L’Art du Rythme est un documentaire musical qui nous conduit au plus intime de la musique mystique du Maroc et d'un DJ sans frontières.

Large_l_art_du_rythme_affiche_kisskissbankbank_-090715-1436444012-1436444021

Présentation détaillée du projet

L’ART DU RYTHME

DJ CLICK RENCONTRE LES HAMADCHA DE FÈS

 

 

Capture_d__cran_2015-05-27___21.57.46-1432756693 Capture_d__cran_2015-05-27___21.57.57-1432756707

 

 

Un film de k. Huseyin Ozveren - Documentaire

Image :            Benoît Torti & k. Huseyin Ozveren

Chef Monteur :  k. Huseyin Ozveren

Musique :          Dj ClicK & Les Hamadcha de Fès 

 

 

L’Art du Rythme est un documentaire qui nous conduit au plus intime de la musique mystique du Maroc pour en dévoiler une partie de sa face cachée.

 

Dans un pays en pleine modernisation, soucieux de perpétuer leur tradition ancestrale, les Hamadcha de Fès s’ouvrent à la musique électronique en collaborant avec un Dj Français, à l’écoute du monde, pour créer un album inédit de fusion électro-soufie.

 

Véritable aventure musicale et humaine, le film se construit autour de la rencontre avec DJ Click, imprimant le souffle chaud de la musique électronique et de la tradition millénaire soufie, mélange entre deux cultures, Orient et Occident.

 

Le film

L' ART DU RYTHME (bande annonce) 

 

THE ART OF BEAT (movie trailer)

 

 

Les personnages

 

Dj Click

 

Capture_d__cran_2015-05-27___22.16.41-1432757920Globe trotteur, directeur artistique, musicien, producteur et fondateur de son label No Fridge spécialisé dans l'alliance des musiques world, jazz et électroniques, Dj Click rapporte dans ses studios les parfums sonores des quatre coins du monde, bouscule les genres de la musique pour nous livrer un mélange ultra vitaminé.

 

Parisien d'origine, Dj Click demeure l'un des artistes les plus aventureux dans le métissage musical tous horizons. Armé de son studio mobile, Click part à la recherche de musiciens traditionnels, de « voix », de sons atypiques qui le porte aux quatre coins du globe. Il collabore autant avec l'extravertie Rona Hartner et Tziganiada pour les cultures tziganes qu'avec les marocains Gnawa Njoum d'Essaouira ou encore dans son collectif électro-jazz UHT°. Il a produit une douzaine d’albums studio, de nombreux remixes comme ceux de Warsaw Village Band, High Tone, Mahala Raï Banda, Burhan Öçal, Boogie Balagan ou Rachid Taha.. Click ne s'impose aucune frontière, donnant du souffle à l'électronique avec son inspiration digne des explorateurs.

 

PRESSE

« Dj Click électrise les Balkans, l’alchimiste n’a rien d’artificiel. » Ouest-France

« La technologie contemporaine de Click transcende la tradition. » Mondomix

« Ses sets sont des colliers de petites perles musicales. Du grand art. Un pur bonheur ! » RFI

 

 

DISCOGRAPHIE

Click Here «  BalkAndalucia » (No Fridge 2015) / Click Here « Jaipur » (No Fridge 2012) / Click Here « Delhi to Sevilla » (No Fridge 2010) / Dj Click « Flavour » (No Fridge 2007) / Dj Click « Labesse » (No Fridge 2005) / Dj Click & Rona Hartner « Boum ba Clash » (No Fridge 2005) /  Gnawa Njoum Exp « Boum ba Clash » (No Fridge 2003) / UHT° « H2O » (No Fridge 2010) / UHT° « Ghost Forest Remix » (No Fridge 2008) / UHT° « Ghost Forest » (No Fridge 2006) / UHT° « Pic de Pollution » (Emma–No Fridge 2002).

 

 

La confrérie des Hamadcha

Moins connue que les Gnawa ou les Aïssawa, les Hamadcha font partis des trois grandes confréries soufies marocaines. Une grande partie du répertoire des Gnawa et des Aïssawa est d’ailleurs directement empruntée aux Hamadcha sous le nom « el hamdouchiyya ». Cette musique est le support d’un rituel très ancien où se mêlent louanges au saint fondateur et séances de transe.

 

Le rituel des Hamadcha, à l’instar de celui des Gnawa, est un espace de thérapie. A ce titre les Hamadcha furent longtemps considérés comme des experts thérapeutes, sollicités en tant que tels au sein des familles pour leurs connaissances médicinales et pour la baraka qu’ils sont censés apporter.

Comme toutes les confréries musulmanes, les Hamadcha se subdivisent en groupes distincts propres à chaque ville ou région. Les groupes sont affiliés à Sidi Ali Ben Hamdouch, le saint fondateur de la confrérie et à ses descendants. A l'occasion du Moussem, la grande fête religieuse où se réunissent chaque année les membres de la confrérie, tous vont rendre hommage au saint fondateur, en allant prier et chanter autour de son tombeau, situé dans la région de Meknès.

Dans un Maroc en pleine modernisation où l’avenir des pratiques traditionnelles est chaque jour plus incertain, les Hamadcha, comme les autres confréries, sont menacés.

 

Capture_d__cran_2015-05-27___22.16.56-1432757958

 

Les Hamadcha de Fès

Au sein de la confrérie, les Hamadcha de Fès, dirigé par le maître Abderrahim Amrani Marrakchi, se distinguent par leur volonté de préserver la confrérie d’une possible disparition. Leurs connaissances approfondies du répertoire ainsi que leurs qualités de musiciens en font, sans conteste, les Hamadcha les plus réputés du Maroc. Ils sont régulièrement sollicités par la radio, la télévision ainsi que pour des enregistrements ou lors de festivals divers.

 

Les Hamadcha de Fès sont des derviches faisant partis de la grande et très ancienne confrérie soufie marocaine Hamdouchiyia. Ses membres sont des mystiques qui jouent de la musique, chantent et dansent jusqu’à la transe en l’honneur du saint fondateur de la confrérie, le faiseur de miracle Sidi Ali Ben Hamdouch. C’est de ce saint homme qu’ils tirent, dit-on, leur baraka, leur grâce divine qu’ils transmettent à ceux qui les approchent. Toutefois aujourd’hui les Hamadcha sont menacés. Ils étaient jadis des milliers à chanter et danser les louanges de leur saint vénéré. Ils ne sont aujourd’hui plus que quelques dizaines, à lutter pour préserver leurs pratiques spirituelles et artistiques étonnantes qui les ont rendus célèbres bien au delà du Maroc.

 

Abderrahim Amrani Marrakchi

Musicien et maître soufi, Abderrahim Amrani Marrakchi est l’un des derniers chefs de groupe,        « moqqadem », de la confrérie des Hamadcha. Il est le plus célèbre d’entre eux, apprécié pour son érudition et ses qualités de musicien. Né en 1962 à Fès, il intégra très jeune la confrérie dans un groupe dirigé alors par son père. Musicien de formation, il prend la direction du groupe en 1985. Soucieux de préserver le patrimoine des Hamadcha dans un Maroc en pleine modernisation, il consacre depuis une large partie de son temps à la formation des plus jeunes.

 

Capture_d__cran_2015-05-27___22.17.05-1432758001

 

C’est pour aider les Hamadcha à ne pas disparaitre que Abderrahim Amrani Marrakchi a décidé de transmettre la tradition et s’ouvrir à un public profane. Conscient de l’importance du travail de sensibilisation, les Hamadcha ont accepté que Dj ClicK joue de ses platines et accompagne musicalement le groupe pendant le déroulement sacré du rituel. Le résultat de cette collaboration devrait donner lieu un spectacle inédit, où le public pourra vibrer et s’émouvoir aux rythmes des chants, des histoires et des danses fascinantes des derviches.

 

La Rencontre musicale

Le projet de ce film documentaire a pour but de rendre compte d’une collaboration inédite entre un Dj de la scène électronique et des musiciens soufis, celle d’une confrérie qui s’ouvre au monde profane pour ne pas perdre ses traditions, celle enfin d’une amitié entre un musicien occidental et les disciples d’une des plus anciennes confréries de la ville sacrée de Fès.

La relation existante entre ce musicien français et la confrérie des Hamdacha est insolite. Dj Click a déjà travaillé avec le groupe profane marocain « Gnawa Njoum » d’Essaouira. Mais c’est la première fois qu’il collabore musicalement avec une vraie confrérie Hamadcha.

Ce voyage dans le temps et l’espace croise les parcours de Dj ClicK et des Hamadcha de Fès. Une première rencontre avec les membres de la confrérie dans le studio aménagé de ClicK à Paris puis une seconde à Fès. Ce projet est improbable, ambitieux. L’histoire de chacun est complexe, marquée de musique, de culture sonore interactive. Les mélodies récoltées à travers le monde par Dj ClicK se mêlent à la musique soufie populaire marocaine développée au sein de la confrérie des Hamadcha de Fès et se rencontrent pour un set musical.

Une tradition qui se fige est une tradition qui meurt. Pour exister encore et par la même protéger de l’oubli leur pratique et leur répertoire, les Hamadcha ont besoin de continuer à se frotter au monde comme ils le font depuis qu’ils existent. Les rencontres poétiques, humaines ou musicales représentent pour eux un moyen très efficace de maintenir leur répertoire et eux-mêmes en éveil. La rencontre très remarquée en juin 2008 avec le chanteur sénégalais Ismaël Lo pour le festival des musiques sacrées de Fès s’inscrit dans cette démarche. Dj ClicK, découvreur de musiques du monde tzigane, indienne ou arabe, explore des univers sonores directement reliés à l’esprit poétique des Hamadcha, qui s’inscrivent dans la continuation du projet de création de la confrérie.

 

Capture_d__cran_2015-05-27___22.17.23-1432758041

 

Le film

 

L’idée directrice du film est la suivante : ce n’est pas seulement à la recherche de nouvelles formes musicales que Dj ClicK collabore avec les Hamadcha, c’est également pour découvrir un monde sacré, celui d’une spiritualité qui ne s’ouvre pas si facilement ; pour entrer dans les arcanes d’une des plus vieilles confréries marocaines porteuse d’un savoir mystique et secret. Ni le langage intellectuel, ni l’apprentissage conscient ne permettent aux disciples d’entrer dans la transe, de s’imprégner de la musique répétitive et monotone des Hamadcha. Dj ClicK y parvient sans chercher à verbaliser sa fascination pour ce monde des djinns et de créatures bienveillantes ou malfaisantes qui peuplent l’univers des dans tout le Maghreb. Celui-ci parvient à communiquer directement avec les musiciens en rentrant avec eux dans la transe ; sans même parler leur langue, en utilisant le langage rythmique et musical – lieu où les frontières et les différences culturelles ou religieuses n’ont plus lieu d’être.  

Cette collaboration entre deux grands artistes, au delà de son intérêt musical évident, est susceptible d’intéresser un plus vaste public en lui permettant d’accéder à un monde, à cette culture soufie portée par ces experts thérapeutes de l’Islam, admirés et appelés dans tout le Maghreb.

La relation développée par Dj ClicK avec le Moqqadem des Hamadcha est la porte d’entrée par laquelle le spectateur peut entrevoir ce vaste monde de la culture soufie, une tradition spirituelle et mystique, comprendre les enjeux qui animent ses membres. La musique peut devenir le moyen par lequel le spectateur entre dans l’univers de la confrérie et s’y intéresse.

Le tournage se déroulera entre le Maroc et La France. Essentiellement à Fès, au Maroc, ville dans laquelle (et proche de laquelle) vivent tous les membres de la confrérie des Hamadcha. Dans la région, ils y jouent des rituels à l’occasion de mariages, d’enterrements…  lors des soirées qui s’étendent jusqu’à l’aube, les lilas. Ils y vivent, dansent et chantent.    

 

Capture_d__cran_2015-05-27___22.17.33-1432758071                                       

 

La structure du film s’appuie sur des séquences de cinéma direct, filmées pendant et entre les répétitions musicales, les concerts, les échanges qui ont lieu entre musiciens ; d’autres scènes sont filmées au domicile où sur le lieu de travail, avec les différents membres de la confrérie : ils viennent témoigner de leur parcours en situation face à la caméra.

 

Je les filme dans leur environnement, familial et professionnel. La plupart des musiciens appartenant à la confrérie ne peuvent pas vivre avec les offrandes recueillis lors des rituels de guérison et des cérémonies ; certains sont artisans ; beaucoup travaillent et exercent des métiers aussi divers que boucher, forgeron, maître babouchier, couturier, ouvrier de chantier, maître d’école ou commis. Je les suis dans leur environnement. Ne parlant pas l’arabe, je voulais rentrer directement en relation avec les musiciens : en faisant appel à un assistant réalisateur franco-marocain. Nous avons ainsi mené directement les entretiens en arabe dialectal.

 

Ce travail est complété par des témoignages filmés en situation de chacun des membres  des Hamadcha, pris sur le vif et dans l’évolution du travail créatif de composition musicale. Certaines personnes, qui influent sur leur humanité et leur musique (membres de la famille, influents spirituels, professionnels de la musique…) sont sollicités pour éclairer leur parcours.

A Paris, où Dj ClicK mixe les sons enregistrés à Fès pour préparer l’album.

Des membres des Hamadcha sont présents à certaines dates pour travailler ensemble.

Nous suivons trois concerts : au Maroc, en France et en Espagne.

Un grand concert est donné sur la plus grande place publique de Fès, devant une population en liesse et sera la récompense de cette rencontre humaine et musicale. Et certainement le lancement d’une grande tournée internationale. 

 

À quoi servira la collecte ?

Le film est actuellement en postproduction. Afin de pouvoir le terminer à temps pour sa projection en salles et sa participation en festivals, L'ART DU RYTHME doit être monté, étalonné et mixé. 

 

C'EST À DIRE ?

Tourné durant l'été 2012, le montage image doit s'achever. C'est la dernière étape du projet avant sa finalisation : traduction des scènes en arabe, sous titrage. 

 

ÉTALONNÉ ?

L'étalonnage est un procédé de réglage des teintes et des images, en raccord de plan à plan.

 

MIXÉ ?

Le mixage permet d'unifier les sons du film et de choisir le format d'exploitation désiré.

 

 Le coût du montage et de la postproduction atteignant des sommes élevées, je fais appel aux dons afin de pouvoir le terminer et le présenter dans les meilleures conditions possibles.

 

POURQUOI 2500 

1500 € pour les besoins du montage, de la traduction et du sous titrage

500 € pour les besoins du mixage en studio 

500 € pour l'étalonnage 

Environ 500 € pour l'édition des DCP (Copie de projection) -

Thumb_unnamed-1417979079
Zebras Films

k. Huseyin Ozveren : Réalisateur de clips, de captations de concerts, de reportages et de courts métrages. L'ART DU RYTHME est mon premier documentaire musical. Voici ma démo : https://www.youtube.com/watch?v=NgWEztJyfFc

Derniers commentaires

Thumb_default
Yalla!
Thumb_default
Te souhaitant de tout cœur collecter ce qu'il te faut et dans la hâte de découvrir ce travail, je t'embrasse, Catherine