Aidez Sarah à retrouver l'étui rouge d'un mystérieux musicien avant qu'il ne soit trop tard...

Large_affiche_2-1461661225-1461661257

Présentation détaillée du projet

Histoire-1448717221

 

Sarah est une jeune infirmière qui partage son temps entre son métier et son amour pour le jazz. Lorsqu'un mystérieux musicien qu'elle croise dans la rue se fait admettre quelques heures plus tard dans son hôpital, elle se sent étrangement poussée à le prendre en charge. Mais son nouveau patient semble plus préoccupé par l'étui rouge qu'il a perdu que par son propre état de santé...

 

Nice-1449071772

 

 

Genese-1448717232

 

"J’ai d’abord eu l’idée d’un long-métrage, que j’ai vite couchée sur le papier. Mais il m’est apparu évident qu’il me fallait d’abord en tourner une version courte, afin de convaincre un producteur de me suivre dans l’aventure. Seulement mon histoire ne fonctionnait plus aussi bien en 25 minutes, c’est pourquoi j’en ai écrite une autre, différente, condensée, mais inspirée des deux mêmes personnages.

 

L’étui rouge reprend la base de scénario la plus universelle qui soit : la rencontre entre un homme et une femme. Si les temps ne cessent de changer et les goûts d’évoluer, ce postulat de départ continue néanmoins de résonner dans le quotidien de chacun d’entre nous. Et pour cause, ce sont ces rencontres qui forgent nos personnalités, influencent nos choix et définissent nos parcours. A l’ère des réseaux sociaux et des « amis virtuels », des drames sociaux, politiques, religieux, il me tenait à cœur de revenir à la simplicité d’une rencontre, et à la complexité de tout ce qu’elle entraine. Bien sûr il existe différentes sortes de rencontres, la rencontre amoureuse étant l’une des plus développées au cinéma. Mais étant devenu père depuis peu, je me suis naturellement dirigé vers ce qui pourrait s’apparenter le plus à une relation père-fille. Je tenais à confronter non seulement deux générations, mais aussi deux personnalités radicalement opposées, d'âge, de sexe et d'univers totalement différents, mais qui finiraient par se découvrir un intérêt commun, quelque chose d’universel et fédérateur qui donnerait un sens à leur rencontre. Quelque chose d’autre que l’amour...

 

Sarah est une jeune célibataire d’une trentaine d’années, investie dans son travail, appréciée de tous, mais plutôt solitaire. Comme beaucoup d’autres femmes de son âge, elle ne croit plus vraiment en l’amour et préfère quelques aventures sans lendemain à de rares et douloureuses relations longues. Ce qui la différencie des autres, c’est son amour pour le jazz qui lui a été transmis par sa mère dès son plus jeune âge. C’est cette passion qu’elle ne partageait jusqu’ici avec personne qui va peut-être changer sa vie. Dom, lui, est un homme étrange. Grand, imposant, le visage marqué, il est habillé comme un clochard et ne se sépare jamais d’un mystérieux étui à instrument rouge qu’il protège comme un trésor. Sans doute un peu fou, il n’en est pas moins sage et touchant lorsqu’il s’agit de parler de jazz, un style de musique qu’il connaît bien puisqu’il l’a joué pendant des années. Antipathique et lunatique de prime abord, il semble néanmoins camoufler certains traits de caractère beaucoup plus attrayants. Ils vont tous les deux s’observer, s’apprivoiser, et trouver le père ou la fille qu’ils n’ont jamais eus. Un sentiment qui parle à beaucoup de monde ; cette impression de combler un vide, que ce soit avec un parent, un frère ou une sœur, un ami, un amour… Et souvent ce besoin est assouvi trop vite, trop brutalement, ce qui peut faire autant de mal que de bien. La question est donc de savoir ce qui au final en ressort. Des larmes ? De la joie ? De l’espoir ? Peut-être un peu des trois. De l’émotion en tout cas, ça c’est ma véritable intention.

 

La réalisation et le montage tiendront une place très importante puisque même si le film parle d’une rencontre, il n’en repose pas moins sur une intrigue très forte. Le mystérieux « étui rouge » de Dom semble renfermer un secret et sa disparition incite Sarah à partir à sa recherche. De leur rencontre et de cette quête dépendra la révélation de celui-ci. Mon ambition est donc de réussir à faire monter à la fois le suspens et l’émotion, afin que le spectateur se fasse surprendre par le dénouement et qu’il n’ait d’autre choix que de se rejouer le film en changeant de perspective. L’histoire sera racontée à travers les yeux de Sarah, ce qui permettra au public de se demander à chaque étape de la narration ce qu’il aurait fait ou dit à sa place. A l’image de mon héroïne, je tiens à ce que la réalisation soit relativement douce et posée. Je souhaite parfois laisser une image en dire plus qu’un long monologue, isoler dans toute l’étendue du scope les personnages affectivement seuls en jouant des longues focales ou de la faible profondeur de champ, faire subtilement planer le regard du spectateur dans le décor au rythme de lents travellings presque imperceptibles. Je souhaite surtout nourrir et jouer de la complicité naturelle qui existe entre mes deux comédiens principaux, Elisabeth Ventura et Bernard Métraux, car de cette alchimie dépendra la crédibilité de l’intrigue. Un exemple de film dont mes intentions se rapprocheraient le plus serait sans doute Seven Pounds (Sept Vies) de Gabriele Muccino.

 

L’étui rouge est un film qui veut toucher toutes les générations, qui parle d’amour, de solitude, d’espoir, qui pose des questions qui resteront longtemps d’actualité, qui provoque le rire comme les larmes, et dont la musique est l'ingrédient qui lie le tout. Son message est clair : quelque soit la personne, l’endroit ou l’époque, une rencontre sera toujours unique et bouleversera toujours une vie. Même si ce n’est pas celle que l’on croit…

 

Aujourd’hui je vous propose de vivre cette aventure avec moi. Je vous propose d’être les premiers à y voir plus qu’un simple court-métrage, en vous projetant déjà vers ce qui pourrait devenir un jour un grand et beau film sur l’amour et l’humanité, tourné et interprété par de talentueux nouveaux visages. Ensemble, portons ce projet le plus loin possible, donnons-lui une chance d’éblouir les festivals, et de convaincre encore plus de monde de nous suivre dans notre quête, toujours plus ambitieuse !"

 

Loran Perrin (Réalisateur)

 

 

Acteurs-1448717255

 

Elisabeth-1448726230

 

Elisabeth VENTURA (Sarah)

 

Formée par Jean-Laurent Cochet, Elisabeth fait ses débuts à ses côtés et démarre sa carrière théâtrale en campant de nombreux grands rôles du répertoire classique, comme dans Les Fausses Confidences ou La Reine Morte. Elle joue aux côtés de Bernard Métraux dans Les Fourberies de Scapin, Les Femmes Savantes et Les Revenants, sous la direction d'Arnaud Denis. On la retrouve dans Le Misanthrope de Michèle André à la Cigale, avant de la découvrir dans un registre plus contemporain sous la direction de Fabian Chappuis : elle était Samia dans A mon âge je me cache encore pour fumer (prix du Off du Festival d’Avignon 2015), puis Barbeline dans Andorra début 2016 au Théâtre 13.

 

Elle fera prochainement ses débuts au cinéma dans Daniel, le nouveau film de Cyril Mennegun.

 

 

Bernard-1450363934

 

Bernard METRAUX (Dom)

 

Bernard commence le théâtre à l'âge de 17 ans, au lycée Voltaire à Paris. Il prend part à quelques stages de jeu d'acteur. Il se fait alors remarquer et on lui propose alors de participer à des spectacles professionnels. Avec Les Compagnons de la Chimère, il joue dans Les Fourberies de Scapin au Lucernaire, avant de se produire ensuite dans Les Revenants d'Henrik Ibsen, mis en scène par Arnaud Denis au Théatre 13. Il met en scène Le Cri du Silence de Soizik Moreau au Théâtre des Bouffes du Nord, puis écrit l’adaptation du spectacle Léo Ferré, Tu connais ? Il adapte et interprète ensuite Les Sept Vies d’Homère Petitbois de Benoît Lardières.

 

En 2008, il participe à L'Ingénu au Vingtième Théâtre, puis collabore à nouveau avec Arnaud Denis sur Les Femmes Savantes en 2009, et Dom Juan en 2013, au Théâtre 14. La même année il participe à la magnifique aventure du Roméo et Juliette de Baptiste Belleudy à La Tour Vagabonde.

 

 

Louise-1449771196

 

Louise DANEL (Caro)

 

Après 20 longues années d'études studieuses pour exercer un vrai métier, Louise découvre le théâtre et laisse tout tomber pour le plaisir de monter sur scène. Elle alterne Marivaux, Molière, Schnitzler, Fo et des comédies plus contemporaines comme Mes Meilleurs Ennuis de Guillaume Mélanie, Un petit jeu sans conséquence de Dell et Sibleyras, Arrête de pleurer Pénélope! de Anglio, Puget et Arnaud et plus récemment Une semaine… pas plus! de Clément Michel.

 

Louise participe également à des spectacles pour enfants comme Un Amour de Sorcière de Salomé Lelouch, Frankenstein et ses amis de Karine Dubernet et La Fiancée du Magicien de Sébastien Mossière. Parallèlement, elle tourne dans des courts-métrages, dont La Pelote de Laine de Fatma Zohra Zamoum, diffusé sur Arte et primé dans plusieurs festivals.

 

 

Equipe-1448717276

 

Loran-1449055700

 

Loran PERRIN (Réalisateur)

 

Formé au montage à l’ECPA (Etablissement Cinématographique et Photographique des Armées), après l’obtention d’un Deug d’audiovisuel à la faculté de Paris VIII, Loran monte de nombreuses émissions pour diverses sociétés et chaînes de télévision. Parallèlement à sa carrière de monteur, il réalise plusieurs court-métrages qu’il produit lui-même (Cupid en 2001, Way Back Home en 2013, Shine Award du Meilleur Court-Métrage) et plusieurs spots publicitaires (Visual, Playstation, Wall Street Institute...). Ses films lui permettent de se voir proposer la réalisation de divers programmes, dont la série de documentaires Babyboom pour TF1. Il produit et réalise également plusieurs clips musicaux pour Antoine Clamaran (When the sun goes down en 2009, Live your dreams en 2010, Feel this way en 2012) et pour le collectif des Funambules (J'ai rien demandé en 2015).

 

Loran est également à l’origine d’un projet de série, Légende, dont il a co-écrit le pilote, ainsi que d’un projet de documentaire, Les Voix du Rêve, sur le doublage au cinéma. Il travaille actuellement sur l’écriture de son premier long-métrage, une version alternative et plus élaborée de L'étui rouge.

 

 

 

Dom-1448724620

 

Dominique DE WEVER (Directeur Photo)

 

Après plusieurs années d'assistanat en pub et fiction avec des directeurs photo comme Michel Abramovich, Jérôme Robert, Pierre Aïm ou Gérard Simon, Dominique se fait représenter par Véronique Lhebrard au sein de l’agence Api Corp. Il multiplie les deuxièmes équipes sur des long-métrages comme Michel Vaillant de Louis-Pascal Couvelaire, Jacquou le Croquant de Laurent Boutonnat, Fanfan la Tulipe de Gérard Krawczyk ou Le Serpent de Eric Barbier. Il cadre sur les deux derniers long-métrages de Gérard Jugnot, Boudu (2005) et Rose et Noir (2009).

 

Dominique enchaine, depuis, les fictions télé comme les unitaires d'époque (Louis XV, Louis XVI, Marthe Richard, Nuremberg...) ou les séries (Deux flics sur les docks, Disparus...) ainsi que de nombreuses pubs voiture. Amis depuis plus de 15 ans, Loran et lui ont collaboré de nombreuses fois, en pub comme en clip ou en court-métrage.

 

 

 

Stephane-1449059205

 

Stéphane CORBIN (Compositeur)

 

Auteur, compositeur et interprète, après deux CD auto-produits (Seconde Vie en 2001 et Optimiste en 2004), Stéphane sort en 2011 un nouvel album chez Sony Music : Les murmures du temps. Il donne plus de 700 concerts dans toute la France et fait les premières parties de Juliette, Thomas Fersen et Dick Annegarn. Il obtient le Prix du Public au Trophée Radio France en 2005 et le prix Clermont du Carrefour de la Chanson en 2007. Il participe également aux Rencontres d’Astaffort organisées par Francis Cabrel.

 

Stéphane compose et joue dans de nombreux spectacles musicaux, dont plusieurs dont il a composé la musique, comme Dorian Gray (Thomas Le Douarec), L'hôtel des Roches Noires (Françoise Cadol, Christophe Luthinger) ou Les Maurice Girls  (Virginie Lemoine, Marie Chevalot). Il compose également des musiques pour plusieurs courts-métrages, dont Ça fait mal à mon coeur de Stéphanie Noël (Grand Prix du festival d’Angers en 2004), et Pim Poum Le Petit Panda d’Alexis Michalik (Talents Adami Cannes 2014).  

 

Actuellement Stéphane travaille sur un album caritatif de lutte contre l'homophobie, Les Funambules, regroupant plus de 200 artistes...

 

 

 

 

Elisabeth VENTURA - "J'ai rien demandé" (S. Corbin / A. Michalik)

 

Pour ceux qui se demandent ce que peut donner l'association de toutes les personnes présentées jusqu'ici, voici un clip réalisé pour le collectif des Funambules par Loran Perrin, chanté par Elisabeth Ventura, composé par Stéphane Corbin, mis en lumière par Dominique de Wever, et joué par certains comédiens que vous retrouverez dans l'Etui Rouge !

À quoi servira la collecte ?

Les fonds récoltés permettront dans un premier temps de louer la partie "onéreuse" du matériel de tournage, comme la caméra, les optiques, le steadycam ou certains éléments de machinerie et d’éclairage. Si pour les court-métrages certains décors se font gracieusement mettre à disposition, il en est d’autres, bien spécifiques, que l’on ne peut généralement que louer. C’est le cas de notre décor principal, celui de l’hôpital, qui se doit d’être le plus réaliste possible. Le reste servira à financer ce que l’on appelle les « consommables », à savoir le maquillage, le gaffeur, la gélatine, et bien entendu tout ce qui constitue la régie (café, boissons, repas, essence etc…)

 

Le premier palier de 8000€ se répartit donc ainsi :

 

Caméra + optiques : 2500€

Steadycam  : 450€

Machinerie + Lumière : 700€

Décor Hôpital : 4000€

Régie + consommables : 350€

 

Le second palier de 10000€ permettrait de prolonger le tournage d'une journée. Ça ne semble pas énorme mais cela représente une grosse différence pour le réalisateur et les comédiens qui peuvent s'autoriser plus de prises.

 

Le troisième palier de 12000€ permettrait de tourner à 2 caméras, ce qui représente un énorme confort de travail pour le réalisateur et le chef opérateur qui peuvent ainsi se permettre plus d'images et donc plus de solutions au montage.

Thumb_eyewaylogo-1449056272
EYEWAY MEDIAS

Créée en 2005 par trois amis, Baptiste Quentin, Loran Perrin et Charles Stievenard, Eyeway Medias est une société de post-production qui s’est faite un nom dans le domaine de l’audiovisuel en collaborant depuis 10 ans avec de nombreuses chaines de télévision et sociétés de production (TF1, France Télévisions, M6, Shine, Fremantle, TV Presse…) Après... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Impatient de voir le film !!!
Thumb_default
Bon courage les petits Aidons les jeunes en devenir
Thumb_default
Longue vie à l'Étui Rouge !!!