"L'étranger" est un court métrage sur la "femme" écrit et réalisé par Hasimbola Rasolofo.

Large_sans_titre-1

Présentation détaillée du projet

 

 

L__tranger2

 

 

Hasimbola et son équipe étudient ensemble en troisième année à l'ESRA BRETAGNE. Ce court métrage de fin d'année est pour eux l'occasion de mettre en lumière leurs connaissances acquises durant leur cursus.

 

 

"L'étranger", c'est l'histoire de Marion, une jeune femme qui vit en retrait dans un manoir de campagne. Son riche mari, occupé par ses affaires et son entreprise familiale, s’absente quotidiennement. Souvent seule, Marion vaque à divers loisirs. Elle joue de son piano, plonge dans la piscine ou se plonge dans des lectures. Mais ennui et solitude hantent son quotidien. Un jour un jeune vagabond fait intrusion chez elle. Cette rencontre bouleverse pour toujours la vie de la jeune femme.

 

Le tournage a commencé !!!! Petit aperçu des plans déjà filmés. 

 

901737_10200926981237698_1134078763_o  

 

901909_10200926982517730_1146961833_o

 

904472_10200926981397702_700748052_o

 

906462_10200926983037743_1153684413_o

 

906849_10200926982197722_1057787684_o

 

903561_10200926982757736_332345040_o

 

893366_10200926981837713_1893065224_o

 

 

Réalisé par Hasimbola Rasolofo et son équipe, "L'étranger" est un court métrage de fin de cursus leur donnant l’occasion de mettre en pratique connaissances et expériences acquises pendant leurs trois années d’études à l’école ESRA BRETAGNE. Leur technique sert alors un projet de fiction proposant une réflexion philosophique sur notre existence.

Sans chercher à être moralisateur, ce film débouche d’une réflexion sur la féminité, l’exclusion et l’humanité. L’histoire amènera le spectateur à s’interroger sur les limites de notre existence et le sens à donner à nos vies.  En s’identifiant à Marion, il questionnera les valeurs qui guident nos vies : amour, morale ou plaisirs. 

 

 Donner un sens à la vie

 Par nature, l'homme se projette dans le futur. La majorité de notre temps est consacré à cela sous la forme du rêve, de l’imaginaire ou de plans et projets. Chacun lit une histoire pour en connaître la fin, regarde un match de foot pour découvrir le score. Notre enfance à l’école sert à préparer notre avenir. Quelque soit notre culture, notre niveau social, quelque soit notre place sur cette planète, le futur nous préoccupe d’autant plus que nous le savons limité.

La seule chose certaine dans nos vies, c’est bien notre mort. Selon Heidegger, la prise de conscience de notre mort nous fait connaître le souci. Nous nous soucions de notre avenir. Chaque homme est préoccupé par le sens qu’il va donner à son existence et, quelque part, c’est cela qui en fait un humain.

Malgré l’universalité de cette pensée philosophique, nous ne sommes pas égaux devant le souci de l’avenir car nos possibilités augmentent en fonction de nos moyens. Plus un homme détient d’options sur son avenir, plus il est soucieux de la direction à choisir. A l’inverse, certaines personnes semblent avoir moins de choix et se posent donc moins de questions.

"L'étranger" raconte l’histoire d’une rencontre. Il propose, par le biais de la fiction cinématographique, une expérience sociale entre un homme à l’avenir tracé par l’héritage familial, un autre à l’avenir incertain guidé par la nécessité quotidienne et une femme au futur inconnu mais plein de possibilités. Malgré l’abondance de ses perspectives, Marion fait face à ses démons et à son passé. Prisonnière dans son grand manoir, elle n’arrive pas à se projetter au delà. A l’inverse, David est un jeune homme qui ne sait même pas où dormir le soir. Pourtant, il a choisi cette existence. Leur rencontre va bouleverser le quotidien de Marion et lui ouvrir les yeux sur sa situation. Elle va découvrir qu’elle peut donner un sens à son existence.

 

L’espace

 

 

902318_10200926981637708_457316319_o

 

 

Le manoir dans lequel vit Marion l’isole du monde extérieur. A la campagne, sans télé, ni internet, la jeune femme est déconnectée. Elle ignore tout de la mode, des actualités, des sorties cinémas. Elle vit dans un monde intemporel entre les fictions de ses romans et les murs du manoir. Le bâtiment prend alors une place importante dans l’histoire. Plus qu’un simple décor, il devient un personnage à part entière, un personnage toujours présent dans cette intrigue. Le manoir s'apparente un être vivant dans lequel vit Marion comparée au prophète Jonas qui a vécu trois jours et trois nuits dans le ventre d’un monstre marin (souvent assimilé à une baleine) avant d’être recraché. De même, Marion, seule dans sa demeure, en ressortira changée. Ici la baleine sera donc le manoir.

 

La téchnique au service de la mise en scène

 

 

Pour donner vie aux lieux, le cadrage sera particulièrement pensé et réfléchi. Des plans larges fréquents accentueront le ressentit de la solitude de Marion. Le son également, par des craquements du parquet, les bruissements des branches d’arbres, le soufflement du vent et autres bruits donneront vie aux lieux et marqueront les émotions de Marion pour les faire ressentir au spectateur. Enfin le travail de la lumière sera bien sûr primordial, avec un coté sombre à l’intérieur du manoir pour accentuer le côté angoissant et enfermé. Les fenêtres, grandes sources de lumière, représenteront par des effets de contre-jour, le "salut" de l’extérieur.

Hasimbola Rasolofo, réalisateur et scénariste, s’est beaucoup inspiré de films d'épouvantes qui traitent avec brio l’espace comme Rosemary Baby de Polanski notamment.

 

Les personnages

 

 

Dans cet espace seront installés des personnages. Chacun représentera une classe sociale.

 

Le mari, Richard Alfred  Wilhelm Thomas, un homme d’affaire puissant.

Lié au manoir par sa famille, il va de paire avec cette prison qui emmure Marion. Il sera donc assimilé au côté sombre et animal de l’histoire. A la fois fruit et maître du manoir, Alfred aura un côté vampirique car il ne rentre que la nuit et erre dans la pénombre. Le film predra ainsi des airs de Murnau avec des inspirations comme Sunrise ou Nosferatu.

 

Marion Thomas, la jeune fille de famille modeste qui épouse un homme riche.

La jeune femme, « enfermée » dans sa belle demeure, incarne la fameuse « allégorie de la caverne » de Platon. Elle sera -comme les personnages de l’allégorie- « enchainée » et prisonnière de son éducation, de son mari et de son quotidien. Mais l’intrusion de David lui permet de découvrir une facette du monde. Elle va alors passer par de multiples états caractérisés par de nouveaux questionnements, de nouvelles sensations et de nouveaux sentiments pour la mener à un nouvel épanouissement.

 

L’étranger

David sera le catalyseur de l’histoire. C’est grâce à lui que Marion découvrira le monde « extérieur ». Il sera paradoxalement la source d'un éveil chez Marion bien qu’il ne soit qu’un simple jeune homme pauvre et sans avenir certain.

 

La caméra: ALEXA ARRI

 

Pour ce projet, nous utiliserons la caméra Alexa de chez ARRI. Une caméra célèbre très utilisée dans le monde professionnel. Elle a servi notamment pour filmer SKYFALL de Sam Mendes, Drive de Refn, Intouchables d'Eric Toledano & Olivier Nakache, ... 

 

 

Alexa_mb-450

 

 

L'équipe et la distribution

 

Réalisateur: Hasimbola RASOLOFO

 

380618_10151050002129306_1922521050_n

 

 

 

Né à Madagascar en 1986, Hasimbola est arrivé en France en 2002. Passionné de cinéma, son enfance a été bercée par Steven Spieberg, qu’il considère comme sa référence absolue. Il a déjà fait le tour de sa filmographie une dizaine de fois. Plus tard il découvre d’autres grands réalisateurs qu’il admire beaucoup comme James Cameron, Chris Nolan, Peter jackson, Martine Scorsese, M. Night Shyamalan …

Pendant sa période lycéenne, il s’oriente donc naturellement vers une carrière à vocation artistique. Pour débuter, il a d’abord travaillé son approche du spectacle vivant qu’il juge comme étant une porte obligatoire vers la mise en scène. Il travaille alors le chant et la flûte traversière de façon autodidacte, mais souhaitant encore agrandir son champ de connaissance, il s'inscrit au sein du conservatoire du choletais (contrebasse, solfège, harmonie, MAO, théâtre) et au sein d’une troupe de théâtre amateur. En 2007, il s'allie avec des amis pour former un groupe de musique qui a la chance de se produire sur scène et en festival.

En parallèle à tout ça, Il tourne des courts-métrages entre amis (depuis ses années collège). Et plus tard, souhaitant obtenir une formation professionnelle après le BAC, il s'inscrit au sein de l’ESRA Bretagne. Durant sa formation, il a apporté sa contribution à plusieurs projets (court métrage, spot pub, etc … ) ainsi que quelques autres projets hors-cursus en tant que réalisateurs.

Cette année, fort de ses acquis, il s'attelle encore à la réalisation ainsi qu'au scénario et vous propose ce court-métrage d'une quinzaine de minutes.

   

 

Dans le rôle de Marion THOMAS : Marie-Stéphane Cattaneo

 

Marie-st_phane_cattaneo_0667497359__2_

 

 

 

 

 

Dans le rôle de Richard THOMAS: Ronald Crooks

 

 

 

 

Dans le rôle de David: Michaël Assié

 

 

 

 

 Le cadreur :

Joris FAVRAUD

 

 

 

- Cadreur et Monteur sur "La Canne" court métrage 16mm réalisé par Clément Bon (2011)

- Electro sur certaines séquences de "Otage" court métrage réalisé par Simon Amand (2011-2012)

- Cadreur et Monteur sur "Dusk" court métrage 16mm réalisé par Alexis Breut (2012)

- Cadreur sur "Ubiquité" court métrage réalisé par Valentin Lamandé (2012)

- Cadreur et Assistant monteur sur "Psyché-Osis" court métrage réalisé par Hasimbola Rasolofo (2012)

- Réalisateur, Cadreur, Monteur sur "Rebirth Bboy J.A" (2012)

- Réalisateur, Cadreur, Monteur sur "Tonnerre de Brest 2012-Timelapse" (2012)

- Réalisateur, Cadreur, Monteur sur "Bretagne-Timelapse" (2012)

- Cadreur sur "La Faille" du groupe Calico, clip réalisé par Flavien Videau (2012)

- Cadreur sur "Un Portrait" court métrage réalisé par Simon Amand

- Réalisateur, Cadreur, Monteur sur "Mister Y" court métrage 35mm (Fev 2013)

 

Bretagne Timelapse

 

 

 

Le compositeur:

Nino VELLA

 

Liste_de_trucs___faire

 

 

 

 

Filmographie séléctive:

 

-      Le grain d’Antan D’Alexis Breut, Hasimbola RASOLOFO et Ronan DUTHEIL

-      ... à la folie de Yoann LUIS

-      La dernière chance d’Hasimbola RASOLOFO

-      Psyche Osis d’Hasimbola RASOLOFO

-      Mister Y de Joris FAVRAUD

 

Nino est aussi sur scène avec son groupe BABEL: 

 

 

 

 

Le reste de l'équipe 

 

268492_10200226565087732_1429596694_n

 

312315_10200226553287437_1102103083_n

 

538430_10200226573287937_210977995_n

 

 

Equipe_1

Equipe_2__

Pe_et_flo

Suite_equipe__3

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

Bien que nous ayons la chance de travailler avec une équipe bénévole, nous avons des frais assez conséquents, c'est pourquoi vos contributions seront pour nous une aide précieuse pour : 

- Louer du matériel.

- Payer les déplacements de l'équipe de tournage.

- Nourrir et loger l'équipe (Comédiens et techniciens).

- Acheter costumes, accessoires et maquillage.

Sachez également que notre école nous fournit une grande partie du matériel mais ne nous aide pas financièrement concernant le reste, à nous de nous débrouiller ! Nous comptons sur vous pour nous aider à relever ce défi ! 

Thumb_380618_10151050002129306_1922521050_n
Hasimbola RASOLOFO

Né à Madagascar en 1986, Hasimbola est arrivé en France en 2002. Passionné de cinéma, son enfance a été bercée par Steven Spieberg, qu’il considère comme sa référence absolue. Il a déjà fait le tour de sa filmographie une dizaine de fois. Plus tard il découvre d’autres grands réalisateurs q’il admire beaucoup comme James Cameron, Chris Nolan, Peter... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_380618_10151050002129306_1922521050_n
MERCI A VOUS !!!!!!
Thumb_default
Juste histoire de vous faire atteindre cette étape symbolique des 1600€ et surtout car j'ai hâte de voir votre beau projet ;)
Thumb_default
Go go go !