Six bergères, à leur manière, caméra au poing, nous disent combien c’est important de se rapprocher de la nature.

Large_visuel_kkbb1okjpg-1410793634

Présentation détaillée du projet

Comment six bergères voient et vivent leur métier, ce qui leur plaît, comment elles le pratiquent, le sens qu'elles donnent à ce qu'elles font ? Ces bergères sont filmées en situation dans leur alpage, elles sont interviewées dans leur appartement. Seules avec une caméra embarquée, elles nous font partager leur quotidien. On découvre leur manière de guider les troupeaux ou de les accompagner, leurs petits aménagements (sauna, lave linge...). On les voit dans un décor magnifique ou dans un isolement moins charmant. Le ton de ce film est sensible, parfois émouvant, drôle aussi et souvent joyeux. Il est à leur image.

 

 

Là haut, il y a vraiment quelque chose de différent... Dans ces six portraits, ces femmes, à leur manière, nous disent combien c’est important de se rapprocher de la nature. La montagne est un espace de liberté unique. Seules, maîtres de leur travail, elles gèrent ce monde animal dont elles sont responsables. Elles accompagnent les troupeaux avec écoute, réceptivité et respect. La nature est terriblement juste et ce n’est pas par la force qu’elles arrivent à leur fin.

 

 Ecoutez l'interview de la réalisatrice  Anne_juin_09_tres_petite_taille___34_-1410861520

 

La nature prend toute sa force. A leur côté, loin de la performance et du risque, on redécouvre vraiment l'intérêt de la nature, La montagne est là, changeante, vivante... avec les moutons, les chiens, c’est une autre nature qui se découvre à nous.... Et puis, il y a un véritable enchantement à voir ces femmes accompagner leur troupeau, à s'immerger dans cette nature qu’elles nous rendent si proche. Apparaît alors une autre facette de la montagne, un autre temps, une autre façon de voir le monde.

 

Un métier qui évolue et qui protège notre nature

Etre berger, c’est partir 4 à 6 mois dans la montagne, dans des conditions souvent assez sommaires. Ce film a aussi pour but de témoigner de la vivacité de ce métier de berger qui trouve un nouveau souffle avec ces femmes, de plus en plus nombreuses à le pratiquer. Attraper et retourner une brebis de 70 kg, c’est encore plus difficile pour elles. Leur manière de travailler, souvent plus sensible, font évoluer ce métier, habituellement réservé aux hommes.

 

Visuel_kkbbberg_res-1410957929

Les femmes sont reconnues comme étant un vecteur de développement durable (Conférence de Rio) mais leurs actions sont souvent méconnues. C'est une autre raison de ce film, montrer que leur présence participe à la sauvegarde de l'environnement, au maintien et au développement d’une activité en pleine nature.

 

L’intention de la réalisatrice

Ce film n’existerait pas sans Aline, ma soeur. 

 

Visuel_kkbbaline-1410961947

 

Aline est éleveuse à la Mure. J’ai toujours été intriguée par ces femmes qui vont passer 5 à 6 mois, seules, dans les alpages. Quand Aline m’a dit qu’elles étaient de plus en plus nombreuses, j’ai eu envie d’en savoir un peu plus. Et puis m’a sœur a aussi une façon très originale de travailler, de concevoir son métier, de côtoyer ses brebis, ses chiens, ses chèvres… A la voir faire, on a forcément envie d’aller voir plus loin…

 

 

Et la musique en plus

Et puis nous avons choisi une musique originale pour ce film. Maud Bornier, une artiste qui vit dans le Trièves a composé l’essentiel des musiques. Voir un petit portrait de l'artiste réalisé par Anne Benoit-Janin.

Deux extraits du groupe Corse : Alte Vocé, viennent aussi donner de la force à ce film (merci à eux).

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons besoin d’un petit coup de pouce !

Notre association rassemble des personnes qui ont envie de réaliser des projets qui les passionnent en dehors de leur activité professionnelle. 

Nous avons commencé à tourner les premières images de ce film en août 2012. Cela fait donc plus de 2 ans que nous travaillons à son tournage, son montage. Nous avons aussi associé les bergères à sa réalisation pour que ce film ne déforme pas leur réalité. Avec un petit budget (7900 € de subventions de la région Rhône-Alpes), nous avons relevé notre défi. 

 

Visuel_kkbbnous-1410961201

 

Nous avons un an pour faire connaître le film

Mais maintenant que nous avons réalisé un beau documentaire de 56 minutes, nous voulons le faire connaître en France (et aussi à l’étranger). Il faut remplir des dossiers, graver des DVD, envoyer le film, des communiqués de presse, réaliser une affiche... Il faut en faire la promotion (déplacements, hébergement et frais sur place). Aujourd'hui, le film a été sélectionné au festival international du pastoralisme aux Adrets (diffusion le 16 octobre à 17h30). Il sera diffusé à Ajaccio le 4 octobre lors de la Soirée montagne, le 8 octobre à la salle Olivier Messiaen à Grenoble et le 16 octobre à Mon Ciné à Saint-Martin-d'Hères. Nous l'avons inscrit dans plusieurs festivals en France et même à l'étranger (festival international du documentaire à Montréal)... Nous attendons des réponses.

 

Votre soutien nous aidera à faire venir les bergères

Nous voulons, que des bergères nous accompagnent et poursuivent l'aventure avec nous mais notre association n'a pas les moyens aujourd'hui de prendre en charge les coûts de ces venues (hors invitations, ces déplacements sont entièrement à la charge des personnes). A titre d'exemple: la première diffusion de L'étoile des bergères a été effectuée à Corps le 29 août lors de la soirée "Montagne au Corps". La participation au brunch a coûté 150€. Ce serait vraiment bien d'avoir un budget pour prendre une partie de ces frais afin que les bergères viennent présenter le film avec nous.

 

Nous demandons 1 100 €

La part qui revient à Kisskissbankbank : 88 € (8%)

La pris en charge d'une partie des frais de promotion  : 452 €

La prise en charge d'une partie des frais pour que les bergères viennent au moins à un festival : 560 €

(il faut compter 55€ pour une nuit d'hôtel, 25 € un repas). Nous espérons pouvoir au moins prendre cela en charge une fois pour Béatrice, Cécile, Christèle, Delphine, Leïla, Marie et Aline...

 

 

 

 

Thumb_super-1410425601
abj

Je suis sociologue et ce qui me passionne, c'est de mettre en valeur le charme discret de celles et ceux qui agissent dans l'ombre, et tout ça, en se faisant plaisir. C'est ce que je fais depuis 16 ans au sein de l'association Composite et avec le journal Les Antennes : lesantennes.org

Derniers commentaires

Thumb_default
Quelle belle incursion dans un monde oublié tout là-haut, alors qu'en bas, grands consommateurs pressés, on déguste avec délectation le fruit de leur travail. * Bravo mesdames pour votre indépendance responsable et votre goût des grands espaces qui fleurent bon la liberté. * Bravo à Anne, crapahuteuse aux longues jambes, qui nous permet de vous découvrir. * Longue vie à l'Etoile des Bergères"****** et à leurs 1000&1 histoires de vies Geneviève G
Thumb_default
Bravo à l'étoile des bergères que j'ai vu récemment à Ajaccio. Voila l'objectif atteint. Longue vie à vos projet et réalisations. Marylène et René
Thumb_default
J'ai toujours aimé les bergères Et ron et ron petit patapon Au point de me glisser, j'exagère Dans la peau d'un mouton