettra d’exprimer cette tension permanente et l’équilibre  fragile qui règne au sein de son esprit.

 

En ce qui concerne la lumière, je compte m’inspirer de films de guerre modernes (tel que “La chute du Faucon Noir“, “Jarhead“ ou encore “Démineurs“) dont l’esthétique est si caractéristique : forte utilisation de la caméra épaule, image extrêmement contrasté avec des ombres très marquées et des blancs “cramés“ ainsi qu’un ton globalement verdâtre et terne. Le fait d’utiliser ce style si spécifique aux films de guerre modernes sonne pour moi comme une évidence : l’esprit de Derek n’a pas quitté le champs de bataille.

 

07_black_hawk_down_blu-ray

                                            La Chute du Faucon Noir - Ridley Scott

 

02_black_hawk_down_blu-ray

                                            La Chute du Faucon Noir - Ridley Scott

 

Screenshot-lrg-11

                                            La Chute du Faucon Noir - Ridley Scott

 

2005_jarhead1

                                                               Jarhead - Sam Mendes

 

Large_domino_blu-ray4

                                                          Domino - Tony Scott

 

 

Concernant les décors (principalement extérieurs), je compte tourner majoritairement dans le Queens, qui offre des paysages désolés et industriels. L’idée est ici que plus l’affrontement progresse, plus les décors rappellent les champs de bataille qu’a connu Derek en Irak (nous commençons par l’appartement de Derek, puis une banlieue résidentielle miteuse pour finir avec des terrains vagues où l’on ne voit que des tas de pierres et quelques bâtiments en piteux état). Là encore, ce principe de mise en scène est là pour traduire visuellement l’état psychologique de Derek : plus l’affrontement progresse, plus il doit accepter de faire face aux démons de la guerre.

 

Queens

                                               Inspiration décors - Queens, New-York City

 

 

Venons en maintenant aux costumes : le soldat masqué (surnommé "The Shape") sera vêtu d’une tenue de G.I noire déchirée, d'un masque représentant une tête de mort (sur lequel des peintures de guerre seront peintes) et d'un keffieh autour de la tête. Le soldat masqué étant un personnage hautement symbolique, ces différents éléments sont, d’après moi, également porteurs de sens (le keffieh rappel les talibans, les peintures de guerre renvoient à l’aspect primitif du personnage...).

 

Num_riser_0

                                                                      The Shape

 

Num_riser_all

                                           Concepts de masques "The Shape"

 

Quand à l’apparence de Derek, il est important qu’il apparaisse comme un jeune homme au passé lourd, certainement un ancien délinquant qui n’a pas eu d’autres choix que de s’enrôler dans l’armée pour faire quelque chose de sa vie. D’où une volonté de lui donner un aspect “bad-boy“ : des cheveux courts, des vêtements larges et usés, des tatouages...

 

Num_riser_all_tattoo

                                                        Concepts tatouages Derek

 

Enfin, venons-en à la musique. Comme je l’ai dit précédemment, ce film constitue un mélange de genre, autant au niveau de l’image que du son. De ce fait, je compte mélanger plusieurs sonorités différentes :

Des sonorités orientales comme cela peut être fait dans de nombreux de films de guerre modernes (là encore, pour rappeler l’origine du trauma de Derek) accompagnées de champs religieux (le film évoquant des thèmes comme la rédemption ou le bien et le mal, l’aspect religieux n’est pas négligeable), et de percussions tribales (rappelant l’aspect primitif du soldat masqué).

   

lienAlien 3 Score "Agnus Deï"

 

                                                       

 

lien The Exorcist 1973 - Opening title sequence

                                        

 

 

Ma volonté est en définitif clairement le mélange des genres.

Des éléments issus de l’horreur lors des apparitions du soldat masqué (inspiré notamment de Michael Myers, le célèbre tueur du film “Halloween“, surnommé affectueusement “The Shape“ par les fans), des éléments issus du cinéma d’action et du film de guerre lors des séquences d’affrontements ainsi que des éléments issus du drame lors des échanges entre Derek et Kay.

Tout ceci dans le but d’offrir à l’arrivé un rendu qui sera, je l’espère, original, intéressant et divertissant.

 

Tyler-mane-is-michael-myers-in-rob-zombies-halloween.-photo-by-marsha-blackburn-lamarcadimension-films-2007-1-960x1434

                              Michael Myers (The Shape) - "Halloween" Rob Zombie

 

 

                                        L'APRES FILM

 

 

“Killing The Shape“ est un projet qui ne s'arrête pas là. En effet, toute l'équipe, et moi-même, portons une grande ambition pour ce film.

De retour en France, “Killing The Shape“ sera envoyé dans plusieurs festivals différents tel que le fameux Festival de Cannes, reconnu internationalement depuis soixante-sept ans.

Plusieurs autres festivals comportant une catégorie pour les courts-métrages seront couverts par “Killing The Shape“. Et pourquoi pas essayer quelques festivals au sein même des Etats-Unis ..

 

À quoi servira la collecte ?

Nous recherchons à réunir 1200€ pour réussir au mieux cette aventure.

Ils seront repartis entre:

 

- le matériel (caméra, lumière, machinerie... )

 

- les costumes et accessoires (tenus militaires, armes ...)

 

- le maquillage et la coiffure (blessures, tatouages...)

 

- les effets spéciaux (coups de feu, impactes de balle, cascades…)

 

- la régie (nourriture, permis de tournage ...)

Thumb_6958_256952637777345_1741043641_n
Lustruquet

Nicolas Thibaud est le scénariste/réalisateur de “Killing The Shape“. Il a déjà réalisé de nombreux courts-métrages en France, notamment "Krysalide"( http://www.youtube.com/watch?v=wRLPa1iNGXk ) sélectionné au festival du film fantastique “La Samaine du Cinéma“ et remporta les prix du meilleur scénario, du meilleur montage, de la meilleur image et du... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Merde pour la suite !!
Thumb_default
La naissance d'un jeune créateur est une possibilité de plus de voir l'Art s'étendre dans sa diversité, comme un immense tapis de fleurs. Ceux qui te précèdent croient en toi !!! Et en l'équipe dont tu as su t'entourer )))
Thumb_default
Alors. Pour faire monter les enchères ! si aucun contributeur ne me dépasse, je cède mes contreparties à celui qui sera le plus fort en mise en dessous de moi. Car j'ai la chance en tant que père privilégié d'être un poil favorisé :-)