Financez la recherche scientifique pour la sauvegarde du plus beau patrimoine d’Amazonie… sa médecine traditionnelle ancestrale!

Large_visuel_5-1450112904-1450112937-1450112943

Présentation détaillée du projet

RÉSUMÉ

 

 

Dscf2959-1448636313

 

La médecine amazonienne reconnaît à la Nature une conscience, force de vie, porteuse de mémoire et de sens. Elle considère que la plénitude et le sain épanouissement de l’homme passe par son harmonie avec et au sein de cet environnement naturel.

 

Si cette médecine dispose de techniques de purification et de renforcement du corps n’ayant rien à envier à notre médecine moderne, la clé de sa pratique et le chemin de la guérison qu’elle propose passent par la découverte de notre être profond et de notre place dans le grand jeu de la vie. " Avoir la vision de son chemin pour le suivre avec force et valeur ", comme disent les indiens.

 

Cette médecine ancestrale intrigue… entre curiosité, déni et incompréhension, beaucoup d’encre coule à son sujet. D’autant qu’elle semble réussir à ramener à la vie certains égarés dans l’enfer de la drogue, là où notre médecine moderne propose au mieux un transfert de dépendance vers d’autres substances chimiques moins risquées. Aujourd’hui les résultats cliniques de cette médecine ancestrale demandent à être exposés de façon rigoureuse, selon les standards académiques et scientifiques en vigueur afin de faire avancer le débat ! C’est l’objet de ce projet en maturation depuis près de 10 ans.

 

 

Tuntiak-1448979664

 

NOTE D'INTENTION

 

La_vie_de_boheme-1448641615

 

Les peuples indigènes sont dépositaires des rares écosystèmes vierges de la planète. Pilier fondamental de leur culture, la médecine ancestrale est garante d’un art de vivre respectueux de l’environnement. Pour ces peuples, un développement durable sur leurs terres ne peut s’envisager sans le concours de cette gardienne sacrée. Mais dans notre société de preuves, le préalable à toute légitimité est la reconnaissance de la science.

 

A l’heure où les enjeux environnementaux occupent une place centrale dans le débat mondial, il conviendrait de laisser un champ d’expression en matière d’écologie et de développement durable à cette sagesse venue de la forêt.

 

La reconnaissance par les mots de la science de cet art sacré millénaire ouvrirait plus grande la porte sur ce possible… celui d’une écoute, d’une oreille tournée vers la Terre, pour, peut-être, permettre à l’Homme de retrouver le chemin d’un dessein de l’humanité en accord avec le vivant, en accord avec la Terre, le chemin d’une évolution en accord avec ses racines.

 

 

​GENÈSE DU PROJET

 

Racines-1448641704

 

Anne Denys et son groupe scientifique d’appartenance s’intéressent depuis de nombreuses années au sujet. C’est par un jeu de relation et de confiance mutuelle entre différents acteurs et institutions que nous avons réussi à obtenir la participation des partenaires scientifiques nécessaire à la mise en place d’une étude rigoureuse. En effet rares sont ceux qui osent engager leur carrière sur un sujet tel que celui des guérisseurs d’Amazonie.

 

 

L'EQUIPE

 

Charg_e_de_projet-1448641761

 

Enseignante et chargée de mission en santé publique, Anne Denys travaille depuis de nombreuses années à la valorisation de la médecine traditionnelle. Elle croit en des solutions pratiques aux enjeux planétaires et en un " art de vivre " qui naîtraient d’un équilibre entre les valeurs du monde traditionnel et celles du monde moderne. Impressionnée par cette médecine amazonienne, par sa façon d’aborder la santé et la maladie avec une conception avant tout globale de l’être, elle poursuit depuis plus de 10 ans des recherches allant dans le sens de sa valorisation.

 

En Equateur, elle a réalisé un diagnostic communautaire de santé avec vision indigène de la santé sur demande de la Fédération Indigène Shuar, en partenariat avec le Ministère de la Santé équatorien et la Société Française d’Ethnopharmacologie. Au Pérou, dix années en tant que guide d’écotourisme culturel et solidaire auprès de tradipraticiens, à raison de trois mois par an en forêt, lui ont permis d’affiner sa compréhension de cette médecine. Elle a d’ailleurs édité un livre sur le sujet chez l’Harmattan en 2012.

 

Publications

 

Denys A. (2013) Des plantes médicinales au service d’une action thérapeutique dans la prise en charge de l’addictions, Ethnopharmacologia, Société Française d’Ethnopharmacologie, 50, 69-78.

 

Denys A. (2012) Destins croisés au pays des chamans, guéris par la forêt, Paris, L’Harmattan, p. 257.

 

Denys A, Tsamaraint N., Lacaze D. (2008) Diagnostico comunitario y marco de evaluacion para el plan integral de salud in Memorias del congreso de salud intercultural de Ecuador, Coca junio del 2008, Ecuador, Ministerio de Salud Publica Del Ecuador, 81-89.

 

Denys A. (2005) Importance d’une approche globale dans le traitement des addictions, iboga et Ayahuasca, des perspectives intéressantes in J. Fleurentin, R. Lioger, M. Perrin, B. Weniger, J.M. Pelt, C. Ghasarian (Eds.), Actes des VII èmes Etats Généraux de l’Ethique. Chamanisme et thérapeutique. Mythe ou réalité, Metz – Société Française d’Ethnopharmacologie, 61-72.

 

 

Sfe-promoteur-1448641973

 

La Société Française d’Ethnopharmacologie est une association créée en 1986 à l’initiative d’une douzaine de chercheurs universitaires spécialisés dans des disciplines différentes, mais impliqués dans l’étude et la connaissance des plantes médicinales utilisées comme médicaments ou dans la compréhension des pratiques et représentations relatives à la santé et à la maladie.

 

Le cloître des Récollets à Metz abrite la Société Française d’Ethnopharmacologie avec son jardin des plantes médicinales, ainsi que l’Institut Européen d’Ecologie de Jean-Marie Pelt, également président d’honneur de la S.F.E.

 

Société savante non subventionnée, elle comprend aujourd’hui plus de 550 membres répartis dans une trentaine de pays. Son objectif : " promouvoir l’ethnopharmacologie en réalisant et en favorisant études et recherches sur les plantes médicinales et les produits d’origine naturelle utilisés par les médecines traditionnelles, en facilitant les échanges d’informations, en organisant des réunions scientifiques et en développant, d’une façon générale, toute activité en rapport avec ce but poursuivi ".

 

En particulier, la SFE s’efforce de faciliter la coordination entre la recherche fondamentale et appliquée en mettant en relation les compétences des membres et en jouant un rôle de consultant.

 

Cette association française de valorisation des médecines traditionnelles pense qu’il est pertinent d’évaluer les résultats de la médecine traditionnelle amazonienne, d’autant plus que les interrogations que soulève ce sujet le positionnent en thème d’actualité pour les institutionnels comme pour les scientifiques. C’est chargée de mission pour la SFE qu’Anne Denys, membre de cette société savante, mènera ces travaux.

 

 

Epsam-1448642057

 

L’unité de recherche APEMAC " Maladies chroniques, santé perçue et processus d’adaptation " associe dans une même démarche l’étude des processus psychologiques et l’approche épidémiologique de l’identification des déterminants de la santé perçue au cours des maladies chroniques.

 

Elle vise une plus grande efficacité de la prévention et de la promotion de la santé. Elle a également pour objectif de réduire les conséquences psychologiques de la maladie chronique et de ses traitements, voire de développer de nouveaux outils de mesure opérationnels pour la recherche.

 

Au sein de cette unité composée de 3 équipes, celle de psychologie de la santé de Metz (EPSaM) cherche à identifier, dans le domaine de la santé, les différents facteurs d’influence et leurs interactions. Elle a pour objectifs d’accroître les connaissances sur les facteurs qui protègent la santé et qui influencent l’évolution de la maladie, et de développer des applications pratiques. Ses travaux ont à la fois un volet de prévention et d’application.

 

 

Esp-centre_methodo-1448642099

 

L’ESP encadrera conjointement cette recherche avec l’équipe de Psychologie de la santé EPSaM.

 

La mission de l’ESP : rendre la formation aux méthodes de l’intervention de santé publique et à la recherche dans le domaine accessible à tous, professionnels de santé ou non, par un large éventail de diplômes, lieux de recherche et de formation à la recherche, centres d’intervention en santé publique, telles sont les missions de l’Ecole de Santé Publique de Nancy, héritière d’une longue tradition universitaire de médecine sociale, et dont les priorités actuelles embrassent les différents aspects de la santé publique actuelle : la promotion de la santé, l’épidémiologie et la recherche clinique, l’évaluation des interventions et des services de santé, la sécurité de l’environnement.

 

 

LA MÉDECINE TRADITIONNELLE AMAZONIENNE

 

Pour la médecine amazonienne, l’être humain est un tout où le corps, le mental, l’émotionnel et l’esprit interagissent en permanence.

En agissant sur le corps on agit donc sur le psychisme et réciproquement. Les méthodes d’épuration physique et celles permettant le maniement des états modifiés de conscience sont d’égale importance. Les plantes de purge et les plantes de diète permettent à la fois un nettoyage physique et une restructuration psychique.

 

Purga_fin-1448642550

 

Ces " Plantes maîtresses " de la médecine traditionnelle amazonienne sont nommées ainsi pour leur capacité à "enseigner". Elles informent le diéteur sur ses carences, ses forces et ses potentialités afin de l’aider à travailler sa problématique personnelle et lui permettre la compréhension de mécanismes jusque là inconscients.

Au-delà de ces attentes au niveaux physique et psychique, ces retraites en forêt permettraient au patient de développer sa sensibilité et son écoute, tant de lui-même que d’une autre dimension de la vie dans son acception spirituelle.

 

Dieta_3_fin-1448642744

 

Quant au maniement des états modifiés de conscience, induit à des fins thérapeutiques, c’est un maniement contrôlé avec des règles strictes. Il permet au patient d’accéder au "monde autre" et d’en ramener l’information à la réalité ordinaire où il pourra appliquer ce qu’il a appris.

 

Aya-1448643397

 

Tout dans ces thérapies sud-américaines semble aller dans le sens de la reconstruction identitaire. Elles visent à optimiser les capacités d’ajustement à l’environnement tout en préservant le soi par un entraînement à la remise en question. Le processus passe par une relecture de l’histoire personnelle, des modes de relations inter-personnelles, des mises en accusation et stigmatisations "avec les yeux de la compréhension et du pardon" comme disent les patients.

 

En même temps, la découverte et le renforcement des forces et capacités personnelles semblent aller de pair avec la responsabilisation du sujet, la confiance en la valeur de la vie et de sa vie, ainsi qu’en sa capacité à en reprendre les rênes, garantie de sa réelle liberté et de la pleine expression de son être.

 

Ces thérapies entendent réintroduire l’harmonie entre le corps et l’esprit, entre l’homme et la nature ; la guérison reviendrait à trouver une " posture au monde " personnelle et harmonieuse, un juste équilibre qui permet de faire face aux aléas de la vie.

La modification des comportements et des interactions avec l’environnement proviendrait d’une profonde transformation du mode de représentation du monde chez les patients. Dans la phase d’intégration post-traitement, ces derniers seraient amenés à modifier par eux-mêmes leur environnement, par le simple fait que leur regard sur ce dernier, sur la vie, sur les autres a changé.

 

 

LE PROJET DE RECHERCHE

La_med_amazonienne-1448642173

 

Si ce genre d’approche est facilement accepté au Pérou où il valorise un savoir ancestral culturel national, il suscite encore méfiance et incompréhension parmi la communauté internationale, et ce, malgré une curiosité grandissante de certains milieux académiques qui déplorent souvent le manque de données cliniques sur le sujet.

 

En matière d’addiction, la complexité de la situation et le manque de solutions adéquates amènent à ne négliger aucune des alternatives possibles. Si en Europe l’utilisation des techniques pharmacologiques reste la réponse majeure pour la prise en charge des addictions, leur limite et leur impuissance, notamment dans le traitement du sevrage de la cocaïne, ont été à l’origine du développement des recherches sur les techniques relationnelles et environnementales. En Amérique du Sud, des modes de prise en charge intégrant des techniques de médecine traditionnelle dans les protocoles de soins apportés aux sujets addictifs se sont développés. Avec le recul de plusieurs décennies, les résultats de ces pratiques particulières semblent intéressants.

 

La SFE a mis en place un partenariat scientifique avec l’Ecole de Santé Publique de la Faculté de médecine de Nancy et le laboratoire de recherche EPSaM en psychologie de la Santé de Metz, ce qui permettra un encadrement rigoureux de ce projet délicat. La préparation de la recherche se fera dans le cadre d’un Master II ERCE (Epidémiologie, Recherche Clinique, Evaluation), puis son déroulement dans le cadre d’un Doctorat.

 

La consommation de produits psychoactifs est un problème de santé publique majeur : 8,9 % d’années de vie en santé perdues au niveau mondial. La consommation des substances licites, tabac et alcool, augmenterait jusqu’à 3 fois le risque global de décès par cancers, maladies cardiovasculaires et digestives ; la consommation des drogues illicites comme l’héroïne et la cocaïne augmenterait ce risque jusqu’à 9 fois chez les hommes. Ce dernier groupe d’usagers problématiques, généralement polyconsommateurs, présente dans environ 50% des cas des comorbidités psychiatriques et un fort risque d’exclusion sociale.

 

L’addiction est un phénomène complexe, et l’approche globale nécessaire à sa prise en charge se situe au carrefour de nombreuses disciplines. En Europe le pilier thérapeutique reste encore largement pharmacologique. Si les objectifs des traitements de substitution aux opiacés en matière de réduction des risques, tant individuels que collectifs, apparaissent satisfaisants, les faibles résultats des prises en charge des problèmes liés à l’alcool et à la cocaïne obligent à poursuivre la recherche dans le domaine. La modification de la structure de dépendance du sujet apparaît être un processus long, inaccessible à certains sujets, et justifiant parfois une médicalisation au long cours.

 

Les approches originales de centres intégrant des techniques de médecine traditionnelle affichent des résultats impressionnants : plus de 50% des ex-patients seraient toujours abstinents deux ans après leur sortie, sans report de dépendance sur d’autres substances (médicaments, drogues, licites ou illicites à l’exclusion du tabac). L’amélioration, voire la résolution, de leur structure de dépendance serait lisible dans l’évolution favorable de la sphère bio-psycho-sociale.

 

Takiwasi-1448643678

 

Cette étude propose donc de vérifier les résultats à deux ans des ex-patients d’un centre péruvien avec des outils standardisés et validés internationalement afin de permettre la comparaison avec des pratiques de référence dans le domaine des addictions. L’idée de fond étant d’expliquer au monde comment et sur quels types de sujets fonctionne cette médecine de la forêt.

 

Abuelo-1448643726

À quoi servira la collecte ?

Vous pensez bien que les sources classiques de financement de recherche font la sourde oreille. Nous travaillerons donc bénévolement comme toujours… mais il nous faut un minimum pour pouvoir lancer le projet.

 

 

Budget de lancement de recherche "L’ECOLE DE LA FORÊT"

 

Travail des chercheurs   *******   bénévole

 

Travail de nos collaborateurs péruviens   *******   bénévole

 

Déplacement sur le terrain (Pérou)   *******   2000 euros déjà acquis

 

Réunions entre les acteurs   *******   à nos frais

 

Frais de scolarité Master II recherche   *******   7000 euros déjà acquis

 

Frais logistiques ( informatique, traitement des      *******   3000 euros

données, gestion de la confidentialité, demandes

d’autorisations de recherche, communication, publications…)

 

Bourse doctorale   *******   espérée le moment venu…

 

TOTAL MANQUANT       *******       3000 euros

 

 

Ceci est notre objectif minimum. Evidemment, plus l’enveloppe sera remplie de vos généreux dons, plus les suites de cette recherche qui doit durer 5 ans minimum seront garanties. 

 

Nous y arriverons avec le minimum mais irons plus loin et plus vite avec plus d’aisance… On compte sur vous !

 

Thumb_logo_kisskiss_bis-1448646139
Anne Denys

Enseignante et chargée de mission en santé publique, Anne Denys travaille depuis de nombreuses années à la valorisation de la médecine traditionnelle. Elle croit en des solutions pratiques aux enjeux planétaires et en un "art de vivre" qui naîtraient d’un équilibre entre les valeurs du monde traditionnel et celles du monde moderne. Impressionnée par... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Anne, Merci ! Bon chemin ! Catherine et Nathalie
Thumb_default
Merci . Tous mes voeux vous accompagnent en cette nouvelle annee pour concrétiser votre projet . Luz y pas . Lina
Thumb_default
Bonsoir Anne ! Merci pour avoir crée ce projet en lequel je crois bien fort!!!! Peu d'argent en poche, petit don..! Je te soutiens aussi fortement pour ta thèse qui mérite d'exister et de créer de sacrés échanges!! Le monde bouge vite actuellement et nous avons besoin de chacun pour ouvrir aussi les yeux de nos semblables!! Merci du fond du cœur! Amitié, Chloé