"L'art de La chute" est un court-métrage de fiction satirique de 10 minutes en HD qui adapte différents extraits de textes de Swift, Cicéron, Kropotkine ou encore Thoreau, des auteurs d'il y a 200 ans ou 2000 ans. Le film traite de l'art du mensonge politique.

Large_affiche_art_de_la_chute_pour_kisskissbankbank

The project

 

L’art de la chute, ou comment le peuple subit le mensonge politique, raconte les récits de plusieurs personnages de classes sociales différentes. Depuis plus de deux mille ans nous assistons, visibles ou non, à des systèmes politiques basés sur l’art de tromper leur peuple. Aujourd'hui, de réels changements au sein même de notre pays sur fond de période d’élections présidentielles se font cruellement ressentir. Le chaos, sur le point de montrer le bout de son nez, ne saurait tarder.

 

C’est en lisant «L’art du mensonge politique», écrit en 1733, attribué à Jonathan Swift, « Lettre à mon frère pour réussir en politique» de Quintus Cicéron, écrit en 64 ap JC, «La désobéissance civile» écrit en 1849 par Henry David Thoreau et  «La morale anarchiste» de Pierre Kropotkine que l’idée m’est venue de réaliser un court-métrage satirique de dix minutes adaptant des extraits de ces quatre sources différentes.

 

Le film met en avant le rôle primmoridale d'un conseiller politique et du candidat à la présidentielle. Quelles sont les tactiques envisagées pour réussir ? Quels sont les types de mensonges employés pour tromper ?

 

Depuis très longtemps la politique se joue de ses concitoyens, elle les manipule pour en faire ce que bon lui semble. Heureusement, il existe encore quelques personnes qui se manifestent pour un monde meilleur, celles qui sont représentées par ce chanteur et cette danseuse manifestante dans le film. Ils ont leur mot à dire et n'hésitent pas à le faire savoir. 

 

Voici une des questions que le film soulève : faut-il tromper le peuple pour son bien ?  

 

Plusieurs personnages vont se croiser, un chanteur (PHILIPPE POIROT)

 

 

 

un conseiller en politique (OLIVIER PIECHACZYK)

 

 

un candidat à la présidentielle (CHRISTOPHE BERTAUX)

 

 

 et une danseuse manifestante (AURORE GRUEL).

 

 

 Trois parties vont composer l’histoire du film et ainsi créer une sorte de triptyque, comme les couleurs du drapeau français.

 

La première partie représente un chanteur, sur scène, qui reprend La Marseillaise devant une salle d'Opéra-Théâtre comble. Un peu à la manière de Gainsbourg il modifie quelque peu les paroles et embrase la salle.

 

La partie centrale est composée de deux personnages; un candidat à la présidentielle et son conseiller. Celui ci est présent tout le temps à ses côtés à la salle de sport ou au restaurant il ne le lâche pas d'une semelle et lui martèle l'esprit à coups de conseils basés sur l'art de mentir.

 

La troisième partie représente une femme lors d'une manifestation pacifique sur une place publique. Elle porte sur elle un t-shirt rouge avec écrit dessus "JE PENSE DONC JE GENE". Elle se met à danser au milieu des détritus et des tentes qui composent leur campement. Comme une marionnette elle va d'avant en arrière et se cambre à en tomber par terre. 

 

Le court-métrage sera produit par « Artworx Films », une société dirigée par Kim Massee et soutenu par "ENVIE D'AGIR" et La Ville de Metz.

 

 LIEUX DE TOURNAGE 


MAIRIE DE METZ

 


 

SALLE DES SPORTS DE METZ

 

 

OPERA-THEATRE DE METZ

 

 

TECHNICIENS :

 

Réalisation : Bastien Simon

Scénario : Bastien Simon, d’après «L’art du mensonge politique» attribué à Jonathan Swift, «Lettre à mon frère pour réussir en politique» de Quintus Cicéron, «La désobéissance civile» de Henry David Thoreau et «La morale anarchiste» de Alekseevitch Kropotkine.

1ère assistante réalisation : Sophie Kieffer

2ème assistant réalisation : Adrien Deveaux

Images : Bastien Simon, Jean Yves Roelens

Chef Opérateur : Joël Defranoux

Montage : Bastien Simon

Chef Décoratrice : Sophie Kieffer

Photographes de plateau : Lucie Linder, Sandrine Creusot, Luc Dufrene

Accessoiriste et Costumière : Amandine Frossard

Musique originale 1 : Thomas Valentin

Musique originale 2 : Gregory Wagenheim

Graphisme : Carlos Hernandez de "Path Graph"

Une production : "Artworx Films", dirigé par Kim Massee

Avec le soutien de : Envie d’Agir, la Ville de Metz, l’Opéra-Théâtre de Metz, Assolatelier, Onirik, Mirabelle TV.

 

ACTEURS :


Chanteur : Philippe Poirot

Conseiller politique : Olivier Piechaczyk

Candidat à la présidentielle : Christophe Bertaux

Danseuse militante : Aurore Gruel

 

Qui suis-je ?

 

Bastien Simon

 

 

Né en 1987 à Nancy, je découvre l’univers du cinéma assez tôt grâce à un entourage fortement artistique. Je teste le possible et l’impossible avec une première caméra en tourné monté et réalise toute sorte de petits films sur le tas. En 2006, juste après l’obtention du Bac, j’entre en Classe de Mise à Niveau Cinéma Audiovisuel à Poincaré mais n’éprouvant pas forcément le désir d’entrer dans une école de cinéma traditionnelle ou une école technique je décide de faire mes études à l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine à Metz en 2007. Je passe cinq années à découvrir et à me perfectionner dans de nombreux domaines artistiques tels que le dessin, la peinture, la photographie, la sculpture et bien d’autres encore. Pendant toutes ces années je participe à des expositions, des stages de photographies et de direction d’acteur sur Paris entre autre. Je réalise quelques documentaires (pour le Centre Pompidou Metz par exemple), des captations de voyages de Berlin, New York, Helsinki ou Venise mais aussi une performance en canoê sur 264km en compagnie de deux amis. Je continue ma pratique du court-métrage en réalisant notamment «Aujourd’hui 16 janvier...» en 2005, «La traversée du temps» en 2007 ou encore «Ceux qui marchent contre le vent» en 2011. Mes films participent à de nombreux festivals et me permettent de mettre un pas de plus dans le milieu du cinéma. 

 

En 2009 je pars en ERASMUS à la HFG de Karlsruhe en Allemagne en section cinéma. De là je réalise mes premiers clips pour un groupe allemand et français. Je tente par tous les moyens de rebondir d’un genre à l’autre, d’un médium à l’autre, et de raconter des histoires de plus en plus engagées.

 

Aujourd’hui je réalise mon dixième court-métrage, «L’art de la chute» en essayant de réunir l’argent nécessaire pour que le projet aboutisse, ce qui est de plus en plus difficile avec les nouvelles réformes et la crise économique actuelle.

 

 


FILMOGRAPHIE BASTIEN SIMON (Non exhaustive)

 

"Aujourd’hui 16 janvier..."

2005, N/B, fiction, Mini Dv, 6 minutes, d’après une nouvelle du livre de Dino Buzzati, «LE K»

Avec philippe Poirot.

Prix de la meilleure réalisation, du meilleur montage et prises de vues au 7e festival de Valbonne 2005

Prix de la meilleure musique originale au festival de St-Maur des Fossés 2005

(9 sélections en festival de 2005 à 2007)

 

"La traversée du temps"

2007,couleur, fiction, Mini Dv, d’après des textes du livre de François Bon, «La douceur dans l’abîme, vies et paroles de sans-abri».

Avec, Patrick Jacques, Dominique Fischer, Philippe Poirot.

1er prix National du festival « Peur » du Crous de Clermont-Ferrand 2010

Grand Prix du festival de la Côte Bleue 2010

Grand Prix du festival SFR Jeunes Talents « Festival des Quatre Ecrans » 2009

(9 sélections en festival de 2007 à 2010)

 

"Ceux qui marchent contre le vent"

 2011, couleur, fiction, HD, d’après des textes du livre de François Bon  

«La douceur dans l’abîme, vies et paroles de sans-abri», d’Anne Calife «Conte d’asphalte» 

et de Patrick Declerck «Le sang nouveau est arrivé, l’horreur SDF».

Avec Sophie Roy, Philippe Poirot, Luc Schaefer

Prix de la photographie et Mention Spéciale Jeune aux 20e rencontres régionales de Nancy  2012

Prix Fujifilm de la meilleure photographie au festival Paris Courts-Devant à Paris 2011

Mention du jury du Prix Point d’or Flo, ESAL, Metz, France 2011

Diffusion d’extraits sur France Ô 2011

(12 sélections en festival)

 

 

 

PASSAGE TELEVISE SUR FRANCE Ô DANS L'EMISSION LE LAB Ô /

 

 

Clip vidéo underground king :

 

 

clip vidéo THE WINTER'S PAST pour le groupe ISTIE ZOE :

 

 

clip vidéo WILD WEST pour le groupe DANGEROUS PERSON?

 

Why fund it?

Les fonds collectés de 2500 euros serviront  à payer :

 

les accessoires et la fabrication de décors : 500 euros

steadycam + steadycamer : 1200 euros

le mixage son en studio : 800 euros

 

Mais surtout avec cette somme vous contribuez à véhiculer un message fort, à renforcer la liberté d'expression dans notre pays, et à faire comprendre de mieux en mieux la politique en général. C'est une petite pierre dans l'édifice de la compréhension et de la révolte aujourd'hui.

 

 

Thumb_retouche-1_20x30-1421772892
Bastien Simon

Né en 1987 à Nancy, je fais mes études à l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine à Metz ou j’obtiens un master en option communication. Je réalise des court-métrages depuis plusieurs années, «Aujourd’hui 16 janvier...» en 2005, «La traversée du temps» en 2007, «Ceux qui marchent contre le vent» en 2011 (qui me permet un passage sur France Ô au côté de... See more

Newest comments

Thumb_default
Yesss !!! ;-) C'est cool pour lui !!!...
Thumb_default
Et hop ! http://kreadid.wordpress.com/2012/04/03/34-jours-pour-soutenir-bastien/