Un rickshaw, deux caméras, un appareil photo, seize pays, pas mal de rencontres et beaucoup de bonne humeur. A la découverte de l'Eurasie !

Large_udaipur02_169mm

Présentation détaillée du projet

  

Udaipur02_petit

 

Le projet

 

         Nous sommes deux étudiants, Lucas et Mathieu et nous comptons partir à la rencontre des populations pour un périple encore jamais réalisé : revenir d’Inde en rickshaw au travers l’Himalaya, l’Asie centrale, le Caucase, la Turquie, l’Europe jusqu’en France. Les problèmes environnementaux qui touchent ses régions tels que les sécheresses qui affectent la mousson du nord de l’Inde, la fonte des glaces de l’Himalaya, la gestion de l’eau au Kazakhstan et en Ouzbékistan avec la pollution du lac Balkhach et la catastrophe écologique de la mer d’Aral, le trou de l’enfer au Turkménistan et enfin la pollution de la Mer Caspienne serviront de base à un documentaire.

 

Une série de 6 web-documentaires sera réalisée sur le trajet sur les sujet évoqué plus haut mais également une version longue sera faite regroupant tous le trajets et ces problèmes environnementaux.

Le point de vue de scientifiques spécialistes de la question nous permettra une approche objective et précise, puis, des interviews de locaux subissant au quotidien ces modifications de leur environnement nous permettront d’apporter un côté humain à notre documentaire.

 

        Nous partirons d’Udaipur, au Rajasthan en Inde. De là, nous remonterons jusqu’au passage frontière avec le Pakistan où nous rejoindrons Lahore. Ensuite, nous monterons vers le nord où nous emprunterons la célèbre route de Karakorum qui nous permettra d’aller en Chine. Après, nous irons jusqu’au nord-ouest de la Chine pour rejoindre le Kazakhstan. Arrivé à Almaty, nous monterons jusqu’au lac Balkhach puis partirons pour la mer d’Aral. Une fois là-bas, nous devrons en faire le tour pour rejoindre le poste frontière avec l’Ouzbékistan et puis, nous irons au Turkménistan par le désert de Karakoum. Enfin, nous rejoindrons Turkmenbachy afin de prendre le bateau et de traverser la mer Caspienne. Une fois à Baku, nous pourrons aller jusque Tbilissi, Erevan puis en Turquie afin de rejoindre l’Europe. Après Istanbul, nous traverserons la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche, l’Allemagne, et enfin, la France jusque Paris.

     

Nous_petit

 

Qui sommes-nous ?

 

Nous sommes deux amis d’enfance, tous deux passionnés par les voyages. Lucas est rentré de son tour du monde convaincu que les rencontres qu’il avait faites allaient à jamais le marquer. Mathieu a vécu une année en Angleterre, une année en Russie et plusieurs mois en Inde et au Laos. Nous avons tous les deux un souvenir commun de nos voyages : Le lac Baïkal. Ce plus gros réservoir d’eau douce du monde a été menacé par une papeterie qui polluait ses eaux d’une rare pureté et qui maintenant fonctionne en circuit fermé. Le lac est maintenant assez propre pour que l’eau soit potable. C’est en confrontant nos points de vue et nos parcours que nous avons eu l’envie de réaliser un documentaire engagé.

 

Notre rapport à l'environnement:

 

Nous sommes très concernés par l’environnement. Que ce soit l’expérience de l’un ou les études scientifiques de l’autre, c’est l’approche avec laquelle nous organisons cette traversée. Nous souhaitons aborder les problèmes environnementaux qui touchent l’Asie tout au long de notre trajet :

 

- les sécheresses dans le nord de l’Inde où la mousson ne suffit plus à irriguer les terres du Rajasthan et paradoxalement les inondations chroniques qui affectent ces mêmes régions ;

- la fonte des glaciers de l’Himalaya;

- les problèmes de gestion de l’eau en Ouzbékistan et au Kazakhstan avec en particulier la catastrophe écologique de la mer d’Aral à l’époque de l’URSS mais aussi le lac Balkhach dont le volume a fortement diminué et qui est menacé par une pollution importante ;

- Darvaza, le trou de l’enfer au Turkménistan, gigantesque poche de gaz qui brule sans discontinuer depuis 1971 ;

-la pollution de la mer Caspienne qui entraine une diminution importante de la faune et de la flore. Au-delà de l’observation et de l’analyse de ces problèmes environnementaux auxquels nous confronterons le discours de plusieurs scientifiques ainsi que des hommes politiques locaux.

 

Nous souhaitons surtout partir à la rencontre des populations concernées et constater dans quelle mesure ces problèmes affectent leur quotidien. Nous souhaitons aussi comprendre comment ils les perçoivent, et quelles réactions ils suscitent quand à leur avenir.

 

 

Comment et pourquoi le rickshaw ?

 

Nous avons choisi un moyen de transport audacieux et original pour ce voyage : le rickshaw. Sorte de tuc tuc à moteur, c’est le moyen de transport principal en Inde. Emblème d’un style de vie, le rickshaw, par sa lenteur, correspond à la devise indienne « Shanti Shanti » (« doucement, doucement »). Par sa conception semi artisanale, il évoque pour nous, une philosophie de récupération d’objets dans le but de fabriquer des engins fonctionnels. Complètement ouvert sur l’extérieur, un tel véhicule facilitera le contact avec les populations locales en Inde et au Pakistan puisqu’il correspond au style de vie local, mais également dans les autres pays où il suscitera la curiosité. Ce moyen de transport, qui sera aussi notre lieu de vie, permettra aussi d’intéresser le public. Bien entendu, les avaries techniques et les obstacles extérieurs que nous rencontrerons feront partie du voyage.

 

Notre but:

 

Notre objectif est de faire prendre conscience des problèmes écologiques qui risquent d’affecter d’importantes populations dans les années à venir, tant dans des zones très touristiques, comme l’Inde ou la Turquie, que dans des territoires méconnus comme l’Asie Centrale post soviétique. Nous filmerons les sites concernés dans le but de révéler l’ampleur des dommages et nous obtiendrons des solutions auprès de personnalités scientifiques. Si nous ferons tout pour réussir l’exploit de parcourir douze mille kilomètres en rickshaw, nous espérons surtout provoquer une prise de conscience collective de la situation environnementale des régions que nous traverserons.

 

Rickshaw_mousson_petit

Nous désirons apporter un point de vue rendant compte de l’état des lieux des sites où nous ferons notre documentaire afin de révéler l’ampleur des dommages qui ont déjà été effectués et d’essayer d’y apporter d’éventuelles réponses au travers de nos différents interviews et filmant les lieux actuels, et y apporter des images d’archives lorsque la possibilité de s’en procurer se présentera.

 

Les supports:

 

Une double approche sera donc présente ici. D’une part le transport en rickshaw permettra d’amener un sujet commun sur les déplacements que nous effectuerons et ainsi apporter le fond du documentaire avec un sujet récurent, à savoir les aléas au cours du trajet. D’autre part, les documentaires portés sur les divers régions que nous traverserons apporterons un côté sur la forme, montrer l’état des lieux de différents endroits d’Asie pour amener une force à ce documentaire. C'est aussi le chalenge en soit de faire tout ce trajet en rickshaw qui nous intéresse.

 

Enfin, nous comptons profiter de nos rencontres pour apprendre la gastronomie de tous ces pays. Nous connaissons déjà quelques recettes Indiennes, Népalaises, Kazakhes et Géorgienne et voulons récolter des recettes tout au long du trajet. Avec tout ceci, nous comptons réaliser un livre de recettes afin de représenter les différentes cultures que nous traverserons.

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira différent aspects de la réalisation du projet :

- Achat du Rickshaw : 7000€ neuf avec les modifications pour les normes européennes.

- L'essence pour couvrir les 16 000 km du trajet : 1040€.

- Les réparations en route, estimation à 1500€ en cas de gros pépin.

- Les billets d'avion : pour 2 personnes, environ 1000€

- La traversée en bateau de la mer Caspienne : environ 150€

- Les visas pour tous les pays : 1349€

- Une caméra go-pro : 349€

- Un zoom HC4n : 289€

- Des bakchichs : 500€

- Les cadeaux et les rétributions du crowdfunding : 1000€ environ

- Les carnets de passage en douane : 0 au final mais pour certains pays plusieurs milliers d'euros de caution pour le véhicule

- Assurance : 450€

- Nourriture et hébergement le long du trajet : 2000€ environ, on essayera de se serrer la ceinture.

 

Soit environ 16700€ de budget total. Après le voyage, s'ajouteront les frais d'édition du DVD, du livre de recette mais nous sommes plutôt confiants quand aux retombées d'un tel projet.

 

Nous avons déjà un soutien moral d'un laboratoire d'océanographie de l'université Pierre et Marie Curie qui ne peut malheureusement nous apporter directement la moinde obole et nous avons déjà reçu de nos diverses universités 5000€ pour payer le rickshaw. Nous comptons compléter l'achat du rickshaw par notre apport personnel ainsi que les billets d'avion. Le mécenat ici présenté servira à regler les autres dépenses décrites ci dessus.

 

Thumb_rickshaw_mousson_169
Rickshawallah

Nous sommes deux étudiants à Paris. Lucas est en licence LEA à Paris III et travaille en tant que libraire. Il revient d'un tour du monde avec l'envie de changer d'éveiller les esprits au travers de sa passion: le voyage. Tout son précédent voyage est consultable en anglais sur ce site web: http://www.between2cities.com Mathieu est en master de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon voyage les gars ! Um abraço do Brasil
Thumb_default
Hello from Melbourne! God speed Lucca fxx
Thumb_default
BRAVO, de l'audace encore et toujours, quel beau voyage!!